En Algérie, après la polémique française, l'amertume à la plage

A lire aussi

Libération, publié le dimanche 13 août 2017 à 15h11

«J'aurais préféré faire ça calmement.» Nouria (1) hausse les épaules. A 24 ans, cette jeune habitante d'Annaba, à 400 kilomètres à l'est d'Alger, fait partie du groupe dit des «bikinis». L'idée de ces jeunes femmes, qui se réunissent via un groupe Facebook, que l'on ne peut rejoindre que si l'on est parrainée par une membre, pour aller à la plage le même jour, l'enthousiasmait. Mais les dernières semaines de polémiques la rendent amère.

A lire aussi La presse française s'emballe sur des «opérations bikini» en Algérie

Au pied d'une colline de verdure, dans une crique, la plage de Seraïdi, en périphérie d'Annaba, était le lieu de prédilection de nombreuses jeunes femmes d'Annaba. «A partir du moment où on est devenues adolescentes, raconte Kenza, 30 ans, on…

Lire la suite sur Libération

 
3 commentaires - En Algérie, après la polémique française, l'amertume à la plage
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]