Cinq choses à savoir sur la Finlande, qui va changer de gouvernement

Cinq choses à savoir sur la Finlande, qui va changer de gouvernement

Le Premier ministre finlandais Juha Sipilä, le 12 juin 2017 à Helsinki

A lire aussi

AFP, publié le mardi 13 juin 2017 à 12h28

Coalitions, Vrais Finlandais, immigration... Cinq choses à savoir sur la Finlande et sa vie politique, qui prennent un tournant avec l'arrivée imminente d'un nouveau gouvernement.

- Les coalitions, une habitude

La vie politique finlandaise est rythmée par la succession des coalitions, dans un pays à forte tradition de consensus. Le mode de scrutin proportionnel et la multiplicité des partis (neuf actuellement représentés au Parlement) empêchent d'avoir une formation gouvernant seule. On a vu des coalitions difficiles à imaginer ailleurs, comme celle formée en 2011 entre six partis, dont principalement les conservateurs et les sociaux-démocrates.

- Qui sont les Vrais Finlandais?

Ce parti de droite anti-immigration et eurosceptique a été créé en 1995 par Timo Soini, tribun qui a conquis l'électorat par son franc-parler. Encore marginaux aux législatives de 2007 (4,0%), ils ont grimpé à la troisième place en 2011 (19,0%) mais refusé d'entrer au gouvernement, trop pro-européen pour eux. En 2015, arrivés deuxièmes avec 17,7%, ils ont intégré une coalition avec le Centre et les conservateurs.

L'électorat des Vrais Finlandais se retrouve surtout dans les classes populaires, en dehors des grandes villes. En finnois, leur nom évoque le modèle de Finlandais authentiques, attachés aux valeurs traditionnelles d'un pays historiquement peu urbanisé.

- Pourquoi cette coalition a chuté

Gouverner n'a pas réussi aux Vrais Finlandais, obligés de faire des concessions sur les questions qui étaient au coeur de son programme: l'Union européenne, l'immigration et la protection sociale. Quand Timo Soini a abandonné la présidence du parti, les sondages laissaient penser qu'ils avaient perdu près de la moitié de leur électorat.

Le député européen Jussi Halla-aho, en prônant un coup de barre à droite, a séduit. Cet élu controversé a été condamné pour des propos racistes sur son blog en 2008. Lundi, deux jours après l'élection de M. Halla-aho comme président des Vrais Finlandais, centristes et conservateurs décidaient de sortir son parti de la coalition, en invoquant une incompatibilité de valeurs.

- L'immigration, question importante?

Pour les Vrais Finlandais, elle l'est, menaçant l'emploi et la viabilité de la protection sociale. Mais la Finlande, qui n'a jamais été un grand pays d'immigration, attire peu d'étrangers. Il y en a 245.000 dans le pays, soit 4,5% de la population, les plus représentés étant européens (52.000 Estoniens et 31.000 Russes). Suivent les Irakiens (près de 10.000), nombreux à demander l'asile ces dernières années, mais souvent rejetés (55% de déboutés en 2016). L'intégration reste difficile pour les non-Européens. Mais pour relancer une démographie en crise, la Finlande peut difficilement compter sur sa population native, qui fait très peu d'enfants.

- Les scénarios politiques possibles

Il y en a deux: ou le Centre et les conservateurs trouvent de nouveaux partenaires de coalition pour gouverner d'ici à 2019, ou ils n'y parviennent pas et le Premier ministre Juha Sipilä devra demander des élections anticipées. L'opposition de gauche (sociaux-démocrates et Verts) semble préférer le second scénario, au vu de sondages plutôt favorables.

 
1 commentaire - Cinq choses à savoir sur la Finlande, qui va changer de gouvernement
  • C'est un petit pays, qui exporte beaucoup..... beaucoup d'industrie du Bois et contreplaqué puis pâte à papier....
    S'il veulent sortir de l'Europe qu'ils le fassent çà fera beaucoup de bien aux PME et PMI du bois en France , si bien sûr nos édiles Européen ne leur maintiennent pas dans ce cas la libre circulation des biens.

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]