Vidal: la procédure d'admission post-bac est un "énorme gâchis"

Vidal: la procédure d'admission post-bac est un

La ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal à Paris le 7 juin 2017

A lire aussi

AFP, publié le lundi 17 juillet 2017 à 09h16

La plateforme informatique d'admission post-bac (APB) est un "énorme gâchis", a jugé lundi la ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal, en référence aux quelque 87.000 bacheliers toujours en attente d'une place à l'université.

Il n'est "absolument pas normal" que l'orientation de lycéens dépende d'un système informatique, a-t-elle déclaré sur France Inter, en dénonçant une "situation injuste et qui n'a aucun sens". Une vaste concertation avec les acteurs de l'enseignement supérieur doit débuter lundi pour "trouver rapidement des solutions pour la rentrée 2018", a-t-elle ajouté.

"L'objectif que je me suis fixé et que nous nous sommes fixés collectivement" est que tous les bacheliers qui le souhaitent trouvent une affectation en université, a-t-elle affirmé.

"Nous entrons dans la troisième phase et à partir du 18 juillet, le système va changer. Il reste 200.000 places disponibles dans l'enseignement supérieur et cette fois-ci les étudiants vont avoir à se positionner sur des places dont on sait qu'elles sont libres", a-t-elle ajouté.

Une concertation avec les acteurs de l'enseignement supérieur (présidents d'université, syndicats étudiants, des enseignants, fédérations de parents d'élèves, etc.) débute lundi après-midi pour discuter de la mise en place de "prérequis" avant l'entrée à la fac afin de réduire le taux d'échec en licence, via notamment une meilleure orientation des jeunes, et de supprimer le tirage au sort dès la rentrée 2018.

"Le tirage au sort, c'est fini en 2018, je m'y suis engagée", a rappelé Mme Vidal. Dans les filières dites "en tension", lorsque la demande dépasse les capacités d'accueil, les élèves sont en effet admis sur tirage au sort. 

"Le tirage au sort fait que des étudiants dont a priori on pense qu'ils auraient toutes les chances de réussir dans une filière n'y ont pas accès et que d'autres dont on sait qu'ils ont très peu de chances de réussir y ont accès. Il faut qu'on soit en capacité de donner une réelle information aux étudiants y compris sur leur probabilité de réussir" à travers les "prérequis", a-t-elle ajouté. 

Les facs françaises doivent accueillir chaque année quelque 40.000 étudiants supplémentaires, une hausse démographique observée depuis deux ans et qui devrait perdurer jusqu'en 2022. S'ajoutent aux néo-bacheliers les étudiants en réorientation, traités cette année sur un pied d'égalité par rapport aux jeunes ayant obtenu leur bac en 2017.

Cette année, "c'est 150.000 étudiants supplémentaires qui ont été mis dans le système APB", ce qui a "encore amplifié le gâchis" d'APB, a-t-elle détaillé.

Mi-juillet, 86.969 jeunes se trouvaient toujours sans affectation à l'université, selon des chiffres du ministère publiés samedi.

sva/bir

 
67 commentaires - Vidal: la procédure d'admission post-bac est un "énorme gâchis"
  • Il y a certaines matières qui devraient être soumises à un numerus clausus
    ou seulement en option secondaire
    Nous n'avons pas besoin de milliers de psychologues de sociologues, d'historiens de l'art, d'historiens...
    En option principale ouvrant à une license le nombre d'étuduiant doit être limitté
    En option complémentaire le nombre doit rester libre....
    Il faut valoriser la notion d'auditeurs libres

  • seuls certains bacs doivent permettre l'accès à certaines formations

  • zincorrect  (privé) -

    Qui a été ministre ces dernières années?

  • Au niveau des possibilités d'admission des bacheliers en université et autres grandes écoles, on parle essentiellement de " non droit" pour expliquer , accompagner et répondre à l'absence d'éducation à bases sélectives et de reconnaissances essentielles primordiales et supplémentaires des qualités et des capacités requises et sine qua non pour la poursuite des études. Il faut parler sans ambiguïté de notions de bases élémentaires et fondamentales à l'accomplissement de toute activité humaine. Quelles soient acquises ou innées, parmi ces principaux éléments on va retrouver les valeurs principales qui ont contribué à la grandeur de notre pays et de ses habitants: capacités intellectuelles physiques et morales autant , des efforts, du travail , du courage, de l'abnégation, des comportements, de l'intégrité..... on préféré substituer l'illusoire et fictive uniformité des capacités et des compétences et les facteurs de décisions on ne plus plus aléatoire et injustes au possible que constituent , le hazard, la chance et de tous les éléments qui constituent les différences dont on annule dés le départ tous les avantages et aspects positifs en supprimant la sélection pour uniformiser en possibilités l'absence des conditions minimales requises.L' éradication de la " Sélection" que veulent maintenir par l'utopique tentative de mise en place d'une société fictivement multi-églitaires les porteurs d'une utopique idéologie contre nature.. pour assimiler les différences elles aussi éradiquée par la pensée unique. Hors qu'un "âne" appartienne à un richissime propriétaire ou à un pauvre prolétaire, il ne gagnera jamais le grand prix de l'arc de triomphe. Inversement Sur le terrain et dans le concret de la réalité quotidienne les lois de la nature reprennent leur droit. A contrario, "Trêve ", " Golden Horn " , ou "Found " gagnants de l'arc de triomphe ne pourrait sans doute pas mener les mêmes missions que l'âne bâté sur les entiers sentiers rocailleux de montagnes. Peut-on uniformiser leurs entraînement leurs compétences et leurs possibilités mémé pour faire plaisir à leur environnements respectifs. Ils seraient temps que les idéologues syndicaux et leurs adeptes retournent eux mêmes en primaire pour réviser leurs bases cognitives. Tous les non redoublements Interdits en primaire puis au secondaire trouvent majoritairement leur épilogue aux étages supérieurs successifs et pour finir en université pendant que des compétences et des quasi certitudes de réussites sont laissés par tirage au sort sur le bord du chemin. C'est une image marquante de notre nouvelle société dont une Faible minorité se réclament en tirant les manettes par position et situation , dépassée et totalement aujourd'hui injustifiée au grand dam de porteurs de valeurs des ancestrales et historiques qui avaient fait la grandeur de notre pays et de ces habitants. .

  • En effet quel gâchis, pourquoi admet-on dans les universités des étudiants qui n'ont pas le niveau requis et dont on sait qu'ils en sortiront les mains vides? Pourquoi admet-on autant d'étudiants dans des filières qui les conduiront au chômage ou à la reconversion car on sait que l'offre d'emplois en fin d'études est très faible?

    pour que certaines disciplines vivent ils leur faut des étudiants sinon c'est la sclérose

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]