Quand Trump lève des fonds pour Trump au Trump Hotel

Chargement en cours
 L\

L'Hôtel Trump à New York le 23 mars 2017

1/3
© AFP, PAUL J. RICHARDS
A lire aussi

AFP, publié le jeudi 29 juin 2017 à 08h59

La prochaine élection présidentielle américaine n'aura pas lieu avant 1.200 jours, mais Donald Trump s'occupe déjà de son financement. Il a choisi, pour ce faire, le Trump International Hotel, situé à deux pas de la Maison Blanche.

Le 45e président des Etats-Unis a participé mercredi soir à Washington à un dîner de levée de fonds en faveur de sa campagne et du parti républicain.

La Maison Blanche ne fait aucun mystère de ses ambitions pour un second mandat, en 2020: "Bien sûr qu'il sera candidat à sa réélection", a lancé sa porte-parole Sarah Huckabee Sanders, interrogée sur ce thème.

"Pour l'heure, il est concentré sur son programme, sur les élections (parlementaires) de mi-mandat et sur les levées de fonds pour son parti, rien d'anormal à mon sens pour un président", a-t-elle pris soin d'ajouter.

A plusieurs reprises, le républicain a lui-même évoqué ses projets pour les "huit années" à venir.

Le billet d'entrée pour le dîner était est de 35.000 dollars par personne (avec possibilité de financement à hauteur de 100.000 dollars pour un statut de donateur privilégié).

Si elle est régulièrement critiquée, la participation du président à des levées de fonds - pour son parti ou sa campagne - fait partie, depuis des décennies, du paysage politique américain, chez les démocrates comme les républicains.

Mais le mélange des genres entre la carrière politique de Donald Trump et son empire immobilier soulève une nouvelle fois d'innombrables questions: les riches donateurs qui viendront l'écouter contribueront aussi, de fait, au développement de son empire immobilier.

- 'Sans précédent' -

Près de 200 élus démocrates du Congrès viennent de l'assigner en justice, lui reprochant de profiter de sa fonction présidentielle pour amasser des gains financiers venus de l'étranger via son empire immobilier.

Une plainte similaire, déposée par l'Etat du Maryland (est) et la capitale Washington, soulignait par ailleurs que le Trump International Hotel faisait une concurrence déloyale aux hôtels voisins.

Pour les auteurs de ces assignations, le président Trump est coupable de conflits d'intérêt permanents, en n'ayant pas pris suffisamment de distance avec son groupe économique. Si le milliardaire a confié à ses fils le contrôle au jour le jour de ses affaires, il a conservé toutes ses parts dans la Trump Organization.

Les plaignants relèvent par exemple que des délégations étrangères ont préféré descendre à l'hôtel international Trump de Washington, que des gouvernements étrangers ont décidé d'acheter ou de louer des locaux immobiliers construits par le groupe Trump, ou encore que les autorités chinoises ont enregistré des dépôts de marques appartenant à M. Trump.

Symbole fort s'il en est: l'hôtel de luxe, né de la rénovation de l'ancienne poste de Washington, est situé sur la célèbre Pennsylvania Avenue qui relie la Maison Blanche au Capitole, siège du pouvoir législatif.

Plusieurs ONG, parmi lesquelles l'organisation "Public Citizen", avaient appelé à manifester devant l'établissement de luxe.

Laura Friedenbach, 29 ans, qui travaille dans une ONG, faisait part de son exaspération: "Le fait que Donald Trump lance ses levées de fonds si rapidement après son arrivée au pouvoir, c'est sans précédent pour un président (...) Les Américains en ont ras-le-bol de l'argent en politique et de son influence, non seulement sur nos élections mais aussi sur la façon dont les gens gouvernent".

Autre polémique liée à la Trump Organization: le magazine américain Time vient de demander le retrait d'une fausse une de l'hebdomadaire, à la gloire de Donald Trump, affichée dans plusieurs clubs de golf appartenant au milliardaire.

 
7 commentaires - Quand Trump lève des fonds pour Trump au Trump Hotel
  • On est jamais mieux servi que par soi-même ...

  • Il y en a qui doutent encore que Trump soit pourri ? Il suffit de suivre le feuilleton de sa vie .....

  • Sera t''il suffisamment courageux pour défiler en voiture décapotable à Dallas ?

  • C'est vrai qu'on est jamais mieux servi que par soi même ! C'est du bon sens !

  • Pour une fois qu’il y en a un qui ne s’enrichi pas avec l’argent des contribuables ou celui des mutualistes (qui sont souvent les mêmes), on ne peut que le féliciter.
    Qui plus est, D. Trump est un Président bénévole dans la mesure où il a renoncé à ces 400.000 dollars annuels de salaire.(Somme qu’il aurait très bien pu virer sur le compte de Trump au Trump Hotel).

    Sauf que Trump se sert de sa position de chef de l'état pour passer des accords hors États Unis pour le compte de son entreprise et de celles de ses enfants. Parmi la vaste liste d'accusations contre lui (népotisme, corruption, harcèlement sexuel, obstruction à la justice), il y a par exemple la question des conflits d'intérêts (ex: la construction d'un building à Moscou). De plus, on peut noter que les réformes lancées par l'administration Trump (essentiellement composée de milliardaires) s'acharnent à décortiquer la protection sociale et les réglementations financières de Wall Street post crise de 2008. En refusant son salaire, Trump s'offre un coup de com qui dissimule une augmentation globale de son revenu par des mesures politiques en sa faveur.

    Merci TheMexicanRider, mais vos arguments ne contredisent en rien ma réaction, ils en donnent une analyse certes recevable qui atteste que nous sommes face à un affairiste avec ses avantages et ses inconvénients, ses forces et ses faiblesses élu par 59 937 338 électeurs américains.
    Plus critiquable que nos politiques, à l'image de F. Hollande, qui toute leur vie vivent grand train au crochet du contribuable sans aucun résultat positif pour la Nation?
    Pour moi certainement pas....

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]