VIDÉO - En 2014, le juge Lambert se confiait sur l'affaire Grégory

VIDÉO - En 2014, le juge Lambert se confiait sur l'affaire Grégory

Jean-Michel Lambert photographié le 1er septembre 2014 au Mans

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le mercredi 12 juillet 2017 à 11h20

Les rebondissements n'en finissent plus dans cette affaire vieille de 32 ans. Mardi soir, Jean-Michel Lambert, le premier juge chargé de l'enquête sur la mort de Grégory Villemin en 1984, a été retrouvé inanimé à son domicile, un sac plastique sur la tête.



Il y a trois ans, le juge Lambert avait couru les plateaux de télévision et les studios de radio pour présenter le livre qu'il venait de publier : sa version de l'affaire Grégory. Dans cet ouvrage intitulé "De combien d'injustices suis-je coupable ?", le magistrat revenait sur le déroulé des épisodes, sa conviction de la culpabilité de Bernard Laroche puis son changement d'avis, sa mise à l'écart du dossier au début des années 1990.

Au moment de la promotion de son livre, en 2014, Jean-Michel Lambert avait notamment réaffirmé que "Bernard Laroche était innocent".



Longtemps désigné comme l'un des responsables de ce fiasco judiciaire, celui qui avait 32 ans au moment des faits occupait là son tout premier poste en tant que juge d'instruction à Épinal, dans les Vosges. "Bouffé", "marqué à vie" et "hanté" par cette affaire judiciaire sans fin, le juge Jean-Michel Lambert s'était confié récemment sur la meurtrissure qu'il gardait en lui.



Après la découverte du corps de Grégory Villemin, pieds et poings liés dans la Vologne, le magistrat avait surpris en multipliant les confidences à la presse dès les premiers jours de l'enquête.



Mardi 11 juillet, le corps de Jean-Michel Lambert a été retrouvé dans son bureau, au Mans, avec un sac plastique sur la tête, serré avec un foulard. C'est une voisine qui l'a découvert, alertée par l'épouse du magistrat qui n'avait plus de nouvelles de lui. D'après les premières constatations, aucune trace d'effraction ou de lutte n'a été relevée dans son appartement. D'après les premières constatations, aucune trace d'effraction ou de lutte n'a été relevée dans son appartement. La piste du suicide est privilégiée.

 
13 commentaires - VIDÉO - En 2014, le juge Lambert se confiait sur l'affaire Grégory
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]