Pakistan: le clan du Premier ministre vent debout contre une enquête pour corruption

Pakistan: le clan du Premier ministre vent debout contre une enquête pour corruption

Le Premier ministre Nawaz Sharif à Islamabad, le 15 juin 2017

A lire aussi

AFP, publié le mardi 11 juillet 2017 à 15h24

Un rapport d'enquête a estimé que le Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif vit au-dessus de ses moyens officiels, des conclusions qualifiées d'"ordurières" par le parti au pouvoir.

 La commission d'enquête conjointe (JIT) créé par la Cour suprême, et composée d'investigateurs civils et militaires, a publié lundi ses conclusions, estimant qu'il y avait "une disparité importante" entre les revenus déclarés par la famille Sharif et son train de vie.

M. Sharif et ses alliés ont aussitôt contre-attaqué. Son parti, le PLM-N, a qualifié le rapport d'"ordurier" dans un communiqué. Sa fille et héritière politique Maryam, elle aussi mise en cause, a assuré sur Twitter que les accusations seraient "anéanties" en justice.

La Cour suprême, qui doit tenir une nouvelle audience sur cette affaire lundi, n'a pas détaillé dans l'immédiat ce qu'elle comptait faire des conclusions de ce rapport, qui n'est pas contraignant juridiquement.

Le scandale avait éclaté l'an dernier, lorsque le Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ) avait publié quelque 11,5 millions de documents secrets émanant du cabinet d'avocats panaméen Mossack Fonseca: les Panama Papers.

Cela avait notamment soulevé la question du financement d'appartements londoniens de luxe détenus par la famille Sharif via des sociétés off-shore gérées par le cabinet panaméen.

En avril, la Cour suprême avait estimé ne pas disposer d'assez de preuves pour destituer M. Sharif, mais elle avait créé une commission d'enquête chargée de rendre ses conclusions dans les 60 jours.

Les partisans de M. Sharif assurent que les fonds utilisés sont légaux et viennent d'entreprises familiales basées au Pakistan et dans le Golfe.

"L'incapacité de tous les suspects à présenter les documents requis pour confirmer leurs +sources connues de revenus+ revient à ne pas arriver à justifier leurs avoirs et leurs revenus", estime la commission d'enquête. 

La JIT a aussi accusé le clan Sharif d'avoir présenté des documents "falsifiés ou altérés", et soulevé une nouvelle affaire en assurant que le Premier ministre présidait une compagnie off-shore secrète aux Emirats arabes unis. 

Ces informations ont déclenché de nouveaux appels à la démission de M. Sharif sur les réseaux sociaux et dans l'opposition.

Le Premier ministre se retrouve ainsi fragilisé à un an des élections législatives, alors que le gouvernement civil semble avoir trouvé un délicat modus vivendi avec la puissante armée, qui a dirigé le pays pendant la moitié de sa courte histoire.

ks/st/cnp/gde

 
1 commentaire - Pakistan: le clan du Premier ministre vent debout contre une enquête pour corruption
  • Le Pakistan fut créé lors de l'accession l'indépendance des Indes pour que les purs musulmans vivent dans un pays pur (pays pur c'est la traduction du mot Pakistan) …et le Pakistan est devenu un record du monde pour la corruption !!!

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]