Amnesty International dénonce une «nouvelle vague de répression» au Tchad

Amnesty International dénonce une «nouvelle vague de répression» au Tchad

Le président du Tchad, Idriss Déby à l'Elysée, 28 août.

A lire aussi

Libération, publié le jeudi 14 septembre 2017 à 10h03

Certes, la comparaison avec les années Hissène Habré n'a pas lieu d'être. L'ex-président tchadien avait tissé un système de répression implacable contre toute forme d'opposition, qui fit des dizaines de milliers de victimes entre 1982 et 1990. Assassinats, torture, crimes de guerre... Habré a été condamné à la prison à perpétuité par un tribunal spécial, l'an dernier, à Dakar. Mais l'homme qui l'a renversé, Idriss Déby, avait promis lors de sa prise de pouvoir qu'il œuvrerait pour «l'avènement d'une démocratie réelle, pluraliste, garantissant toutes les libertés individuelles et collectives». Vingt-sept ans plus tard, cette «démocratie réelle» n'existe toujours pas au Tchad : un rapport d'Amnesty International publié ce jeudi, «Entre récession et…

Lire la suite sur Libération

 
0 commentaire - Amnesty International dénonce une «nouvelle vague de répression» au Tchad
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]