Audition sous haute tension de Comey au Congrès sur Trump et la Russie

Chargement en cours
 James Comey lors d\

James Comey lors d'une audition devant le Sénat, le 3 mai 2017 à Washington

1/3
© AFP, JIM WATSON
A lire aussi

AFP, publié le jeudi 08 juin 2017 à 14h02

Dans une audition au Congrès attendue par toute l'Amérique, l'ancien directeur du FBI James Comey va raconter jeudi les coulisses de son limogeage par Donald Trump, en particulier comment il a résisté aux pressions du président pour épargner l'un de ses proches conseillers.

L'audition-événement, devant la commission du Renseignement du Sénat, commencera à 14H00 GMT et sera retransmise sur les grandes chaînes de télévision américaines.

Le contenu de son témoignage est déjà partiellement connu. La déclaration liminaire de M. Comey
a été publiée mercredi sous la forme d'un minutieux récit de ses conversations avec le milliardaire depuis janvier, provoquant une déflagration politique.

Il y confirme ce qui avait fuité dans la presse: Donald Trump lui aurait demandé d'abandonner toute enquête sur Michael Flynn, son conseiller à la sécurité nationale évincé en février et inquiété pour n'avoir pas révélé le contenu de ses conversations avec l'ambassadeur russe aux Etats-Unis.

"J'espère que vous pourrez trouver une façon d'abandonner cela, de lâcher Flynn. C'est un homme bien", aurait dit le président à M. Comey en tête à tête le 14 février dans le Bureau ovale.

Donald Trump avait nié avoir formulé une telle demande.

L'ancien chef du FBI relate aussi en détails un dîner à la Maison Blanche, le 27 janvier, lors duquel Donald Trump lui aurait dit: "J'ai besoin de loyauté, je m'attends à de la loyauté".

Une requête ambigüe adressée à l'homme qui supervisait à l'époque l'enquête du FBI sur une éventuelle collusion entre des membres de l'équipe de campagne de Donald Trump et la Russie.

Les partisans républicains du chef de l'Etat américain faisaient la différence entre des demandes inhabituelles ou "inappropriées", et illégales, selon eux non prouvées. M. Comey lui-même ne qualifie pas juridiquement les requêtes présidentielles.

Dans un communiqué, l'avocat personnel de Donald Trump, Marc Kasowitz, a affirmé que celui-ci était "complètement conforté" par le témoignage de l'ancien directeur.

Il s'est réjoui qu'il ait confirmé ce que le successeur de Barack Obama clame depuis des mois: le président ne fait "pas l'objet d'une enquête en lien avec une investigation sur la Russie", écrit l'avocat.

- 'Rien vu d'illégal' -

A trois reprises entre janvier et mars, M. Comey a effectivement confirmé à M. Trump qu'il n'était pas visé par l'enquête.

Mais il a refusé les demandes répétées du président qui souhaitait qu'il l'exonère publiquement afin de dissiper le "nuage" de l'enquête russe sur sa présidence.

L'audition de M. Comey sera déterminante pour définir si oui, ou non, ces pressions représentent une tentative d'entrave à la justice, un débat juridique aux conséquences très politiques.

La majorité des démocrates n'ose pas s'aventurer sur le terrain de la destitution, préférant accumuler d'abord les faits. Mais le mot n'est plus complètement tabou, deux élus de la Chambre des représentants ayant relancé leur appel à l'ouverture d'une procédure de destitution, Al Green et Brad Sherman.

Le chef de file des démocrates et vice-président de la commission du Renseignement du Sénat, Mark Warner, dénonce une "violation de plus des lignes directrices claires mises en place après le Watergate pour empêcher toute interférence politique de la Maison Blanche dans les enquêtes du FBI", en se référant au scandale qui fit tomber Richard Nixon en 1974.

Un ancien avocat du ministère de la Justice qui a enquêté sur Richard Nixon, Philip Allen Lacovara, estime dans le Washington Post daté de jeudi qu'il y a "suffisamment d'éléments" dans le témoignage de M. Comey pour établir "une entrave à la justice".

Pour une destitution cependant, "la barre est haute", a prévenu l'élu démocrate Adam Schiff. "Il faut convaincre le Congrès et le pays que son comportement était si grave qu'il nécessite cette solution".

Afin de protéger l'indépendance de l'enquête russe, la Justice a nommé un procureur spécial, Robert Mueller, le 17 mai.

Le président républicain de la Chambre des représentants, Paul Ryan, a estimé que la demande de "loyauté" adressée par Donald Trump à James Comey n'était pas appropriée.

Mais de nombreux républicains faisaient valoir que l'ancien patron de la police fédérale n'avait pas accusé M. Trump d'entrave.

"Je n'ai rien vu d'illégal", a assuré Richard Burr, président de la commission qui l'interrogera jeudi.

De la suite de l'affaire dépend l'avenir de la présidence de Donald Trump, qui peine à produire des réformes. La cote de popularité du 45e dirigeant américain restait cette semaine historiquement basse, à 38% d'opinions favorables selon Gallup.

 
4 commentaires - Audition sous haute tension de Comey au Congrès sur Trump et la Russie
  • Cette affaire essentiellement locale mérite que l'on s'y intéresse ; quant à prendre position rien ne justifie cette attitude . Attendons que la justice tranche .

  • On ne débarque pas une personne ! de service si important et élues pour plusieurs années par ces pairs! Mr Trump la parole de Mr Comey vaut largement la votre ! et le poisson d'avril que vous avez collé dans votre dos ne va pas vous sauvez ! et je m'en réjouis ! votre arrogance et le mépris des Américains que vous dites aimées et preuves à l'appui un mensonge !

  • la seule chose que l on puisse reprocher a Trump c est sa naivete et donc d avoir sous estime l incroyable veulerie des politiciens y compris bien sur chez les republicains c ar si pour lui c est l amerique first pour eux c est moi d abord ....

    La naïveté, la seule chose que l'on puisse reprocher à Trump ? Je pense que vous avez tout faux, car ce trait de caractère ne colle pas du tout avec le personnage ... il est tout sauf naïf !
    Seulement, ce que vous appelez veulerie, c'est qu'en réalité le président des USA ne fait pas ce qu'il veut, tout ce qu'il veut, comme le monsieur a certainement fait pour gérer son entreprise. Il a cru qu'il pouvait faire ce qu'il voulait avec sa police fédérale, erreur monsieur le président !

    Et parler de "moi d'abord" pour critiquer ceux qui s'opposent à un gars qui a ramassé des milliards de dollars en faisant des "affaires" me semble pour le moins surprenant.

  • LA REALITE
    le cinéma des médias de l'AFP continu !!!!!!!!

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]