Une famille devant la justice pour le meurtre d'une jeune femme

Une famille devant la justice pour le meurtre d'une jeune femme

An allegory of Justice is pictured in front of lawyer dress in the Maison Bosc store, which has been manufacturing legal and academic dress in France and abroad since 1845, on December 4, 2013 in Paris. AFP PHOTO / FRANCK...

A lire aussi

AFP, publié le mercredi 21 juin 2017 à 15h42

Un homme de 31 ans est jugé à partir de jeudi devant la cour d'assises de Seine-Saint-Denis pour avoir tué la petite amie de son frère aîné et démembré son corps pour le faire disparaître avec la complicité de sa famille, en 2013 à Dugny (Seine-Saint-Denis).

Frédéric Tribout comparaîtra jusqu'au 30 juin pour meurtre, modification des preuves d'un crime et recel de cadavre. Son grand frère, qui fréquentait occasionnellement la victime depuis un an, ainsi que ses deux soeurs, âgées de 45 et 47 ans, seront jugés à ses côtés pour avoir effacé les traces de son crime. Son beau-frère devra également répondre de l'accusation de "recel de cadavre".

Le benjamin de la fratrie est accusé d'avoir étranglé la petite amie de son frère qui, selon sa version des faits, lui aurait fait des avances alors qu'ils se trouvaient seuls dans l'appartement familial situé à Dugny, le matin du 19 octobre 2013.

La dépouille de Faïza Hassouni, 31 ans, avait été découverte trois jours plus tard par un de ses amis, découpée en morceaux, dans le parc départemental de La Courneuve, situé à proximité du domicile des Tribout. Sur place étaient également retrouvés une valise à roulettes calcinée et un hachoir de boucher.

Lors de sa garde à vue, Frédéric Tribout avait avoué son crime tout en assurant n'avoir pas voulu tuer la jeune femme mais seulement "la faire taire" après qu'elle l'eut insulté parce qu'il refusait de coucher avec elle.

Il avait expliqué ensuite avoir fait appel à sa famille quand il s'était rendu compte, après avoir commencé à scier le corps dans la baignoire, qu'il n'arriverait pas à s'en débarrasser tout seul.

Apprenant ce qui s'était passé, son grand frère, âgé de 46 ans, avait voulu appeler la police mais ses sœurs l'en avaient dissuadé tandis que son beau-frère, expliquant avoir agi au nom de la "solidarité familiale", s'était chargé d'achever "le travail" après avoir pris de la cocaïne, de l'alcool et acheté les outils nécessaires.

Décrit comme introverti et asocial, Frédéric Tribout a été jugé responsable de ses actes. Lors du procès, il sera confronté aux proches de la victime qui, devant les enquêteurs, ont affirmé ne pas croire une seule seconde à sa version des faits.

 
2 commentaires - Une famille devant la justice pour le meurtre d'une jeune femme
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]