Climat: l'ONU alerte sur les phénomènes extrêmes en 2017

Chargement en cours
 Un ours polaire teste la solidité d\

Un ours polaire teste la solidité d'une fine couche de glace, le 22 août 2015 dans l'Arctique

1/4
© AFP, Mario HOPPMANN, European Geosciences Union
A lire aussi

AFP, publié le mardi 21 mars 2017 à 11h13

Climat: les conditions climatiques extrêmes se poursuivent en 2017 après une année 2016 où la température moyenne a atteint un record

Les conditions météorologiques et climatiques extrêmes se poursuivent en 2017, a averti l'ONU mardi, après une année 2016 où la température moyenne a atteint un record, la banquise s'est fortement réduite, le niveau de la mer a continué à augmenter et les océans à se réchauffer. 

L'Organisation météorologique mondiale (OMM), l'agence spécialisée de l'ONU, a publié sa déclaration annuelle sur l'état du climat mondial en prévision de la Journée météorologique mondiale, organisée le 23 mars.

"Ce compte rendu confirme que l'année 2016 est la plus chaude jamais enregistrée: la hausse de la température par rapport à l'époque préindustrielle atteint, chose remarquable, 1,1°C, soit 0,06°C de plus que le record précédent établi en 2015", a souligné le Secrétaire général de l'OMM, Petteri Taalas, dans un communiqué.

D'après l'OMM, les "phénomènes extrêmes" sont "toujours d'actualité en 2017", pire: "des études nouvellement publiées (...) donnent à penser que le réchauffement des océans pourrait être encore plus prononcé qu'on ne le croyait".

Les données provisoires dont dispose l'ONU révèlent que le rythme d'accroissement des concentrations atmosphériques de dioxyde de carbone (CO2) n'a aucunement ralenti.

"Alors même que le puissant Nino de 2016 s'est dissipé, nous assistons aujourd'hui à d'autres bouleversements dans le monde que nous sommes bien en peine d'élucider: nous touchons ici aux limites de notre savoir scientifique concernant le climat et nous avançons maintenant en territoire inconnu", a souligné le directeur du Programme mondial de recherche sur le climat, David Carlson.

- L'Arctique proche du dégel -

Le phénomène El Nino, qui se produit tous les 4 ou 5 ans avec une intensité variable, se traduit par une hausse de la température de l'océan Pacifique, ce qui provoque des sécheresses et des précipitations supérieures à la normale. Le phénomène atteint en général son intensité maximale vers la fin de l'année, d'où son nom El Nino, qui signifie l'enfant Jésus en espagnol.

Au moins trois fois à ce jour cet hiver, l'Arctique a connu l'équivalent polaire d'une vague de chaleur, selon l'OMM qui note que même au coeur de l'hiver arctique, il y a eu des jours où l'on était proche du dégel.

D'après les conclusions des chercheurs, les changements observés dans l'Arctique et la fonte de la banquise entraînent, à plus grande échelle, une modification des régimes de circulation océanique et atmosphérique, ce qui se répercute sur les conditions météorologiques dans d'autres régions du monde.

Ainsi, des régions comme le Canada et une grande partie des Etats-Unis ont été gratifiées d'une météo inhabituellement clémente alors que d'autres, dans la péninsule arabique et en Afrique du Nord par exemple, ont enregistré début 2017 des températures anormalement basses.


En 2016, les températures de surface de la mer ont été les plus élevées jamais constatées. En outre, la hausse du niveau moyen de la mer s'est poursuivie et l'étendue de la banquise arctique a été bien inférieure à la normale la majeure partie de l'année.

"Les concentrations de CO2 dans l'atmosphère ne cessent de battre de nouveaux records, ce qui atteste de plus en plus clairement de l'influence des activités humaines sur le système climatique", s'est inquiété M. Taalas.

 
42 commentaires - Climat: l'ONU alerte sur les phénomènes extrêmes en 2017
  • L'élément à l'origine de toutes pollutions et destructions de certains milieux naturel est l'homme;qui appartient à ce que l'on appelle les espèces invasives.Or sur un support fini;la terre;on installe un système à croissance infinie;l'espèce humaine.C'est une pure absurdité mathématique.Tant que l'on aura pas compris cela on peut multiplier autant que l'on veut toutes les "COP" possibles et imaginables ! ! !

  • je regardai ce matin une excellente émission sur Arte au sujet de la déforestation, en particulier en Papouasie Nouvelle Guinée , la Malaisie se livre à une déforestation importante (plus de 30 % de la forêt a déjà disparu= pour vendre ce bois à la Chine en toute impunité par rapport aux règles internationales, à la place on replante des arbres pour produire de l'huile de palme, si on y ajoute la déforestation en Amazonie, au canada et en Alaska, en Sibérie, le remplacement de la pinède par des centrales solaires dans les Landes, nous allons rapidement à la catastrophe , chez moi, on défriche à tour de bras pour y planter de la vigne ou créer des prairies artificielles notamment dans des versants et des vallées de montagne,

  • Voilà une annonce à garder soigneusement de côté et à comparer à la réalité à la fin de 2017. L'année dernière les montées d'air chaud en Arctique ont été compensées par des descentes d'air glacial sur la Sibérie qui a connu des records de froid.

  • Malheureusement NON Terminator 873. On ne s'en remettra pas - et si les hommes sa

  • depuis des sicles le climat change et continuera, alors le cirque de l'onu ne prend pas

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]