Poutine veut croire en Trump, avec ou sans scandale

Chargement en cours
 Premier tête-à-tête de Vladimir Poutine avec Donald Trump, le 7 juillet 2017, en marge du sommet du G20 à Hambourg, en Allemagne.

Premier tête-à-tête de Vladimir Poutine avec Donald Trump, le 7 juillet 2017, en marge du sommet du G20 à Hambourg, en Allemagne.

1/3
© AFP, SAUL LOEB
A lire aussi

AFP, publié le samedi 08 juillet 2017 à 21h40

Vladimir Poutine a fait le pari samedi d'une relance des relations russo-américaines après son premier tête-à-tête avec Donald Trump, même si l'ingérence présumée du Kremlin dans l'élection américaine continue de faire des vagues.

"Le Trump qu'on voit à la télé est très différent du Trump réel. Il perçoit de manière tout à fait adéquate son interlocuteur, répond rapidement aux questions posées", a lancé le président russe au lendemain de leur première prise de contact, au sommet du G20 en Allemagne.

Les deux dirigeants ont alors mis à plat les contentieux bilatéraux et affiché leur volonté d'aller de l'avant, selon le compte-rendu fourni par leurs délégations.

"Je pense que des relations personnelles ont été établies" et des "bases jetées" en vue d'une détente américano-russe, a esquissé Vladimir Poutine.

"Il y a toutes les raisons de croire que nous pourrons rétablir au moins partiellement le niveau de coopération dont nous avons besoin", a-t-il assuré.

Le maître du Kremlin n'a jamais eu d'atomes crochus avec son homologue précédent Barack Obama et la relation bilatérale s'était alors fortement détériorée, au gré des crises ukrainienne et syrienne.

Depuis l'arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche en janvier, les espoirs de normalisation se sont en outre brisés sur les soupçons d'ingérence russe dans l'élection en faveur du candidat républicain.

- La Russie a sauvé la face -

Sur ce sujet très sensible, qui empoisonne son début de mandat, Donald Trump a "posé beaucoup de questions", a affirmé le président russe.

"J'ai donné des éclaircissements. Il m'a semblé qu'il était satisfait de ces réponses" et qu'il les a "acceptées", a poursuivi Vladimir Poutine, confirmant le récit fait la veille par le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov.

La Maison Blanche, qui avait de son côté décrit un Donald Trump à l'offensive face au maître du Kremlin, n'a pas tardé à contester la version russe.

Donald Trump "voulait le regarder dans les yeux" et lui dire "nous savons que vous vous êtes ingérés dans nos élections (...) arrêtez", a affirmé l'ambassadrice des Etats-Unis auprès des Nations unies, Nikki Haley.

"Et je pense que le président Poutine a fait exactement ce que nous pensions qu'il allait faire, il a nié", a-t-elle asséné.

Selon Mme Haley, la version russe n'est que "la Russie qui tente de sauver la face. Et elle ne le peut pas. Elle ne le peut pas".

Tournant le dos à toute cette agitation, Vladimir Poutine a préféré citer comme "résultat concret du travail" avec Donald Trump le tout dernier accord russo-américain sur un cessez-le-feu en Syrie, qui doit entrer en vigueur dimanche.

"Il me semble que la position des Etats-Unis (sur la Syrie) est devenue plus pragmatique", s'est-il félicité.

- Poignée de main historique -

"Il y a une compréhension (mutuelle du fait) que si on unit nos efforts, nous pourrons faire beaucoup", a-t-il noté.

Les deux pays ont connu une nouvelle poussée de fièvre en Syrie après les frappes américaines contre une base du régime, allié de Moscou, en représailles à une attaque chimique, et la destruction d'un avion syrien par la chasse américaine.

Plus dithyrambique, la presse russe n'a pas hésité à comparer la poignée de main de Hambourg à celles des soldats russes et américains qui s'étaient rejoints à Torgau en 1945 dans leur avancée contre les nazis. 

"Rencontre sur l'Elbe", a titré le quotidien populaire Moskovskii Komsomolets, évoquant la rivière qui baigne Hambourg et Torgau.

"Le monde entier attendait cette poignée de main", a renchéri le quotidien Komsomolskaïa Pravda. "Regardez le pouce de Poutine. Il contrôle la situation, il donne le ton", s'est-il même enthousiasmé.

mp-vl/cfe/bds

 
7 commentaires - Poutine veut croire en Trump, avec ou sans scandale
  • Steppenwolf  (privé) -

    L’accusation d’ingérence russe dans la démocratie américaine est d’autant plus ahurissante que les dirigeants US, eux, interviennent ouvertement en Russie. Lors de la campagne présidentielle russe de 2012, Victoria Nuland, secrétaire d’Etat adjoint US, a déclaré : “Nous travaillons à l’intérieur et à l’extérieur de la Russie avec les militants russes qui souhaitent renforcer l’état de droit et la liberté de la presse, avec les LGBT”. Que dirait-on si le gouvernement russe “travaillait” aux USA avec des militants américains qui combattent le gouvernement des Etat-Unis ?

  • Les mauvaises langues anti Trump ou Poutine auront beau dire, c'est la 1ere fois depuis 20ans que je vois Poutine rire.... serait ce un bon signe?

    Steppenwolf  (privé) -

    effectivement ça change de la tête d'enterrement qu'il faisait avec obama...............

  • C'est formidable , j'adore ces mecs !

  • cessez le feu etre la russie et les E-U.cela veut_il dire arret des combats contre daheil..

  • L'"establishment" des USA ne peut absolument pas admettre que les relations avec la Russie puissent être cordiales.
    C'est une attitude belliciste, et il serait bon pour tout le monde que Trump et Poutine se fassent confiance, envers et contre tout.

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]