Un pic de chaleur attendu mardi en France

Un pic de chaleur attendu mardi en France

Au Louvre, les touristes cherchent la fraîcheur de la fontaine le 21 juin 2017.

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le lundi 17 juillet 2017 à 20h38

La France se prépare à suffoquer. Les températures grimpent ce lundi et un pic de chaleur est attendu mardi 18 juillet sur une grande partie du pays.

"Dès le matin les températures minimales seront comprises entre 18 et 20 degrés en maintes régions, et surtout les maximales augmenteront", indique Météo France dans un bulletin d'informations spéciales. Le Sud-Ouest jusqu'au centre du pays sera particulièrement touché avec des températures de 34 à 38°. Prévoyez entre 30 et 36° partout ailleurs, sauf sur la Manche où le mercure ne devrait pas excéder 30° et le pourtour méditerranéen où on attend des températures de 28 à 32°.



DES FORTES CHALEURS QUI NE DURERONT PAS

L'épisode ne durera pas, une baisse des températures est attendu dès mercredi. "Une dégradation orageuse plus généralisée devrait permettre une baisse sensible des températures, sauf de l'Alsace à Rhône-Alpes où le temps chaud et lourd risque de se maintenir", détaille Météo France qui précise que les premiers orages pourraient éclater dans la matinée dans l'Ouest. Pour faire face à cet épisode de fortes chaleurs, "les autorités sanitaires recommandent aux personnes d'être particulièrement vigilantes dans les transports, notamment en prévoyant d'emporter pour tout déplacement en voiture ou en train des quantités d'eau suffisantes", indique Météo France.


LES NAPPES PHRÉATIQUES À BAS NIVEAU

De son côté, le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) a annoncé que les trois quarts des nappes phréatiques de France présentent un niveau "modérément bas à très bas", du fait d'une recharge hivernale déficiente. Un bilan établi au 1er juillet, avant ces fortes chaleurs. 74% des nappes sont concernées (70% selon le précédent bilan, datant du mois dernier).


Seuls 26% des points suivis se situent autour de la moyenne voire plus hauts. Ces quelques rares secteurs se situent au sud du Bassin parisien (les nappes des calcaires de Beauce) et dans les régions de Nîmes et Montpellier. En revanche la vallée du Rhône au sud de Lyon enregistre des niveaux "bas voire très bas". Autres secteurs à niveaux bas, la nappe de la craie champenoise, les nappes du bassin Adour-Garonne et celle des calcaires jurassiques de Lorraine.

Les nappes pâtissent d'un hiver globalement sec, avec des précipitations ayant tardé jusqu'en février. Au printemps, les pluies ont été bénéfiques à la végétation mais insuffisantes pour alimenter les eaux souterraines.

 
33 commentaires - Un pic de chaleur attendu mardi en France
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]