"Je peux me regarder dans la glace" : un an après la fin de la "jungle" de Calais, Simone héberge un migrant en Creuse

"Je peux me regarder dans la glace" : un an après la fin de la "jungle" de Calais, Simone héberge un migrant en Creuse©GAELE JOLY / RADIO FRANCE
A lire aussi

franceinfo, publié le lundi 23 octobre 2017 à 10h07

Il y a près d'un an, le 24 octobre 2016, le plus grand bidonville de France était démantelé. Au total, 6 500 personnes quittaient, en bus, la "jungle" de Calais. Direction les centres d'accueil et d'orientation (CAO) à travers toute la France. Un an après, le quotidien a parfois repris ses droits dans leur vie peu banale. Rencontre avec Simone, institutrice à la retraite installée à Crozant, un petit village de la Creuse. Elle a pris sous son aile quatre jeunes réfugiés kurdes irakiens venus de la "jungle" et tissé avec eux des liens quasi-familiaux.

Monter dans un bus à destination de l'inconnu

Tous les midis, au volant de sa Twingo blanche, Simone va chercher Abbas, bénévole quelques heures par jour au Secours populaire de Guéret. Originaire de Kirkouk, au Kurdistan…

Lire la suite sur Franceinfo

 
0 commentaire - "Je peux me regarder dans la glace" : un an après la fin de la "jungle" de Calais, Simone héberge un migrant en Creuse
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]