Rétro : la Bulgarie, pire cauchemar des Bleus en 1993

par libezap

Pour son deuxième match qualificatif pour la Coupe du monde 2018, la France affronte la Bulgarie ce vendredi soir au Stade de France. Une affiche qui ravivera inévitablement des souvenirs douloureux pour les supporters des Bleus. De ceux rangés aux côtés d'un France-Allemagne 1982 ou d'un France-Italie 2006. De ceux qu'on voudrait effacer. Car, à l'évocation des Bulgares, on repense immédiatement à cette rencontre de novembre 1993 disputée au Parc des Princes, à ce centre trop long de David Ginola, à ce contre initié à dix secondes de la fin du temps réglementaire et à ces Tricolores qui regardent leurs adversaires courir. Surtout, on se remémore cette frappe magistrale de Kostadinov sous la barre transversale de Bernard Lama ; et ces Bleus qui pleurent. Dans la fraîcheur d'une fin d'automne, un vent glacial parcourut les travées du Parc : les hommes de Gérard Houllier abandonnaient là leurs rêves de Mondial américain. Sur ce but moururent les desseins promis dorés à une génération d'attaquants hors du commun. David Ginola – tenu pour principal responsable de la défaite par son sélectionneur –, Jean-Pierre Papin et Eric Cantona plièrent bagages avant l'Euro 1996, laissant ainsi la place à une certaine «génération 98»...

 
3 commentaires - Rétro : la Bulgarie, pire cauchemar des Bleus en 1993
  • c'est tellement facile de commenter derrière un micro !

  • est ce qu'il vous remercie au moins pour la pub que vous lui accordez , il me semble que vous êtes moins engagés pour ce qui concerne ses amis et adversaires de la primaire à droite vous à t-il promis quelque chose attention à vous car il n'est pas trop de parole

  • Emmanuel Macron parle de 22 000 emplois qui seront là avec les autocars ! A ce jour 1400 on est donc loin du compte ! Sachez que un voyage Toulouse Bordeaux en car Macron 5 euros ! croyez vous que le car est rentable ? mais, passé un lap de temps quand on ne donnera plus de compensations 2 solutions ! augmenter ou mettre la clef sous la porte ! et bien sûr moins de transportés vu le prix ! et ce monsieur vient nous dire qu'il faut du sang neuf et qu'on lui laisse la place presque ! bonimenteur autant sinon plus que les actuels gouvernants.

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]