Saint-Etienne-du-Rouvray : l'EI revendique l'attaque de l'église

Saint-Etienne-du-Rouvray : l'EI revendique l'attaque de l'église

Policiers et secouristes sur les lieux de la prise d'otage à Saint-Etienne-du-Rouvray, près de Rouen, le 26 juillet 2016.

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le mardi 26 juillet 2016 à 14h30

- Les deux suspects se réclamaient de Daesh, a assuré François Hollande au cours d'un déplacement sur le lieu de la prise d'otage. -

Un prêtre de 84 ans a été égorgé mardi 26 juillet au cours d'une prise d'otage dans une église de Saint-Etienne-du-Rouvray, près de Rouen, en Seine-Maritime.

Les deux suspects, qui avait retenu 5 personnes, ont été abattus par la Brigade de recherche et d'intervention (BRI) de Rouen, a précisé à l'AFP une source policière. Ils se sont réclamé de Daech, a précisé François Hollande, peu avant que l'organisation jihadiste ne revendique l'attaque.

Les deux hommes sont arrivés dans l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray, une commune de 29.000 habitants située dans l'agglomération de Rouen, à l'heure de la messe matinale, vers 09h30. Ils ont pris en otages cinq personnes qui se trouvaient à l'intérieur, ont tué un prêtre et grièvement blessé une autre personne. En sortant de l'église, les deux preneurs d'otages se sont retrouvés face à face avec des hommes de la Brigade de recherche et d'intervention (BRI) de Rouen qui les ont tués.

Le Raid, unité d'élite de la police nationale, menait en fin de matinée des opérations pour s'assurer que rien n'a été piégé et qu'aucun dispositif explosif n'avait été placé à l'intérieur ou autour de l'édifice.



L'attaque a été perpétrée par deux hommes, tués par les policiers. Il s'agissait de "deux terroristes se réclamant de Daech" (acronyme du groupe jihadiste Etat islamique), a affirmé le président François Hollande. La section antiterroriste du parquet de Paris s'est saisie de l'enquête, confiée à la Sous-direction antiterroriste (SDAT) et à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI).

L'un des deux hommes "serait connu des services antiterroristes". L'homme, abattu avec son complice par les policiers, était fiché "S", ont précisé ces sources, confirmant partiellement une information d'iTELE. Il avait tenté de rallier la Syrie en 2015 et avait été, à son retour, mis en examen pour association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste et placé en détention provisoire, avant d'être libéré sous bracelet électronique. L'identification des deux assaillants se poursuivait en début d'après-midi.

Le groupe Etat islamique (EI) a affirmé que les deux suspects étaient deux de ses "soldats" par l'intermédiaire de l'agence Amaq, un organe de propagande du groupe jihadiste. Les auteurs de l'attaque "répondaient aux appels à prendre pour cible les pays de la coalition" internationale qui combat l'EI en Irak et en Syrie, d'après Amaq.



Le Père Jacques Hamel, prêtre auxiliaire de la paroisse, a été égorgé. Selon le site internet du diocèse de Rouen, il est né en 1930 à Darnétal, une commune de Seine-Maritime. Ordonné prêtre en 1958, il a fêté son jubilé d'or en 2008, indique le site du diocèse.

Auguste Moanda-Phuati, abbé titulaire dans cette église, l'a présenté sur RTL comme un "prêtre à la retraite qui donne encore des coups de main". Plutôt que de partir à la retraite, Jacques Hamel "a préféré rester sur place et continuer à travailler". Le prêtre "était très bien connu parce que ça fait plusieurs années qu'il est là", a ajouté M. Moanda-Phuati. L'archevêque de Rouen a évoqué "trois autres personnes blessées dont une très grièvement" et une communauté paroissiale "très choquée". La mairie de Saint-Etienne-du-Rouvray a ouvert une cellule psychologique.



Les lieux de culte, parmi lesquels les 45.000 églises catholiques en France, figurent parmi les cibles de l'organisation Etat islamique. L'attaque de mardi rappelle le projet d'attentat visant une église catholique de Villejuif (Val-de-Marne), déjoué en avril 2015. Un étudiant algérien de 24 ans, Sid Ahmed Ghlam, soupçonné d'avoir voulu prendre pour cible cette église et d'avoir tué une jeune femme sur son passage, a été arrêté.

Le Vatican a réagi à l'attaque de mardi en se disant "particulièrement frappé parce que cette violence horrible est intervenue dans une église, un lieu sacré où s'annonce l'amour de Dieu".

Arrivé sur place, François Hollande a "fait un point" avec les forces de police, a déclaré l'Elysée dans un tweet. Le chef de l'Etat a eu pendant son trajet Mgr Georges Pontier, président de la Conférence des évêques de France (CEF), au téléphone, a aussi indiqué l'Elysée. Il a annulé son entretien prévu à 14H30 avec Ibrahim Boubacar Keita, président de la République du Mali, a-t-on aussi précisé de même source.

De son côté, le Premier ministre Manuel Valls a immédiatement réagi sur Twitter. "Horreur face à l'attaque barbare d'une église de Seine-Maritime. La France entière et tous les catholiques sont meurtris. Nous ferons bloc", écrit le chef du gouvernement. Le Vatican a condamné "un meurtre barbare".



La section antiterroriste du parquet de Paris s'est saisie de l'enquête, a indiqué le parquet. L'enquête a été confiée à la Sous-direction antiterroriste (SDAT) et à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), a précisé le parquet.

 
218 commentaires - Saint-Etienne-du-Rouvray : l'EI revendique l'attaque de l'église
  • Ces terroristes sont morts. Mais ne peut-on pas exécuter leurs complices sans jugement. L'Etat ferait de sérieuses économies car les emprisonne"r nous coûte très très cher.

  • Un discours insipide de HOLLANDE ponctué de "euh"... et une brochette de 3 têtes de circonstance devant les caméras.

  • Ce sont les mêmes politiciens de gauche (comme de droite avant eux) incapables d'assurer la protection de la population qui ont signé des contrats avec les dictatures du Qatar et l'Arabie saoudite !!!

  • Quels que soient les assassins, ils ne font que suivre les incitations de certains ministres français qui déclaraient encore récemment (2 ans!!) "Le catholicisme, voilà l'ennemi!", "le catholicisme est incompatible avec la liberté!", "évoquer les racines chrétiennes de la France, c'est faire une relecture historique frelatée qui a rendu la France peu à peu nauséeuse!", des vrais visionnaire auxquels on a confié notre avenir et notre survie!!
    Avis d'un athée, qui reconnaît nos racines judéo-chrétiennes, ce qui n'empêche d'être critique sur les excès qu'elles engendrent, mais qui n'y voit en aucun cas une menace!!!

  • Et Valls blablabla et Cie. Mais que fait-il de concret pour nous protéger ? A part l'état d'urgence qui de toute évidence n'est pas efficace... En ce moment ils ne pensent tous qu'aux élections 2017.
    C'est indigne du gouvernement français, mais quant on voit quelques un(es) de nos ministres, à quoi peut-on s'attendre ? la colonisation !

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]