Valls acte sa rupture avec le PS et rejoint le groupe REM à l'Assemblée

Valls acte sa rupture avec le PS et rejoint le groupe REM à l'Assemblée

Manuel Valls arrive à l'Assemblée nationale le 19 juin 2017

A lire aussi

AFP, publié le mardi 27 juin 2017 à 13h55

L'ancien Premier ministre Manuel Valls a acté mardi son divorce avec le PS, un parti où il militait depuis 37 ans, et rejoint les rangs de la majorité présidentielle à l'Assemblée nationale.

"Une partie de ma vie politique s'achève. Je quitte le Parti socialiste, ou le Parti socialiste me quitte", a déclaré l'ancien Premier ministre de François Hollande, qui entend siéger "dans la majorité" d'Emmanuel Macron.

Selon une source parlementaire, M. Valls rejoint comme député apparenté le groupe République en marche. Son intégration a été approuvée par un vote à main levée des députés REM mardi matin.

L'annonce de M. Valls conclut de façon logique une trajectoire entamée de longue date et sanctionne aussi son échec à mettre sur pied un groupe de centre-gauche en appui de la majorité présidentielle. Il y a quelques années, il avait déjà plaidé pour un changement de nom du PS.

Battu en janvier à la primaire de la "Belle Alliance populaire", Manuel Valls avait soutenu Emmanuel Macron avant le premier tour de l'élection présidentielle, aux dépens du vainqueur de la primaire Benoît Hamon.

Une "trahison" vivement condamnée par ses camarades et qui lui avait valu d'être déféré devant la commission des conflits du parti début avril.

Interrogé le 8 juin sur une éventuelle exclusion de l'ancien Premier ministre socialiste, le premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis avait annoncé par avance le départ de M. Valls: "Je crois qu'il a décidé de ne plus être au PS, donc la question ne se posera plus dans quelques semaines", avait-il confié à Buzzfeed.

- Une 'voix républicaine à gauche' -

M. Valls, après avoir brigué en vain l'investiture de la REM, s'était présenté en "homme libre" aux législatives, qu'il a remportées d'un cheveu face à la candidate LFI Farida Amrani. Celle-ci a annoncé qu'elle déposerait un recours devant le Conseil constitutionnel mercredi.

Le député de l'Essonne, qui avait annoncé qu'il siègerait sur "les bancs de la gauche", et qui a caressé pendant plusieurs mois le projet de constituer avec ses proches un groupe de députés "sociaux-démocrates" faisant le pendant du MoDem au côté de la REM, n'est finalement pas parvenu à ses fins.

La République en marche ne lui a pas facilité la tâche, présentant des candidats face à la quasi-totalité de ses proches: Malek Boutih, Juliette Méadel, André Viola, Philippe Doucet, David Habib, Olivier Dussopt. Seuls ces deux derniers ont finalement été élus, mais ils n'étaient pas pour autant prêts à quitter le groupe PS.

Depuis jeudi, les tractations allaient bon train pour tenter de mettre sur pied un groupe de gauche "constructive" incluant des radicaux, des ultramarins, des divers gauche et des écologistes. Mais ces tentatives n'ont finalement pas abouti.

Quel rôle jouera Manuel Valls dans la future majorité ? "Je sais qu'il n'aura pas un rôle éminent, il ne l'a pas souhaité et aujourd'hui la nouvelle génération de La République en marche ne l'accueillerait pas en cela", a répondu le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner.

Sur RTL, M. Valls a dit son souhait d'être le porte-voix d'une gauche "républicaine". "Moi je défendrai dans cet hémicycle, dans les mois et les années qui viennent une certaine idée de la France, de la République, de la manière dont on vit ensemble, de la laïcité. Cette voix républicaine à gauche je veux la faire vivre", a-t-il affirmé.

L'ancien ministre de l'Intérieur, dont les prises de position ont parfois déclenché de vives polémique, comme sur la burqa l'été dernier, a livré mardi matin à Libération une interview où il enfourche ses principaux chevaux de bataille. Dénonçant la "complaisance à gauche à propos du terrorisme", il y estime notamment que Jean-Luc Mélenchon est "dangereux" et que la France insoumise "se compromet avec l'islam politique voire avec les islamistes".

Au PS, peu de réactions au départ de M. Valls. "Manuel Valls, l'ultime déchéance", a tweeté le président du MJS Benjamin Lucas, proche de Benoît Hamon.

 
804 commentaires - Valls acte sa rupture avec le PS et rejoint le groupe REM à l'Assemblée
  • Bien oui!
    Chez lui chez eux!
    Que dire de plus!

  • Le Valls a mis l'temps....

  • il prend le train en marche................

  • 37 ans de politique ...5 ans 1er ministre ... a regarder la France sombrer ...il roule encore a nos frais voiture de fonction chauffeurs ...gardes du corps ...supprimons ...les privilèges . de tous nos monarques qui n'ont pas relevé notre pays ....

    avatar
    Dlawgnir  (privé) -

    1er ministre ... a regarder la France sombrer ... Plus que regarder je pense qu'il a largement contribué au naufrage! Dommage qu'il ait été réélu député car cet incompétent idéologique aurait du disparaître dans les oubliettes de l'histoire!

  • Qui est Manuel Valls.? Français 54 ans .Citoyen Franco-espagnol .homme politique -( double nationalité mais naturalisé Français à l'âge de 20 ans) . Profession déclarée: conseiller en communication. Employeur: le peuple Français par élections interposées. Rappelons seulement son parcours politique et professionnel confondus. 
Maire dEvry 2001-2012 = 11ans . 1°Vice président du conseil régional d'île de France 1998-2002 (4ans et 4mois) . Conseiller régional d'île de France.1986-2002 (16 ans et 4 mois) . Député (Essonne) 2002-2012 = 10 ans réelu en 2017 ( pour 5 ans ). Ministre de l'intérieur gouvernement Eyraud.2012-2014 (23 mois). Premier ministre 2014-2016 (2 ans 8mois) . Qu'a-t-il construit pendant ses années de fonctions ? Une solide retraite ayant à ce jour pour bases 46 ans de fonctions publiques cumulées ( Pas mal pour un jeune homme de 54 ans) ça c'est sa réussite politique. Pour la réussite constructive pour les France et les Français. ??? À chacun ses opinions... mais combien d'ouvriers et de salariés adhérents ou non au PS voire simple partisans bénéficieront-ils des conditions similaires pour une retraite également similaire. Consolez-vous ce n'est qu'un exemple ils sont innombrables dans ce cas tous partis droite Gauche et Centre confondus à vous demander votre soutien, vous opposer aux soutiens des camps adverses pendant qu'ils tirent eux les " marrons du feu" . Certains comme ce monsieur n'ont même pas la pudeur d'essayer de s'en cacher. Mais leur sort a toujours été entre le mains des électeurs par bulletins de votes interposés ceux qui n'ont pas été en capacité de réfléchir avec lucidité et l'ont choisi en toute inconscience , ce qui n'empêche personne d'avoir ses idées et même de bonnes idées qu'on pourrait mettre en application et qui se sont laisser manipuler pendant des années. Quand aux autres .... ils ont au moins le renvoie de l'ascenseur, et aujourd'hui puisqu'ils ont approuvés qu'ils assument. Encore faut-il avoir la volonté et le courage d'en accepter l'augure. À la lecture des commentaires , ils n'apparaissent pas majoritaires. .

    Faites de la politique et vous en aurez autant…

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]