Le général Lee, l'icône déboulonnée de l'extrême-droite américaine

Le général Lee, l'icône déboulonnée de l'extrême-droite américaine

Les groupuscules d'extrême-droite se sont retrouvés devant la statue de Robert E. Lee, le 12 août.

A lire aussi

Libération, publié le dimanche 13 août 2017 à 19h34

Sur sa statue équestre qui domine Emancipation Park, à Charlottesville (Virginie), là où l'extrême-droite américaine vient de s'illustrer par un attentat et des cortèges de manifestants haineux afin de protester contre le démantèlement de cette sculpture, le général Lee est représenté digne, paisible, humble avec son chapeau à la main, une barbe généreuse qui lui donne l'air bon. La mémoire de Robert Edward Lee (1807-1870) reste un enjeu politique. Selon ses partisans, néonazis ou nostalgiques du Sud colonial, le commandant des armées confédérées pendant la guerre de Sécession (1861-1865) est une figure chevaleresque, un génie militaire et un modéré. Voire un adversaire déclaré de l'esclavage. Ce révisionnisme, alimenté par des films à succès (Naissance d'…

Lire la suite sur Libération

 
4 commentaires - Le général Lee, l'icône déboulonnée de l'extrême-droite américaine
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]