Non, le sari de Mère Teresa n'est pas une marchandise, affirme le Vatican

Non, le sari de Mère Teresa n'est pas une marchandise, affirme le Vatican

Un portrait de Mère Teresa à la congrégation des Missionnaires de la charité, à Calcutta en Inde, le 26 août 2015

A lire aussi

AFP, publié le mardi 18 juillet 2017 à 13h51

L'habit blanc et bleu de Mère Teresa objet d'un copyright... Le Vatican s'est ému de la décision des Missionnaires de la charité d'enregistrer comme une marque l'emblématique sari de la "Mère des pauvres", au point que le pape pourrait y mettre son mot. 

"Sainte Mère Teresa de Calcutta est un symbole universel, aimé des croyants, des non croyants, de ceux qui croient différemment", a déclaré le cardinal José Saraiva Martins, 85 ans, ex-préfet de la Congrégation des causes des saints à l'annonce de la nouvelle, rapporte l'hebdomadaire italien Panorama à paraître jeudi.

Le haut prélat venait d'apprendre il y a quelque jours, via l'agence officielle des Œuvres pontificales missionnaires AsiaNews, que les autorités indiennes avait donné une suite favorable à la demande de copyright déposée par les Missionnaires de la charité à Calcutta.  

Une mesure inédite dans toute l'histoire des vêtements religieux de l'Eglise catholique qui imposera désormais que soient versés des droits par quiconque utilisera, sous quelque forme que ce soit (photos, films, livres, etc.), le célèbre habit de celle qui fut prix Nobel de la paix en 1979 et canonisée en 2016.

"Il est absurde que pour son sari blanc à liserés azur l'on doive désormais payer des taxes", s'est indigné Mgr Saraiva Martins.

"C'est la première fois que j'entends une chose de ce genre, qui ne fait certes pas honneur à la mémoire de la sainte", a-t-il ajouté, affirmant qu'il devait être mis un terme à cette opération.

Au Vatican, le cardinal ne semble pas avoir été le seul à s'émouvoir de cette affaire. Plusieurs de ses homologues auraient aussi manifesté leur désapprobation et il se murmure que le pape lui-même ne restera pas indifférent, lui qui a placé son pontificat sous le signe de la pauvreté et de la miséricorde.

Devenu "l'uniforme" des Missionnaires de la charité à travers le monde, le sari porté par Mère Teresa est blanc (symbole de la pureté) à trois liserés bleus qui représentent chacun la pauvreté, la chasteté et l'obéissance.

Décédée en 1997 à Calcutta à l'âge de 87 ans, Anjezë Gonxhe Bojaxhiu, devenue Mère Teresa, a consacré toute sa vie aux pauvres et aux malades. Béatifiée en 2003 par Jean Paul II, elle a été faite sainte le 4 septembre 2016 par le pape François.

fio/ljm/cr

 
2 commentaires - Non, le sari de Mère Teresa n'est pas une marchandise, affirme le Vatican
  • Si l'argent ainsi collecté sert une bonne cause, pourquoi pas ?
    D'un autre côté, le commerce des reliques est vieux comme l'Eglise d'un morceau de la Vrai Croix à une goutte de lait de la Vierge !
    Que dire, aussi, de l'entrée payante de certaines églises ? L'argent n'est pas sale en lui même s'il est utilisé pour entretenir le patrimoine en atténuation des impôts !

  • tous les moyens sont bons pour se faire du fric c est lamentable !!

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]