Des reporters ont interrogé le staff de Chapecoense avant le crash en Colombie

Des reporters ont interrogé le staff de Chapecoense avant le crash en Colombie
A lire aussi

20 Minutes, publié le mercredi 30 novembre 2016 à 20h48

Après le temps de l'émotion, celui des explications. Selon les premiers éléments exposés par les médias locaux, l'avion CP 2933 qui transportait (entre autres) les footballeurs de Chapecoense jusqu'à Medellin, où ils devaient disputer leur première finale de Copa Sudamericana, n'aurait jamais dû être utilisé pour couvrir les 2965 kilomètres qui séparaient la Bolivie de la métropole colombienne.

Radio Caracol et El Colombiano rapportent que l'appareil utilisé par la compagnie de charter Lamia, spécialisé dans les trajets d'équipes sportives et le seul disponible ce jour-là, possède une autonomie de vol de 2960 kilomètres, ce qui rendait l'hypothèse de rallier Medellin pour le moins risquée.



Si les boîtes noires, qui ont été retrouvées en parfait état, permettront d'en savoir plus sur l'origine du drame, le commandant de bord aurait communiqué à la tour de contrôle de l'aéroport de destination sa volonté d'avoir la priorité à l'atterrissage. Une requête refusée car un appareil de la compagnie Viva Colombia avait fait la même demande quelques instants auparavant, et se trouvait mieux placé pour se poser. C'est quelques minutes plus tard que le contact avec le vol CP 2933 sera perdu. «L'avion s'est arrêté complètement et a initié une descente très rapide avant un gros impact», a témoigné l'hôtesse de l'air qui a survécu au crash. Le fait que l'avion n'ait pas explosé au moment de l'impact au sol renforce l'hypothèse d'un appareil vidé de son carburant au moment de sa descente précipitée, expliquent plusieurs experts de l'aviation colmbienne interrogés par El Colombiano.

 
6 commentaires - Des reporters ont interrogé le staff de Chapecoense avant le crash en Colombie
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]