Bosnie: ces femmes criminelles de guerre

Chargement en cours
 Photo fournie par le bureau du procureur, montrant Azra Basic (G) à l\

Photo fournie par le bureau du procureur, montrant Azra Basic (G) à l'aéroport de Sarajevo, en Bosnie-Herzégovine, le 22 novembre 2016

1/3
© AFP, STR, Bosnia and Herzegovina Prosecutor Office
A lire aussi

AFP, publié le samedi 22 juillet 2017 à 14h00

Azra Basic fut surnommée "la maîtresse de la vie et de la mort". Dans un tribunal de Sarajevo qui la juge pour crimes de guerre, elle n'est qu'une petite femme de 58 ans au regard perdu.

Elles sont une dizaine comme Azra Basic, inculpées ou condamnées pour des crimes lors du conflit intercommunautaire bosnien qui a tué environ 100.000 personnes entre 1992 et 1995. Plusieurs centaines d'hommes ont été condamnés.

Ouvrier dans une usine de chaussures, Dusan Nedic, 55 ans, a raconté vendredi au tribunal "la lueur d'espoir" ressentie le 26 avril 1992 quand il voit entrer une femme d'à peu près son âge, prénommée Azra, dans le centre de détention de Derventa (nord) où les forces croates le retiennent. 

"Je me suis dit +Une femme ne devrait pas être aussi agressive que les hommes+. Mais elle s'est mise à frapper les détenus, elle sautait sur eux par terre", dit-il. 

"Les femmes sont tout aussi capables de commettre des crimes", dit à l'AFP l'écrivaine croate Slavenka Drakulic, qui a écrit "Oni ne bi ni mrava zgazili" ("Ils n'auraient pas fait de mal à une mouche"), essai sur les criminels des guerres de l'ex-Yougoslavie.

Difficile d'associer avec les violences qui lui sont reprochées cette petite femme silencieuse portant lunettes, devenue infirmière aux Etats-Unis avant d'être rattrapée par le passé.

- "Meilleure" que les hommes -

Durant les audiences, son regard s'enfuit vers une fenêtre ou reste fixé sur sa table. Pour Slobodan Jovic, 72 ans, un paysan serbe de Bosnie, c'est bien elle qu'il a vu accompagner plusieurs hommes, "vêtue d'un treillis militaire": "Elle avait un pistolet", "avec un objet en main, elle s'est mise à nous frapper, l'un après l'autre, alignés contre le mur". Selon l'accusation, elle a aussi égorgé un détenu. 

Vendredi, pour la première fois, la cour a entendu le son de sa voix tremblante quand elle s'est adressée au fils de cet homme: "Je n'étais pas cette personne. Je vous le jure devant dieu et c'est tout."

La plus célèbre des femmes criminelles de guerre reste l'ex-vice-présidente des Serbes de Bosnie, Biljana Plavsic, aujourd'hui 86 ans. Seule femme jugée devant le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY), elle a été condamnée en 2003 à 11 ans prison, après avoir plaidé coupable.

"Une femme à une telle position doit être +meilleure+ que des hommes. Dans ces circonstances, cela signifiait avoir des prises de positions plus radicales", avance Slavenka Drakulic, dans un essai sur Biljana Plavsic. Elle y rapporte la rhétorique scientifico-raciste de cette professeure de biologie qui expliquait que les Musulmans de Bosnie étaient "une erreur génétique sur le corps serbe".

- "Faire le travail" -

Boris Grubesic, du parquet bosnien pour les crimes de guerre, évoque "un certain nombre de dossiers, en phase préparatoire ou en phase d'enquête" concernant des femmes.

Visnja Acimovic, 45 ans, vit en Serbie, pays qui n'extrade pas ses ressortissants. Inculpée pour avoir participé en 1992 à l'exécution de 37 Bosniaques à Vlasenica (est), la plupart âgés de 15 à 20 ans, cette Serbe de Bosnie a rejeté en janvier ces accusations devant un tribunal à Belgrade. "Elle n'a pas confiance en justice bosnienne", a déclaré son avocat Krsto Bobot.

Toutes n'ont pas cette protection. En mars, la Suisse a extradé une ancienne des forces bosniaques musulmanes, Elfeta Veseli, pour l'assassinat en 1992 d'un Serbe de 12 ans en Bosnie orientale. Alors que sa famille s'était enfuie, le garçon était revenu rechercher un chien oublié. Il l'a payé de sa vie. 

Comme Azra Basic, Rasema Handanovic, 44 ans, avait émigré aux Etats-Unis. Ayant menti sur son passé, cette ancienne d'une unité spéciale bosniaque musulmane a été extradée en 2011. L'année suivante, après avoir plaidé coupable de l'exécution de six Croates à Trusina (sud), elle a été condamnée à 5 ans et demi de prison. Une peine clémente en échange de son témoignage glaçant: "L'ordre était de faire le travail à Trusina, de sorte à ce qu'aucune poule ne reste en vie."

