Une polyhandicapée interdite par Vueling de voyager avec son fauteuil spécialisé

Une polyhandicapée interdite par Vueling de voyager avec son fauteuil spécialisé

La mère de la jeune femme envisage de porter plainte contre la compagnie aérienne (photo d'illustration).

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le mardi 18 juillet 2017 à 09h29

Le 14 juillet dernier, privée de son siège conçu sur mesure pour prendre l'avion, Lucy a été contrainte de voyager sur les genoux de sa mère sur un vol Barcelone-Paris de la compagnie Vueling, révèle Le Parisien.

Pour fêter les 18 ans de sa fille, Amarantha Bourgeois avait offert un voyage à Barcelone à Lucy. La motricité et la tonicité de la jeune fille, équivalentes à celles d'un nourrisson de 3 mois, l'obligent à voyager avec un siège spécialisé afin de la maintenir correctement assise.



"J'ai mis trois mois à tout organiser.

J'ai contacté la compagnie Vueling pour connaître les dimensions de leurs sièges et faire réaliser un équipement sur mesure par un orthoprothésiste", explique au Parisien la mère de la jeune femme, qui a dû débourser 1.200 euros pour payer le fameux siège.

LA MOTRICITÉ D'UN BÉBÉ DE 3 MOIS

Or, si le voyage aller s'est très bien passé, au retour, le voyage retour a été "un cauchemar", raconte Amarantha Bourgeois sur Facebook. Le pilote a en effet refusé que la jeune fille pénètre dans l'avion avec son siège, estimant que celui-ci pouvait mettre "en danger la sécurité des autres passagers dans le cas d'une évacuation".

Lucy a donc été contrainte de voyager comme un passager lambda : "Elle ne tient pas assise, elle est épileptique. C'est une fille qui a un corps de 18 ans avec la motricité et la tête d'un bébé de 3 mois. Il faut bien imaginer que c'est une poupée de chiffon", confie encore sa mère.

"C'était très difficile d'asseoir Lucy qui ne tient pas assise, donc qui glisse complètement vers l'avant et qui finit par être en position allongée. Elle a d'ailleurs fait trois petites crises d'épilepsie sur un vol d'une heure et quart, au décollage et à l'atterrissage", déplore Amarantha Bourgeois, qui envisage de porter plainte pour discrimination contre Vueling.

 
148 commentaires - Une polyhandicapée interdite par Vueling de voyager avec son fauteuil spécialisé
  • là aussi je pense qu'il faut rester raisonnable, quand on est handicapé on ne peut pas tout faire non plus ! mais il va se soi qu'une petite plainte amènera un geste de la compagnie , il n'y a pas de petits profits !

  • on rest chez soi ou on prend des vols apropriés et non des low cost

  • A l'aller, le voyage a été assumé avec dignité et compréhension pour cette famille qui avait anticipé l'achat d'un fauteuil, et où l'intelligence a permis qu'elle voyage correctement sur le voyage à l'aller... Donc, bravo aux bonnes initiatives des personnes qui ont su anticiper et rendre le voyage possible..

    C'est au retour, où le Commandant de Bord a été indigne de refuser l'accès à cette personne, sous le prétexte de son handicap et de ce fauteuil a devoir rendre compatible sur le vol...

    Ce Commandant de Bord a mis en avant son inhumanité, car c'était pour les 18 ans de cette personne polyhandicapée qui vit un parcours douloureux depuis qu'elle a été mise au monde.. Où la famille voulait tout prévoir pour son anniversaire et voyager comme n'importe quel autre citoyen...

    Donc, c'est l'ignorance, l'inhumanité, où pénaliser doublement le HANDICAP de la personne concernée qui a mis sous l'humiliation la famille, sans compter la souffrance morale qui a été infligée à l'ensemble de la famille concernée...

    Ce Commandant de Bord doit en subir les conséquences.. Car, c'est au nom de son incompétence et de son inhumanité qu'il aura permis ce traitement indigne... A cette personne qui était lourdement handicapée et qui a dû voyager dans les pires circonstances sur le RETOUR... C'était en Espagne....

    Non, il ne faut pas minimiser ce refus à l'accès car ce qui a été mis en EVICTION, c'est la différence et le handicap qui ont été sous ce refus et le manque d'envie de rendre compatible ce voyage qui a pu se pratiquer à l'ALLER... Sur la simple initiative de trouver la compatibilité à ce siège qui avait été conçu sur une anticipation à ce voyage et où il entrait des les normes d'une autre catégorie de sièges sur l'Avion à l'Aller, et qui aurait pu se faire, sur le RETOUR idem, à l'Aller...

    C'est la DIFFERENCE qui est toujours visée et pointée du doigt où l'humiliation fut pour l'ensemble de la famille, où elle a dû voyager dans des conditions inacceptables sur son handicap...

    Donc, il faut sévir...Condamner le Commandant de Bord qui a refusé une personne pour son HANDICAP..

    Quand vous êtes en surcharge pondérale, c'est deux sièges qu'il faut prévoir, sur les constats médiatisés de gens qui en font les frais...

    Et tant d'autres critères qui stigmatisent des voyageurs qui n'entrent pas dans les normes...

    Le HANDICAP ne peut pas être sanctionné à ceux qui voyagent...

    Sans relecture.

    Vous précisez "sans relecture"... Vous auriez dû, pourtant, afin de modérer quelque peu vos propos et leur donner, ainsi, un peu de crédibilité.

    "en danger la sécurité des autres passagers dans le cas d'une évacuation".dixit le commandant
    Donc..normal !
    cqfd

  • Le commandant était dans son droit. En cas d'accident, le fauteuil, même adapté, pouvait se voir propulsé à grande vitesse vers d'autres passagers... Les bonnes intentions et les grands sentiments n'ont pas grand chose à voir avec la sécurité. Et les mêmes qui versent des larmes de compassions seraient sans aucun doute les premiers à accuser le pilote de laxisme s'il y avait eu des victimes...

    Il ne suffit pas de se renseigner sur les dimensions d'un siège pour se voir accorder l'accès. La maman aurait dû aller plus avant dans ses anticipations et obtenir, avant de faire fabriquer quoi que ce soit, l'autorisation de la compagnie aérienne, ce qui lui aurait évité tous ces déboires.

    En cas d'accident, tous les objets se retrouveront propulsés si le choc est important.

    donc si, de toutes façons, tout le monde meurt déjà...

    Random, l'aller ne s'est pas passé humainement et intelligemment, mais avec laxisme..

    Un atterrissage s'effectue à plus de 300km/h, un pneu qui éclate et c'est l'accident, dans ce cas le fauteuil peut-être propulsé à plusieurs G contre les autres...
    Proches des victimes ou blessés, y compris la maman de cette jeune femme handicapée, se précipiteront au tribunal pour obtenir des dommages et intérêts. La Compagnie se déchargera de toute responsabilité sur le Commandant de bord qui n'aura pas appliqué (par humanité intelligente) les consignes de sécurité....
    Je réitère, la maman aurait dû s'assurer par écrit auprès de la Compagnie de la faisabilité de son projet. Compter sur la compassion pour outrepasser les lois et règlements ne doit pas être un principe de fonctionnement. De mon côté, étant le Père et Tuteur d'une handicapée, je reste sceptique sur l'utilité de ce voyage pour une personne qui, d'après la mère, a l'esprit d'un bébé de 3 mois. Offririez-vous ce type de voyage à un bébé? A qui ce voyage était-il réellement destiné?

    Un pneu qui éclate ne cause pas cela...

    Entierement d accord ! la sécurité avant tout !

    entièrement d'accord avec Michmicho.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]