Une campagne de Médecins du Monde censurée

Une campagne de Médecins du Monde censurée

La dernière campagne de Médecins du Monde pour dénoncer les prix "révoltants" des médicaments.

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le lundi 13 juin 2016 à 13h03

- La dernière campagne de Médecins du Monde a été refusée par l'ensemble des réseaux d'afficheurs en raison d'un risque de réactions négatives de la part de l'industrie pharmaceutique. -

"Le cancer du sein, plus il est avancé, plus il est lucratif" ou "Une épidémie de grippe en décembre, c'est le bonus de fin d'année qui tombe".

Ces slogans choc font partie de la campagne pour dénoncer les prix "révoltants" des médicaments diffusée à partir de ce lundi 13 juin et signée Médecins du Monde (MdM). Ces prix "exorbitants mettent en danger le système de santé et on a déjà assisté au rationnement du traitement efficace de l'hépatite C pour la première fois de notre histoire", souligne Olivier Maguet, responsable à MdM de cette campagne, auprès de l'AFP. "Malheureusement cette tendance à l'inflation des prix ne fait qu'augmenter et la Sécurité sociale peut de moins en moins payer", ajoute-t-il en évoquant les nouveaux traitements du cancer (immunothérapie...), alors que 400.000 nouveaux cas de cette maladie sont observés chaque année. Des "prix qui ne sont pas justifiés", selon l'ONG, qui dénonce les "marges colossales et révoltantes" des laboratoires pharmaceutiques dans sa campagne. "Le risque majeur c'est la faillite, tout simplement, la banqueroute", alertait-il par ailleurs ce lundi matin au micro de France Info.

L'organisation s'insurge notamment contre le Solvadi, premier des antiviraux efficaces contre l'hépatite C : le traitement de 3 mois est vendu 41.000 euros (hors rabais) par patient alors qu'il coûterait moins de 100 euros à produire, selon les travaux du chercheur Andrew Hill de l'Université de Liverpool, souligne MdM. Le Glivec, contre la leucémie, facturé 40.000 euros par patient, est également dans le viseur.

APPEL AU GOUVERNEMENT

MdM appelle le gouvernement à prendre ses responsabilités afin de permettre l'accès de tous aux traitements, au moyen notamment d'une pétition adressée à la ministre de la Santé Marisol Touraine pour faire baisser le prix des médicaments. Elle est accessible en ligne sur le site www.leprixdelavie.com.

Il ne s'agit en effet pas de stigmatiser l'industrie pharmaceutique, "nous n'avons pas d'a priori sur les laboratoires, d'ailleurs nous travaillons beaucoup avec eux", assure le responsable de la communication de MdM Alexandre Jalbert à Influencia.net, mais de faire pression sur l'État. "Les autorités laissent les laboratoires dicter leurs prix et abandonnent leur mission, celle de protéger la santé des populations. Il est maintenant temps que Marisol Touraine agisse en ce sens : ce n'est pas au marché de faire la loi, c'est à l'État", prévient de son côté Françoise Sivignon, médecin et présidente de l'ONG.


LES AFFICHEURS FRILEUX

Néanmoins, cette campagne signée par l'agence DBD Paris déclinée en 12 affiches ne sera pas visible ni dans le métro, ni sur les abribus à Paris ou en région. La jugeant trop violente et diffamatoire, l'ensemble des réseaux d'afficheurs a refusé de la diffuser en raison d'un risque de réactions négatives de la part de l'industrie pharmaceutique, affirme le Dr Maguet. Les 1.200 bénévoles de l'ONG feront donc un "affichage sauvage" de la campagne par ailleurs diffusée via le web et les réseaux sociaux et dans les grands quotidiens nationaux.

De son côté, le Leem (Les Entreprises du médicament) "réagit avec la plus grande fermeté aux propos caricaturaux et outranciers tenus par Médecins du Monde". "Le prix de ces médicaments est fixé par le Comité économique des produits de santé (organisme dépendant de l'État, ndlr) à l'issue de négociations avec les industriels", rappelle-t-il. "On a franchi un pas dans l'outrance et la caricature. Les afficheurs ont eu raison de ne pas laisser d'espace à cette campagne", a déclaré, ce lundi sur France Info, Philippe Lamoureux, le directeur général.

"Cette campagne allait véritablement trop loin dans le dénigrement et la diffamation. L'industrie pharmaceutique a une culture du débat et de l'échange mais là on est véritablement dans l'invective et cela n'a pas de sens". Par ailleurs, il s'oppose également à la campagne sur le web et dans la presse écrite.

 
28 commentaires - Une campagne de Médecins du Monde censurée
  • avatar
    esti  (privé) -

    les laboratoires font ceux qu'ils veulent concernant les prix, et aucun responsable politique digne de ce nom ne trouve a redire cherchez l 'ereur

  • C'est pourtant la réalité.
    Exemple: la vente de tabac est très lucrative, il ne faut surtout pas s'y attaquer, puis, c'est le cancer des poumons, et là; les laboratoires se frottent les mains.
    Conclusion: un fumeur c'est un bon investissement pour beaucoup de monde.

  • le lobby pharmaceutique, quand va-t-on arrêter de ce faire dicter nos lois par des groupes de pression, il n'y a que la vérité qui blesse et sur le fond ils ont raison de dénoncer le mercantilisme de ces sociétés qui ne sont pas là pour soigner mais bien pour faire un max de thunes

  • le leem ce sont des crapules-et mzarisol est complice

  • Les Labos sont les banques de la politique , n'est ce pas Mr Sarkosy ? je cite celui-là mais les autres ne sont pas mieux ...
    Ces gens jouent et gagnent sur le dos des malades , tout le monde le sait et bien sur ne pas attendre d'améliorations avec nos politiciens de bas étages...

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]