Charlotte, victime de violences policières: quinze jours d'incapacité totale de travail - Le 11/05/2016 à 07h34

par ITELE

Agée de 26 ans, cette étudiante aux Beaux-Arts a été victime de violences de la part des membres des forces de l'ordre le 28 avril dernier sur la place de la République. Conséquence, 15 jours d'incapacité totale de travail pour la jeune femme. "J'ai dû prendre 5 à 6 coups de matraque, témoigne Charlotte, qui a eu un doigt fracturé et des ecchymoses sur les deux jambes. Et de reprendre: "Il doit quand même y avoir aujourd'hui des moyens d'immobiliser les gens sans les rouer de coups".

 
113 commentaires - Charlotte, victime de violences policières: quinze jours d'incapacité totale de travail - Le 11/05/2016 à 07h34
  • EHHHHHHHH , les medias , et si vous parliez AUSSI des violences faites aux forces de l'ordre !!!

  • il est vrai que maintenant les policiers maitrisent à coups de matraques les personnes qui manifestent dans le calme !!!! c'est tout de même un peu fort d'entendre de tels propos scandeux

  • à la fin de la manif si elle était rentrée chez elle cela ne serait pas arrivé

  • j'aime le ton pleurnichard de la journaliste pour raconter "les malheurs" de
    charlotte, prendra t-elle le même pour raconter les violences faites aux
    policiers ?;

  • Les médias et diverses associations nous parlent toujours de violences policières, mais bien moins souvent de violences faites aux policiers.
    Cette jeune femme devrait savoir que quand on veut jouer à la guérilla urbaine on prend des risques.
    Puis il faut être prudent. Une affaire récente concernant un handicapé qui aurait été maltraité par la police a été largement reprise par les réseaux sociaux. A l'examen des bandes vidéos de la SNCF il s'est avéré que c'est ce sans papiers handicapé qui avait commencé par uriner sur le quai puis avait retiré ses prothèses pour ameuter le public et faire accuser les policiers. Les passants qui ont publié la vidéo avaient tout simplement "oublié" de tout montrer !

    bsr et oui et pour bien des choses il en est ainsi maintenant , les bobos gauchos adorent

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]