Corruption à Hong Kong: prison ferme confirmée pour un magnat et un ex-numéro 2

Corruption à Hong Kong: prison ferme confirmée pour un magnat et un ex-numéro 2

Le magnat hongkongais de l'immobilier Thomas Kwok (c), accompagné de sa fille, arrive à la Cour des appels, le 14 juin 2017 à Hong Kong

A lire aussi

AFP, publié le mercredi 14 juin 2017 à 09h48

Un magnat hongkongais de l'immobilier et un ex-numéro deux de l'exécutif local ont été définitivement déboutés mercredi de leurs recours contre leur condamnation à des peines de prison ferme dans un retentissant scandale de corruption.

L'affaire avait secoué l'ancienne colonie britannique, passée en 1997 sous contrôle chinois, soucieuse de préserver son image et son rang dans la finance internationale.

Thomas Kwok, 65 ans, avait été reconnu coupable en 2014 d'avoir "acheté" l'influence de l'ancien secrétaire en chef du gouvernement Rafael Hui, 69 ans. 

Ancien coprésident de Sun Hung Kai Properties, le plus gros groupe immobilier du territoire, M. Kwok avait été condamné à cinq ans de prison.

M. Hui avait écopé d'une peine de sept ans et demi de prison, devenant le plus haut responsable hongkongais jamais condamné pour avoir reçu des pots-de-vins.

Après le rejet d'un premier recours en février 2016, les deux hommes s'étaient tournés vers la Cour des appels finaux qui a confirmé mercredi la décision de première instance. 

Rafael Hui avait été reconnu coupable d'avoir perçu un total de 34 millions de dollars de Hong Kong (2,8 millions d'euros) sous forme de dons ou de prêts sans contrepartie, et profité gracieusement de luxueux appartements, pour être "les yeux et les oreilles" de M. Kwok au gouvernement.

Le frère de Thomas Kwok, Raymond, désormais seul président de Sun Hung Kai Properties, avait bénéficié d'un non-lieu dans cette affaire.

Les frères Raymond et Thomas Kwok se classent en 2017 au cinquième rang des plus grosses fortunes hongkongaises, et au 69e rang mondial, selon Forbes, avec un patrimoine estimé à 15 milliards de dollars US.

Une autre affaire a depuis défrayé la chronique hongkongaise, celle de la condamnation en février à 20 mois de prison de l'ancien chef de l'exécutif Donald Tsang, dont Rafael Hui était l'adjoint.

Chef du gouvernement de 2005 à 2012, le septuagénaire a été reconnu coupable de faute mais relaxé du chef de corruption. Il a été condamné pour s'être abstenu de révéler un projet de location d'un luxueux appartement à Shenzhen, dans le sud de la Chine. 

Ce bien appartenait à un gros investisseur d'un groupe de radiodiffusion qui avait obtenu par la suite une licence de la part du gouvernement hongkongais.

Donald Tsang, 72 ans, est le plus haut responsable politique hongkongais jamais condamné à une peine de prison.

 
1 commentaire - Corruption à Hong Kong: prison ferme confirmée pour un magnat et un ex-numéro 2
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]