Philippines, un an de dangers publics

Philippines, un an de dangers publics

Des officiers de police philippins autour du corps d'un prétendu dealer, le 8 juillet 2016 à Manille.

A lire aussi

Libération, publié le dimanche 02 juillet 2017 à 19h36

Une année folle comme une longue traînée de poudre et de sang. L'investiture de Rodrigo Duterte, 16e président des Philippines, n'avait pas encore eu lieu le 30 juin 2016, que déjà les premières têtes tombaient.

La guerre contre la drogue commençait. «Rody», campé en ancien maire-shérif à poigne dans sa ville-bastion de Davao d'où il a émergé dans les années 90, débarquait en trombe au palais de Malacanang, l'Elysée des Philippines. Il s'annonçait en chef de l'Etat boutefeu et anti-establishment, dynamiteur de la classe politique. «D'habitude, la première année est une période calme, d'acclimatation. Il n'en a rien été, note le politologue Aries Arugay, de l'Université des Philippines Diliman. Elle a été atypique avec un président lancé sur plusieurs…

Lire la suite sur Libération

 
0 commentaire - Philippines, un an de dangers publics
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]