Téléphone au volant : vers des sanctions plus lourdes ?

Téléphone au volant : vers des sanctions plus lourdes ?

Selon une étude de la Prévention routière, quatre automobilistes sur 10 gardent leur smartphone à la main. (Illustration)

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le mardi 30 mai 2017 à 10h05

SÉCURITÉ ROUTIÈRE - Alors que les automobilistes restent accros à leur téléphone, la délégation interministérielle à la Sécurité routière proposera bientôt au ministre de l'Intérieur de verbaliser davantage ceux qui ne peuvent pas s'en passer, révèle Le Parisien.

Aujourd'hui, téléphoner au volant de sa voiture, à moto, à scooter ou en à vélo, est passible de 135 euros d'amende assortis d'un retrait de trois points du permis de conduire. En 2015, 956.000 points de permis de conduire ont ainsi été retirés à 318.000 conducteurs. Des sanctions qui n'effraient pas tous les conducteurs, révèle mardi 30 mai une enquête inédite de la Prévention routière menée dans près de 80 communes entre janvier et mars 2017.

Sur les 20.575 conducteurs observés à leur insu, les bénévoles de l'association ont constaté que 7% d'entre eux téléphonaient en conduisant et 40% le tenaient à la main. De mauvaises habitudes auxquelles les autorités veulent mettre un terme, selon Le Parisien.



"Face à des automobilistes qui ont un comportement d'addiction à leur téléphone, il faut renforcer les sanctions", estime auprès du quotidien un haut responsable de la délégation interministérielle à la Sécurité routière, qui devrait bientôt proposer au ministère de l'Intérieur de durcir les sanctions, selon le journal.

VERS UNE SUSPENSION DE TROIS MOIS DU PERMIS DE CONDUIRE ?

Quelles formes pourraient prendre ces nouvelles sanctions ? "Certains pays comme l'Italie réfléchissent à une suspension de permis de trois mois si un conducteur récidive après avoir été sanctionné une première fois pour usage d'un portable tenu en main, mais on peut aussi agir sur le prix de l'amende ou le nombre de points retirés", souligne la Sécurité routière dans les colonnes du Parisien.

De son côté, la déléguée générale de la Prévention routière Anne Lavaud plaide pour des "actions de sensibilisation pour évoluer les comportements" "plutôt qu'une surenchère des mesures répressives". L'association veut notamment la création d'un module spécifique sur le risque du téléphone au volant dans le cadre de la formation au permis de conduire et souhaite également que l'on impose aux entreprises le droit à la déconnexion pour les salariés dans le cadre de leurs trajets professionnels.

 
65 commentaires - Téléphone au volant : vers des sanctions plus lourdes ?
  • Curieux ce pays où on fait une fixation sur la sécurité routière et où il y a malgré tout pas mal d'accidents. En Irlande il n'y a aucune répression et pourtant quasiment pas d'accidents... Le problème est donc ailleurs.

  • Si je ne suis pas pour la répression systématique, j'avoue que cette fois ci, j'abonde dans ce sens !
    Le téléphone au volant est une roulette russe ! !
    Une seule fois dans ma vie, dans les années 90, au début du portable, je me suis fait épingler avec cet engin à la main ! Une seule fois m'a suffit et malgré mes 40 à 50.000 kms/an, jamais je n'ai eu d'autre pv pour ça !
    Quelque soit l'importance de l'appel, un arrêt ne coûte rien, ne fait pas perdre beaucoup de temps ( expérience vécue) et comme disait mon père " tu prendra bien le temps de mourir".

  • Le plus simple serai d equiper les vehicules d un brouileur ( dés la construction ) qui fonctionne lorsque le moteur tourne .
    Mais quelle perte d argent pour l etat

  • Même pour le vélo on enlève des points ,c'est grave

  • je ne sais si ces sanctions changeront le comportement des inconscients.....personnellement il peut sonner, je m'arrête et je rappelle, trop dangereux, j'ai failli avoir un grave accident à cause d'une femme absorbée par sa conversation.....

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]