Voies sur berges à Paris : Hidalgo ne "reviendra pas en arrière"

Voies sur berges à Paris : Hidalgo ne "reviendra pas en arrière"

La maire PS de Paris, Anne Hidalgo, le 30 mai 2016.

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le dimanche 04 septembre 2016 à 12h38

La maire socialiste de Paris, Anne Hidalgo, l'a affirmé ce dimanche dans le JDD : elle ne "reviendra pas en arrière" sur la piétonisation des berges de la rive droite de la capitale, malgré les critiques de la droite et l'avis défavorable de la commission d'enquête publique. L'élue promet de présenter un bilan d'étape dans un an.

"Nous ne prenons personne par surprise.

Les Parisiens ont soutenu cette mesure lors des élections municipales, elle figurait en bonne place dans mon programme", s'est justifiée la maire de Paris. "Notre administration n'est pas fermée au dialogue, ni sourde face aux critiques, surtout constructives mais nous ne reviendrons pas en arrière", a-t-elle ajouté. "Nous étudierons les résultats des enquêtes et nous ajusterons si besoin".

Pour lutter contre la pollution de l'air, Anne Hidalgo a récemment annoncé qu'elle passerait outre l'avis défavorable d'une commission d'enquête publique sur la piétonisation des voies sur berges rive droite, sur 3,3 km. Dans son avis consultatif rendu fin août, la commission avait estimé que le périmètre de l'enquête publique était insuffisant et "que l'étude d'impact ne permettait pas d'établir la réalité de la réduction de la pollution automobile" induite par la fermeture de la voie sur berge.

Selon la Commission, "les reports de circulation entraînés par la fermeture de la voie affecteront de manière significative un secteur plus large que les 1er, 4e, 7e et 12e arrondissements, auxquels a été délimité le périmètre de l'enquête publique", et que notamment les "5e, 6e et 8e arrondissements subiront un report de près de trois quarts des véhicules qui ne pourront plus l'emprunter".

CETTE PIÉTONISATION VA DEVENIR "UNE ÉVIDENCE"

Pour Anne Hidalgo, "ces motivations résonnent comme un déni complet de l'urgence climatique" et "ne tiennent pas non plus compte des motifs environnementaux, sanitaires, urbains et culturels qui sont pourtant à l'origine du projet". "Depuis 2001, nous devons faire face aux conservatismes dès qu'il s'agit de réduire le trafic automobile", a-t-elle ajouté ce dimanche dans le JDD. "Même l'inauguration du tramway des Maréchaux a été boycottée par l'opposition municipale. Quand nous avons aménagé la rive gauche, la droite parisienne nous avait déjà fait ce procès d'intention, disant que nous allions congestionner Paris alors que cela ne repose sur aucune donnée factuelle".

"Nous irons au vote le 26 septembre" lors du Conseil de Paris, a ajouté la maire de la capitale, qui "ne (se fait) aucun souci sur l'issue de la délibération" car elle a "une majorité très soudée sur ce sujet". "Au bout d'un an, je présenterai un bilan d'étape objectif, tant en matière de qualité de l'air que de reports de circulation, au Conseil de Paris et aux élus métropolitains. Et vous verrez alors que cette piétonisation sera devenue une évidence et que personne ne voudra revenir dessus", ajoute-t-elle. Pour elle, "réduire le trafic routier est une urgence sanitaire".

VERS UN METRO OUVERT 24h/24 ?

Pour Anne Hidalgo, le conseil régional d'Île-de-France dirigé par Valérie Pécresse (Les Républicains) "doit lui aussi se décider à agir contre la pollution et prendre ses responsabilités. Il est en retard sur le sujet", a-t-elle assuré en demandant l'amélioration des transports en métropole et grande couronne. La maire de Paris attend encore l'avis du préfet de police. Il dira lors du Conseil de Paris "quelle est sa position sur le sujet mais je suis optimiste".

Par ailleurs, elle a demandé qu'on aille "vers une ouverture du métro 24h/24. Je réitère ma demande à la Région", a affirmé Anne Hidalgo qui suggère de commencer par les "lignes automatisées, une d'est en ouest (la 1) et une du nord au sud (comme la ligne 14 de Saint-Lazare à Olympiades)". "Je propose de gagner une heure par an, ce qui permettrait de faire rouler les métros toute la nuit en 2024", dit-elle.
 
53 commentaires - Voies sur berges à Paris : Hidalgo ne "reviendra pas en arrière"
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]