Porto Rico: 70.000 évacués après la rupture d'un barrage, Maria s'éloigne

Chargement en cours
 Trajectoire estimée de l'ouragan Maria

Trajectoire estimée de l'ouragan Maria

1/3
© AFP
A lire aussi

AFP, publié le samedi 23 septembre 2017 à 13h31

Maria a fait au moins 13 morts sur ce territoire américain, portant à 33 le nombre total de victimes dans l'ensemble des Caraïbes.

Dans son dernier bulletin publié à 09H00 GMT, le Centre américain des ouragans indique que Maria, désormais classé en catégorie 3 (sur une échelle de 5), s'éloigne vers l'ouest de l'Atlantique, sans toucher les Bahamas, où l'alerte a été levée alors que cet archipel avait été durement frappé par Irma.

Le barrage de Guajataca, dans le nord-ouest de Porto Rico
, a cédé vendredi après-midi, provoquant des inondations soudaines et une "situation extrêmement dangereuse" le long du Rio Guajataca, a annoncé le service météorologique de Porto Rico, qui a émis une alerte inondations jusqu'à samedi.

"Toutes les zones entourant la rivière Guajataca doivent évacuer immédiatement. Les vies des habitants sont en danger", a-t-il indiqué sur Twitter. Le gouverneur de Porto Rico, Ricardo Rossello, a peu après ordonné l'évacuation de quelque 70.000 personnes dans cette zone.

- 'Absolument anéanti' -

Hector Pesquera, directeur de la Sécurité publique de Porto Rico, interviewé par le journal local El Vocero, a expliqué qu'un drain du barrage, qui laisse normalement passer une petite quantité d'eau à un flux contrôlé, avait cédé.

Samedi matin, le service météorologique de Porto Rico a étendu l'alerte inondations aux quartiers de Western Quebradillas et Eastern Isabela, qui abritent environ 8.000 habitants, jusqu'à 12H00 GMT, tout en abaissant le niveau d'alerte dans d'autres zones de l'île.

On ignorait cependant samedi si ces ordres d'évacuation avaient été suivis d'effet.

Porto Rico fait face depuis mercredi à une situation préoccupante avec des inondations et des pluies torrentielles. Ce territoire de 3,4 millions d'habitants se retrouve sans électricité peut-être pour plusieurs mois, et avec un réseau de télécommunications presque entièrement détruit.

"Porto Rico est absolument anéanti", avait lancé jeudi le président américain Donald Trump, après avoir décrété l'état de catastrophe naturelle, libérant des fonds pour l'aide d'urgence et la reconstruction.

Le bilan faisait état de 13 morts vendredi. "Des parties de l'île sont encore sans communication, donc ce chiffre de 13 n'est qu'un bilan préliminaire", a estimé le gouverneur de l'île, Ricardo Rossello.

"Nous essayons d'ouvrir les ports et nous nous servons déjà des aéroports pour venir en aide à la population et lui apporter les produits de première nécessité", a déclaré sur CNN le responsable de l'Agence fédérale de secours (Fema), Brock Long. 

Maria est "la tempête la plus dévastatrice" depuis près d'un siècle, selon les autorités. En 1928, l'ouragan Okeechobee avait fait 300 morts.

- 'Plus d'eau, plus d'électricité' -

Frappée de plein fouet mardi par Maria, la Dominique paye le plus lourd tribut humain avec au moins 15 morts, ce qui porte à 33 le nombre total de victimes dans les Caraïbes, avec les trois annoncées à Haïti et les deux de la Guadeloupe.

A la Dominique, Maria a fait "au moins quinze morts", a déclaré le Premier ministre Roosevelt Skerrit. "Nous n'avons plus d'eau, plus d'électricité, et très peu de communications".

Des images aériennes témoignaient de l'étendue des dégâts: toits métalliques arrachés, forêts dévastées...


"C'était vraiment terrible, on ne pouvait pas sortir, même si on voulait sortir on ne pouvait pas", a raconté Déborah, Martiniquaise, coincée en Dominique après être venue rendre visite à sa mère.

En République dominicaine, Maria a endommagé plus de 4.800 habitations, provoqué l'évacuation de quelque 18.000 personnes et inondé 31 localités.

 
5 commentaires - Porto Rico: 70.000 évacués après la rupture d'un barrage, Maria s'éloigne
  • S'agissant de personnes et d'objets, et non de dollars, il conviendrait d'écrire, en français, 70 000 , 8000 et 4800, au lieu de 70.000, 8.000 ou 4.800...
    Le point, comme la virgule, étant normalisé, en France comme à l'international, en tant que séparateur décimal.

  • Pauvre gens , hélas Porto rico , c'est les USA , donc le tiers monde.

  • Et Elisabeth 2, dont le portrait orne les billets de banque de la Dominique, elle a envoyé de l'aide, elle aussi? Ce serait bien d'en parler, si c'est le cas.

  • pas des maisons des baraques en tule

    Ben oui, les autochtones gagnent "vachement plus" que vous bien planqué en France pour pouvoir se payer des maisons en dur, aux normes des cyclones !!!!
    Vous êtes des planqués et surtout IGNARES et égoïstes.

  • Comment ce fait-il que les réseaux ne soient pas enterré......On a de l'argent pour aller sur Mars ou Saturne mais pas pour protéger les humains....

    Enterréc'est pire. Les réseux sont alors détruits par les inondations et, mouvements de terrains. Ensuite c'est beaucoup plus long et couteux à remettre en service.Par exemple les réseaux d'eau sont enterrés et pourtant ils n'ont plus d'eau...
    En fait rien ne résiste à de telles forces de la natureet bien souvent et contrairement à une pensée commune, dans ces endroits à risques il vaut mieux construire léger. C'est beaucoup moins dangereux en cas de destruction et c'est très rapide à reconstruire. Les Japonnais l'avaient compris depuis des millénaires avec leurs maison en papier. Quand ça s"effondre suite à un tremblement de terre ça ne vous fait pas grand mal et ça se répare en quelques jours par un coût minime récupérant même beucoup de matériaux.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]