Saint-Étienne-du-Rouvray : la mosquée ne veut pas de la dépouille d'Adel Kermiche

Saint-Étienne-du-Rouvray : la mosquée ne veut pas de la dépouille d'Adel Kermiche

Le responsable de la mosquée ne veut pas "salir l'islam" en inhumant le terroriste

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le samedi 30 juillet 2016 à 19h49

- 4 jours après l'attentat perpétré dans l'église de Saint-Étienne-du-Rouvray, au cours duquel un prêtre est mort égorgé, le sort des corps des assaillants pose toujours question. Selon Le Parisien, la mosquée de la ville a exprimé son refus d'inhumer Adel Kermiche, l'un des deux auteurs de l'attaque.

Les responsables expliquent ne pas vouloir "salir l'islam" en prenant en charge la dépouille du terroriste de 19 ans, abattu après avoir égorgé le père Jacques Hamel. -

C'est une question épineuse qui reste en suspens : que faire des corps des deux terroristes responsables de la mort du père Jacques Hamel, mardi 26 juillet, égorgé dans l'église de Saint-Étienne-du-Rouvray? La communauté musulmane de la ville de Seine-Maritime a indiqué qu'elle refuserait d'inhumer le jeune jihadiste de 19 ans Adel Kermiche. "On ne va pas salir l'islam avec cette personne" a affirmé le responsable de la mosquée située sur les hauteurs de la ville, Mohammed Karabila, président de l'association culturelle musulmane stéphanaise. "Nous ne participerons ni à la toilette mortuaire, ni à l'inhumation" dans l'hypothèse où elle serait réclamée par la famille, a-t-il poursuivi.


"Ce qu'a fait ce jeune, c'est immonde, il ne fait plus partie de la communauté", a pour sa part affirmé un fidèle de 25 ans, venu vendredi au centre de prière musulman, et trouvant "normal" que la mosquée ne veuille pas s'occuper de l'enterrement. C'est à la mairie de Saint-Etienne-du-Rouvray que reviendra la décision délicate de délivrer ou non le permis d'inhumer.

L'ENTERREMENT DES TERRORISTES : UN SUJET PLUS QUE DÉLICAT

La prise en charge des dépouilles des terroristes est une question épineuse qui se pose à chaque attentat. D'un point de vue juridique, la loi dispose que la famille d'un défunt peut l'enterrer dans la commune où il résidait ou celle du décès. Les proches peuvent aussi se rendre dans une ville où ils disposent d'un caveau familial. Si les villes refusent, c'est au préfet de trancher. Après les attentats de Paris et Saint-Denis perpétrés le 13 novembre 2015, seuls deux enterrements sur dix terroristes impliquées dans les tueries avaient eu lieu au cours des trois mois suivants. Samy Amimour, un des membres du "commando" du Bataclan, avait été inhumé au carré musulman du cimetière de La Courneuve. Ismaël Omar Mostefaï, qui accompagnait Amimour le soir des atrocités, avait lui été inhumé à Thiais.

 
72 commentaires - Saint-Étienne-du-Rouvray : la mosquée ne veut pas de la dépouille d'Adel Kermiche
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]