Yonne : quatre squelettes retrouvés dans le "secteur" d'Émile Louis

Yonne : quatre squelettes retrouvés dans le

Les squelettes ont été retrouvés dans l'Yonne, dans le "secteur" d'Émile Louis. (Illustration)

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le vendredi 09 juin 2017 à 10h49

Selon le parquet d'Auxerre, "aucun lien" n'a pour l'heure été établi avec le tueur en série. Mais l'association des disparues de l'Yonne veut y croire. 

Quatre squelettes humains ont été découverts mercredi 7 juin dans l'Yonne lors de travaux de terrassement pour la construction d'un parking à Gurgy. À ce jour, "aucun lien" n'est établi avec des affaires connues, comme celle du tueur en série Émile Louis,a fait savoir le parquet d'Auxerre. 

Le journal Le Parisien avait fait état de la macabre découverte un peu plus tôt dans la journée, faisant un lien avec l'affaire des "disparues de l'Yonne" et Émile Louis. La procureure de la République d'Auxerre Sophie Macquart-Moulin avait immédiatement réagi. "Il faut raison garder", a-t-elle déclaré, décrivant "des ossements qui pourraient être très très anciens" et "bien alignés : il peut s'agir d'un ancien cimetière".

Le "secteur d'Émile Louis"

Mais pour le président de l'ADHY, l'association des disparues de l'Yonne, l'espoir qu'il s'agisse des victimes du "boucher de l'Yonne" existe bel et bien. "Émile Louis avait l'habitude de traîner dans les jardins. C'est son secteur. Mais il ne faut pas faire d'amalgame, c'est pourquoi nous demandons des analyses ADN, si les corps sont enterrés depuis moins de 30 ans", a-t-il déclaré France Bleu Auxerre. 

L'analyse des ossements a été confiée à l'IRCGN (Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale), qui procédera à leur datation. Les résultats ne sont pas attendus avant la semaine prochaine.

Interpellé en 2000, Émile Louis avait avoué avoir tué sept jeunes handicapées de la DDASS, entre 1977 et 1979, avant de se rétracter. Condamné à la prison à perpétuité en 2004, puis une nouvelle fois en appel en 2006, il est mort en octobre 2013 à Nancy à l'âge de 79 ans. 

 
5 commentaires - Yonne : quatre squelettes retrouvés dans le "secteur" d'Émile Louis
  • on accuse des personnes avant d'etre sure que ce soit vraiment elles les coupables

  • Espérons que l'ADN puis- ce enfin éclaircir la justice....mais attention ses squelettes peuvent etre avant ou après guerre..des gens tuer par la guestapo ou des jeunes allemands tuer par la FFI...ceci peut a prévoir...et bien d'autres suppositions...

  • Il est vrai que, entre autres, l'association de protection de l'enfance et des adultes handicapées locale; a sans doute préféré attendre.
    L'identification est toujours plus facile avec l'ADN ! Il est pertinent de se demander qui protège qui ? Avec un simple "retrait de l'agrément de la DDASS" ils s'en sont bien sortis.

  • émile louis ( sans majuscule) un bon français qui a pu "officier" longtemps

    CatonAncien  (privé) -

    grâce à l'aide de quelques autres bons français pas FN mais bien du secteur médico socialde gauche : le gendarme Jambert en sait quelque chose... sauf alphabet qui ignore appoigny

    T'es un comique, toi qui te prétends médecin.
    T'es donc aussi de gauche en médico social...

    CatonAncien  (privé) -

    alphabet dans sa grande science confond le médical et le médico-social qui n'a strictement rien à voir ... le premier soigne et le second encaisse les subventions publique pour encadrer les enfants handicapés par exemple dans les IME IMP IMPRO ...
    Quand on ne sait rien on se renseigne ou on se tait ... en fait de comique !

    Marrant

    au fait, il n'y a aucune possibilité d'exemption sur la vue à l'armée...

    CatonAncien  (privé) -

    encore une ineptie une de plus du compétent.... mais oui mon pauvre le classement en V3 V4 au bilan EVASIFIX n'était pas éliminatoire pour un 2e classe engagé en temps de paix mais insuffisant pour les EOR
    les malvoyants apprendront avec plaisir que l'armée ne les exempte pas peut-être comme tireur d'élite ... hi hi hi !!!!

  • il faut que l'ADN parle pour les familles et que l'on enterre ses malheureux dignement.

    L' adn parle toujours , il n'y a aucun doute

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]