Vers une vendange "historiquement basse" après les gels de printemps

Vers une vendange

Vendange dans le vignoble de St Veran à Chasselas près de Macon (est), le 23 septembre 2016

A lire aussi

AFP, publié le samedi 22 juillet 2017 à 16h23

Bordelais, mais aussi Charentes, Alsace et Jura: les vendanges françaises en 2017 devraient être lourdement pénalisées par les gels de printemps, et les volumes de vin attendus pourraient être "historiquement bas", selon le ministère de l'Agriculture.

"A 37,6 millions d'hectolitres, la récolte 2017 devrait être inférieure de 17% à celle de 2016 et de 16% à la moyenne des cinq dernières années", indique Agreste, le bureau des statistiques du ministère de l'Agriculture dans sa dernière parution.

Cette récolte serait alors "historiquement basse et inférieure à celle de 1991, concernée elle aussi par un gel sévère", ajoute la publication.

Tous les bassins viticoles ont été touchés par un gel sévère au printemps. Mais les bassins du Sud-Ouest, notamment du Bordelais, des Charentes, mais aussi d'Alsace et du Jura seraient les plus affectés. Des pertes dues à la grêle sont aussi à prévoir en Bourgogne-Beaujolais, Sud-Ouest, Languedoc et Sud-Est.

Les vignobles du pourtour méditerranéen sont pour leur part affectés par un autre phénomène, également lié à un aléa météo, la "coulure", c'est-à-dire la chute des fleurs ou des jeunes baies, due en général à un incident au moment de la floraison et de la fécondation. 

Ce phénomène touche particulièrement les cépages Grenache de la vallée du Rhône.

Dans le détail, les vins pour eaux de vie (Cognac par exemple) pourraient être les plus touchés par la chute de récolte:

Selon les estimations du ministère, la récolte de vins pour eaux de vie devrait chuter de 31% à 5,36 millions d'hectolitres, contre 7,72 millions hl en 2016 et 8,21 millions HL de moyenne entre 2012 et 2016.

- "Août fait le raisin, septembre le vin" -

Pour les vins AOP (Appellations d'origine protégée), le recul devrait s'élever à 12%, à 18,45 millions hl contre 20,9 en 2016. Les vins IGP (Indication géographique protégée) devraient reculer de 15%, à 10,89 millions hl contre 12,8 l'an passé.

Enfin pour les vins sans indication géographique, le recul de production est estimé à 27%, à 2,9 millions hl contre 3,9 millions en 2016.

Pour tenter de dédramatiser, Philippe Faur-Brac, sommelier qui a remporté le concours de meilleur sommelier du monde en 1992, a rappelé à l'AFP ce dicton de vigneron: "Août fait le raisin, septembre fait le vin".

"Il est encore trop tôt pour tirer une conclusion sur la qualité du vin de cette année qui dépendra du climat jusqu'aux vendanges, et des conditions de récolte. Pour l'instant, les conditions climatiques ne sont pas mauvaises du tout, mais sur la quantité, ce sera économiquement très tendu, c'est sûr", a-t-il dit à l'AFP. 

L'année 1991 fut un "mauvais crû", non seulement en raison du gel, mais aussi de "conditions de récoltes pas terribles", a-t-il fait valoir.

Principal espoir de rééquilibrage, les systèmes de "réserves" pratiqués par certains vignobles comme le Chablis ou le Champagne, où une partie du vin est gardée d'une année sur l'autre sans être commercialisée, comme assurance. Ce qui permet de lisser l'incidence des aléas climatiques. 

"Comme 2016 était un grand millesime, cela permettra dans certaines régions de réguler les volumes et la qualité", a estimé M. Faure Brac.

Mais toutes les régions ne pratiquent pas ce système. Et les viticulteurs français sont loin d'être tous assurés contre le gel ou la grêle: seuls 25% d'entre eux le sont.

Certaines propriétés qui ont "peu de stock", "peu de trésorerie", et qui ont déjà subi un gel ou de la grêle l'an passé vont être en situation "difficile", relève Bernard Farges, président du comité national des AOP/AOC.

"Nous travaillons avec le ministère pour mettre sur pied des mesures structurelles passant par une amélioration du régime assurantiel et du régime fiscal d'épargne", a-t-il dit.

Ces mesures ne régleront pas le problème de cette année. Et il sera d'autant plus difficile à gérer que l'appel aux fonds solidarité de calamité naturelle n'est pas possible non plus, puisque ces dégâts sont théoriquement assurables.

im/fka/nas

 
23 commentaires - Vers une vendange "historiquement basse" après les gels de printemps
  • Z'ont oublié les grêles de l'été... Les légumes seront chers, y'a pas d'eau, le vin va d'venir cher, y'a plus d'raison, le gaz va d'venir cher l'Etat a permis le racket, la CSA va d'venir cher, l'Etat rackette, les députés sont beaucoup trop cher,s et le poste de président de la République est absolument inutile, en plus il est hors de prix, même quand il n'est plus en exercice. Les ex président, ils ont tous leur fondation, c'est curieux que le fisc n'y trouve rien à redire... Les associations humanitaires font des spots à la télé au prix où c'est, ou des campagnes d'affichage dans le métro, ont leur siège social Paris 7e; Paris 8e et reçoivent des dons qui servent à quoi, ou à qui ?

  • mais les ''gros'' s'en moquent car leur recoltes est achetées sur ''pied'' et pour plusieurs années !! une amie vigneronnes a vendu ses recoltes pour 5 ans à des australiens !! donc une mauvaise année le la bouteille de gevrey se vendra 55€ au lieu de 40 € !!

    avatar
    rose79  (privé) -

    bonne info j'ignorais

    avatar
    laccentdumidi  (privé) -

    pour les gros producteurs ils ont une certaine sécurité de cette facon sans perdre de l argent ! bonsoir

  • spanifles raflent tout sur les marché

  • et alors , ces richards se rattrapperons en 2018......

  • vous n'y connaissez rien le bon vin se vendra toujours aussi cher

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]