Pour le psychologue bosnien Ismet Dizdarevic, "chacune de ces femmes a une raison personnelle pouvant expliquer son déchaînement sadique qui visait des hommes". Peu de criminelles, donc, mais une cruauté notable, "pour prouver leur puissance au milieu des hommes", dit le praticien. La plupart des crimes de ces femmes ont été commis dans un contexte de détention. 

rus/ng/plh

 
16 commentaires - Bosnie: ces femmes criminelles de guerre
  • On ne parles que des exactions serbes, jamais on ne parles de celles de leurs ennemis ni on ne précise qui ils étaient, que ce sont eux qui ont déclenché le conflit ni pourquoi !

    avatar
    Steppenwolf  (privé) -

    les premiers à avoir déclenché les hostilités ont été les slovènes qui ont attaqué un poste frontière yougoslave avec l'autriche. puis les croates ont attaqué les casernes de l'armée fédérale et enfin les musulmans bosniaques plus tard ont suivi la tendance. si la guerre civile a prise rapidement c'est que la constitution fédérale de la yougoslavie était que les régions fédérées disposaient de larges pouvoirs en matières régaliennes et que des corps de sécurité disposaient d'armement et que le système de défense militaire des appelés permettaient aux réservistes d'avoir leur équipement à domicile. si en slovénie le gouvernement yougoslave et les "indépendantistes" ont pu rapidement négocier un accord acceptable et équilibré pour les deux parties en ramenant la paix il n'en a pas du tout été de même en croatie et en bosnie avec les conséquences dramatiques que l'on connait.

  • Une petite question; pourquoi dans les Balkans toujours juger que les Serbes?

    On sait depuis très longtemps que Croates, musulmans bosniaques et slovènes voulaient la mort de la Yougoslavie. Les Slovènes parce qu'ils étaient les plus riches et les plus industrialisés, les Croates parce qu'ils ont toujours détesté les Serbes, les musulmans bosniaques parce qu'ils renient leurs histoire, eh oui, 98 pour cent des musulmans en Bosnie sont des Serbes convertis de gré ou de force à l'Islam pendant 5 siècles d'occupation ottomane, et ils détestent quand on leur dit la vérité en face. Je m'arrête là, car je serais capable d'écrire un bouquin de plusieurs centaines de pages sur ce thème.

    Petit oubli, Tito était un dictateur, certes, mais il avait réussi à unifier les Slaves du sud, et à maintenir une paix dans tout le pays. N'importe qui pouvait dormir, à l'époque, à la pleine étoile en toute sécurité, à son époque, les gens vivaient ensemble sans se préoccuper des origines et de la religion de tout un chacun, ce qui n'est plus le cas aujourd'hui. et actuellement, il y a plein de gens de toutes les républiques qui sont nostalgiques de la Yougoslavie, tout au moins avant les grandes inflations après la mort de Tito, dans les années 80. Ils sont nombreux de tous bords à dire qu'ils vivaient mieux à cette époque, qu'ils gagnaient mieux leur vie qu'à l'heure actuelle.

    La Yougoslavie était un exemple, un des rares pays où catholiques, orthodoxes, musulmans et juifs vivaient ensemble en paix. Et ça, ça gênait beaucoup de monde...

    Très intéressant justement, car pour moi le début de la défiance des peuples Européen envers leurs élites commence à l'époque où l'Otan bombarde Belgrade. En effet beaucoup n'ont pas compris d'une part pourquoi prendre part dans un conflit qui n'est pas le notre et d'autre part pourquoi bombarder des alliés de toujours et qui n'ont pas hésité à faire front contre le nazisme, qui furent pendant plusieurs siècles notre bouclier contre l'Empire Ottoman; pourquoi intervenir alors que sur le terrain les armées savent que les preuves sont fausses ou du moins pas telle que décrite, que les Bosniaques et les Albanais commettent autan d'exactions que les Serbes, sinon plus car sont à la base de trafic infâme; pourquoi arracher le Kosovo (centre historique, religieux et culturel des Serbes) à la Serbie et mettre à sa tête une équipe de mafieux sans scrupules (le mot est faible); et au vue de toutes les frictions avec les musulmans en Europe, pourquoi prendre partie pour eux.
    La mémoire des peuples, la connaissance des faits réels, et l'oeuvre du temps ont fait que, une génération après, une certaine moitiée des Européens ne croient plus en leurs dirigeants, ne ce sentent plus protégé, et plus grave, n'adhère plus à l'idée Européenne; et ressentent même quelque part qu'il y a eut comme une forme de trahison vis à vis du monde Chrétien que nous sommes.

    Le Gal Hogard, avait déclaré que "l'Europe est mort à Pristina", je penses que c'est vrai.

  • Les femmes ont été d'une extrême cruauté dans les camps nazis....elles méritent toutes, que la justice les poursuive, et les sanctionne à hauteur de leurs comportements abominables. L'histoire bégaie, encore une fois!

  • avatar
    Steppenwolf  (privé) -

    il y a déjà de nombreuses années une études sur les crimes de guerres avait été faite sur les guérillas en Afrique et avait mis en évidence que les plus cruel(le)s étaient dans l'ordre :
    1° Les enfants (soldats)
    2° Les femmes
    3° Les hommes
    on parle là de cruauté par de quantité de crimes commis.

    préciser cette étude. Où, quand, comment ?

    avatar
    Steppenwolf  (privé) -

    ruth
    j'ai plus les détails ça date d'au moins vingt ans je me rappelle avoir lu ça dans "Le monde diplomatique" je crois.
    cela à l'époque m'avait beaucoup frappé de lire ça. mais aujourd'hui avec le recul je trouve que c'est cohérent. les enfants ont peu de "conscience" des choses qu'ils font et souvent se rendent compte de la gravité de leurs actes une fois devenus adultes. les femmes pour d'autres raisons. entre autre pour se mesurer ou se mettre à la hauteur des hommes peut être ou tout simplement c'est dans leur nature comme souvent par exemple les juges de divorces observent que les femmes sont plus dures que les maris.

  • Personne ne se félicitera donc de cette grande avancée dans la parité homme/femme?....
    Et moi qui croyais, comme on nous l'a beaucoup affirmé, que seuls les Serbes pouvaient être coupables de telles exactions....

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]