Trois hommes soupçonnés de préparer un attentat en France interpellés

Chargement en cours
 Le jihadiste français Rachid Kassim dans une vidéo de propagande de l\

Le jihadiste français Rachid Kassim dans une vidéo de propagande de l'État islamique diffusée le 20 juillet 2016.

1/3
© AFP, -, Welayat Nineveh
A lire aussi

Orange avec AFP, publié le mardi 21 février 2017 à 17h23

Les trois suspects ont été arrêtés à Clermont-Ferrand, Marseille et dans le Val-de-Marne mardi. Leur projet d'attaque était "avancé". D'après les informations de BFMTV, ils se sont connus sur les réseaux sociaux et ont été en contact avec le jihadiste français Rachid Kassim, recruteur de Daesh récemment tué en Syrie.

Un nouvel attentat aurait été déjoué en France mardi 21 février. Trois hommes ont été arrêtés à Clermont-Ferrand, à Marseille et dans le Val-de-Marne, en région parisienne, par les services antiterroristes. "Les suspects avaient un projet et ils étaient suffisamment avancés pour que les policiers de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) décident de leur interpellation", selonune source proche de l'enquête. "À ce stade, on ne sait pas s'il y avait une cible précise", a indiqué une autre source.

Dans la matinée, une opération de déminage a été menée à Clermont-Ferrand au domicile d'un des suspects, âgé de 37 ans, dans le quartier de la Fontaine du Bac, selon les informations du quotidien régional La Montagne.

Plusieurs perquisitions ont été menées mardi. Selon BFMTV, "des armes factices d'airsoft, une grenade à plâtre et un gilet tactique ont été découverts".

Les trois hommes ont été interpellés dans le cadre d'une enquête préliminaire ouverte en janvier par la section antiterroriste du parquet de Paris, selon une source judiciaire, en raison de "soupçons de départ en Syrie et un possible passage à l'acte en France", précise BFMTV. 

Les suspects étaient en lien avec Rachid Kassim

Selon les informations de BFMTV, les suspects sont "âgés de 30, 27 et 19 ans". Ils auraient été placés sous surveillance "à l'automne dernier par les services de renseignement après avoir évoqué un passage à l'acte dans leurs conversations faisant craindre un attentat imminent", précise BFMTV. Les trois hommes ne se connaissaient que via les réseaux sociaux, où ils étaient très actifs. "Ils auraient également été en contact avec Rachid Kassim, un recruteur français qui a trouvé la mort en zone irako-syrienne", toujours selon la chaîne d'information. Rachid Kassim, considéré comme l'inspirateur de plusieurs attentats en France, a vraisemblablement été tué début février dans un bombardement de la coalition contre l'État islamique, selon des sources américaines et françaises.

Deux attentats évités, des soldats attaqués au Louvre

La France, placée sous le régime d'état d'urgence depuis les attentats jihadistes de novembre 2015, fait toujours face à une menace terroriste "très élevée". Le 10 février, les services antiterroristes interpelaient dans l'Hérault quatre personnes, dont une adolescente, soupçonnées de vouloir commettre un attentat "imminent" en France. Quelques dizaines de grammes de TATP, un explosif artisanal puissant mais très instable, avaient été retrouvés lors des perquisitions. Dans ce dossier, Thomas Sauret, 20 ans, sa compagne Sarah, 16 ans, et Malik Hammami, 33 ans, ont été mis en examen le 14 février pour "association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste criminelle". Les deux premiers ont également été mis en examen pour "fabrication et détention d'explosifs en bande organisée". 

Le 14 février, un étudiant de 18 ans a par ailleurs été interpellé à Wattignies (Nord), dans la banlieue de Lille, avant d'être mis en examen et incarcéré. En garde à vue, ce jeune homme a reconnu avoir voulu commettre une action violente en France et envisagé plusieurs cibles, notamment le métro lillois ou un centre commercial, sans toutefois qu'"aucun élément ne montre à ce stade une préparation sur une cible précise".

Autre profil, autre modus operandi : le 3 février, un Égyptien de 29 ans avait attaqué, une machette dans chaque main, des militaires au carrousel du musée du Louvre à Paris, en criant "Allah Akbar". Il a depuis été mis en examen. Au 31 décembre 2016, selon une source judiciaire, il y avait 385 procédures judiciaires en cours en lien avec des dossiers de jihadisme, en progression exponentielle en quelques années.

 
103 commentaires - Trois hommes soupçonnés de préparer un attentat en France interpellés
  • Les constats transmis sont très préoccupants sur ces trois profils et sur des faits qui peuvent les confondre avec effectivement des projets secrets et qui devaient mettre à exécution sur des méthodologies connues...

    Ces arrestations démontrent, encore une fois, que les menaces d'attentats sont des risques avérés et tout doit être mis en œuvre pour les faire déjouer..

    Il y a eu donc, de nombreuses arrestations médiatisées et donc, des attentats déjoués..

    Cela démontre l'ampleur et la réalité à devoir prendre en compte les filières à démanteler sur l'ensemble de notre pays où les intervenants travaillent avec d'autres brigades pour endiguer des projets qui sont évoqués souvent par le Procureur Molins, sur les profils divers et variés...

    Ces arrestations démontrent que ces brigades travaillent sur des arrestations nécessaires pour éviter des attentats d'actes isolés ou de masse..

    La radicalisation n'est pas un fantasme pour répondre à un intervenant qui préfère sans doute les commémorations sur des victimes innocentes.... Pour répondre à A63.... Si ces arrestations ont été réalisées, c'est sur des faits concrets de profils divers de personnes fichées S ou connues pour radicalisation et ce qu'ils détiennent en vue de projets d'attentats, c'est loin d'être un jeu anodin ou simplement un risque à devoir minimiser..
    Il y a eu des faits où dans des lieux d'habitation, des cuisines transformées en lieux d'un arsenal artisanal pour atteindre des innocents sur des attentats.. Ces faits sont connus des experts du terrorisme et de ceux qui sont sur les arrestations d'attentats déjoués...
    Alors, on peut s'interroger de la prise de cette organisation qui aurait conclu de la sorte..
    Tous les faits ont démontré, des projets secrets déjoués ou des faits n'ont pas abouti, comme cette voiture à la bonbonne de gaz etc... Donc, ce sont des faits concrets et loin de ne pas avoir démontré que ces personnes étaient radicalisées et liées à des projets d'attentats et en liens avec ceux etc... Tous ces faits sont révélés de constats loin d'être fantaisistes ou des citoyens ont évité le pire...
    Notre pays n'a jamais vécu ces attentats sanglants répétés avec autant de victimes innocentes où rien n'est permis à devoir minimiser...

  • et si on agissait au lieu de toujours en parler
    on les arête on les élimine et basta

  • C'est un scandale d’arrêter ces jeunes , alors qu'ils n'ont, encore, tué personne !!

    c'est Amnesty International qui le dit !!!

  • "des armes factices d'airsoft, une grenade à plâtre et un gilet tactique ont été découverts" on va aller loin avec ça, ou la la ! la France devient la Turquie Bis, avec les écoutes téléphonique tout azimut, alors ne dites jamais que vous avez envie de vous envoyer en l'air, on vous prendra pour un kamikaze

  • bizarre quand meme maintenant il arrive a déjouer les attentats qu on t il fait en2016 fallait des morts pour que ce gouvernement bouge

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]