Cédéao: objectif de trois enfants maximum par femme d'ici 2030

Cédéao: objectif de trois enfants maximum par femme d'ici 2030

Des enfants nigériens dans une école coranique à Bosso, le 25 mai 2015

A lire aussi

AFP, publié le samedi 22 juillet 2017 à 22h49

Les parlementaires de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao, 15 pays), de la Mauritanie et du Tchad ont affirmé samedi vouloir limiter à trois le nombre d'enfants par femme afin de faire baisser de moitié, d'ici 2030, le taux de fécondité le plus élevé au monde.

"Les parlementaires de la Cédéao, de la Mauritanie et du Tchad ont convenu que, d'ici 2030, les parlements devaient inciter les gouvernements à mettre en place des politiques tendant à faire en sorte que chaque femme (...) ait au plus trois enfants pour maîtriser le boom démographique", a déclaré le président du Parlement burkinabè, Salifou Diallo, lors d'une rencontre régionale sur la démographie samedi à Ouagadougou.

Avec un taux de fécondité général de 5,6 enfants par femme, le plus élevé au monde, la population de l'espace Cédéao se situera, en 2050, autour d'un milliard d'habitants, dont la moitié sera constituée de jeunes, selon les Nations unies.

"Nous estimons que quand on a des taux de croissance économique des pays qui est de l'ordre de 5 à 6% avec un taux de fécondité située à 6 ou 7%, nous sommes dans une situation de démographie non maîtrisée et nous ne pouvons pas espérer de développement avec une telle situation", a martelé M. Diallo.

Selon lui, "il est urgent de contenir la poussée démographique dans l'espace Cédéao pour promouvoir un réel développement viable et durable".

Les parlementaires devraient, dans leurs Etats respectifs, adopter des stratégies afin de "faciliter un déclin rapide, volontaire, de la fécondité grâce à l'accès universel à la planification familiale, l'augmentation du niveau d'éducation des femmes et le renforcement des efforts pour améliorer la survie de l'enfant", a ajouté M. Diallo.

De son côté, le président du Parlement du Bénin, Adrien Houngbédji, a estimé que "c'est à (nous) qu'il appartient de définir l'équilibre optimal qu'il est indispensable de trouver entre la régulation des naissances et l'amélioration de la qualité de vie de la population active".

Il s'agira de faire "baisser de moitié" le taux de fécondité et d'"arrimer le taux de croissance démographique, trop fort, avec le taux de croissance économique trop modéré", a déclaré le président de la commission de la Cédéao, Marcel De Souza.

"La jeunesse représente les deux tiers de la population. Cette jeunesse, lorsqu'elle ne trouve pas de solutions, devient une bombe: elle traverse le désert ou la Méditerranée, meurt par milliers pour l'immigration clandestine", a-t-il ajouté.

ab/pgf/lp

 
19 commentaires - Cédéao: objectif de trois enfants maximum par femme d'ici 2030
  • Quand c'est trop tard, c'est trop tard. Pauvres de nous et des jeunes générations occidentales.

  • Cette résolution sur le taux de fécondité des femmes africaines a été maintes fois évoquée, mais toujours sans résultat !
    C'est l'éternel arbre à palabres, sans résultat et résultat au bout : ce qu'on appelle ironiquement l'Immobilisme Africain.
    Dixit Macron : "Ce n'est pas la peine d'injecter des milliards à fonds perdus dans des pays où les femmes ont 8 ou 9 enfants, ces pays ne peuvent pas se développer avec un tel problème nataliste". La Cédéao semble lui donner raison !
    Mais, sur le terrain, ce n'est pas la réalité :
    - le statut de la femme africaine, inférieure et soumise à l'homme. Coups contre le refus d'actes sexuels et après 8 ou 9 enfants, on prend une plus jeune femme et çà repart. Quand l'homme ne disparait pas, abandonnant la première femme avec les enfants.
    - l'absence ahurissante des états dans la politique nataliste. Campagnes d'information et d'aides inexistantes auprès des populations, spots publicitaires absents, médicaments contraceptifs trop chers et inaccessibles aux populations, une majorité de médecins anti-contraception et anti-IVG, etc...
    - la soumission religieuse : de nombreux pays africains sont dirigés en réalité par les religieux, bien souvent rétrogrades. Les populations sont soumises à leurs religieux et opiumisés par la religion jusqu'à pratiquer le fétichisme, l'excision des fillettes et accepter l'esclavage des enfants. Je vois mal, les religieux africains menaient une politique anti-nataliste car l'exploitation et l'esclavage des enfants africains sont dans de nombreux cas, les gagne-pain en toute impunité...
    - l'éducation et l'instruction : Dans des pays africains, où les populations sont à 70 % d'analphabètes avec des pointes à 90 % d'analphabètes chez les femmes et les filles par volonté de la suprématie masculine et religieuse. Ce sera un sacré boulot pour instruire toutes ces femmes africaines pour les sortir de l'ignorance, de la suprématie masculine, des pressions familiales et culturelles, de la soumission religieuse, afin de prendre leur liberté de leur corps et leur volonté d'enfant ???

    Pour toutes ses raisons et face aux constats du non-respect des lois en Afrique : de la sécurité routière aux Droits de l'Homme.
    A part une politique de limitation des naissances, obligatoire et suivie, aves des sanctions lourdes financières pour les familles comme pour la politique de l'enfant unique en Chine (aujourd'hui ramenée à 2 ou 3 enfants par couple), tout laisse en croire de la résolution de la Cédéao ne sera que du vent...
    En 2030, les Africains seront passés de 800 millions à 1 milliard d'âmes. C'est à parier !

    Très bonne analyse.

    très bien dit. mais a mon avis personne ou très peu liront votre commentaire ,beaucoup trop long.

    et oui..... j'ai commencé à lire et j'ai arrêté.....

    Excellente analyse, j'ai travaillé au Niger en 1966, certains médecins africains et étrangers parlaient déjà contraception, seuls les couples éduqués l'avaient acceptée.
    Notre président a raison, mais c'est aux dirigeants de ces pays d'agir.

  • Enfin on commence à parler du vrai problème que pose la surpopulation de la planète .

  • quand Macron à dis cela il y a eut une levée de bouclier de la part des assos et une volée de bois vert de la part des journalistes et maintenant, hourra hourra hourra
    les chinois on limité à un enfant par couple et nous on accepte un mec qui viens avec 3, 4 femmes et 15 enfants trouvez l'erreur

    oui et c'est nous qui payons pour élever leur progéniture

  • oilà une bonne mesure contre le rechauffement climatique

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]