Roissy : elle a pris un vol avec des explosifs

Roissy : elle a pris un vol avec des explosifs©Panoramic
A lire aussi

6Medias, publié le mercredi 23 mars 2016 à 22h30

Une journaliste belge, dans le cadre d'un reportage, a mis en lumière des défaillances de sécurité alarmantes.

Après les explosions survenues le 22 mars à Bruxelles dans l'aéroport de Zaventem et à la station métro Maelbeek qui ont fait au moins 31 morts et 270 blessés, les débats se concentrent en partie sur les mesures de sécurité à adopter dans les lieux publics pour éviter de tels drames. Depuis plusieurs mois, la capitale belge était en alerte aux risques d'attentats.

Il y a un an, alors que la France venait de vivre une série d'attaques terroristes et que la Belgique était déjà menacée, Emmanuelle Praet, journaliste judiciaire belge, s'était penchée sur la question.

Elle avait réalisé un reportage édifiant sur les failles de sécurité, alors que son pays était en alerte de niveau 3 (l'alerte de niveau 4, seuil maximal, est en vigueur depuis le 22 mars). "On voulait vérifier si, oui ou non, grâce à la présence des militaires et des forces de l'ordre, la menace terroriste était quelque chose qu'on pouvait oublier", confie-t-elle à BFMTV.

"On aurait pu faire sauter l'avion"

Ses expériences ont prouvé qu'en dépit des mesures prises, il était possible de se rendre dans un palais de justice, au Parlement européen et dans un stade de football avec des explosifs cachés. Emmanuelle Praet a également pu pénétrer ainsi dans l'aéroport de Zaventem, celui même qui a été visé par deux kamikazes mardi.

La journaliste évoque aussi le test mené à l'aéroport parisien Roissy-Charles-de-Gaulle. Un dispositif, similaire à un véritable explosif mais inoffensif - afin de ne pas mettre la sécurité des passagers en péril -, avait été dissimulé dans un rasoir. Cela ne l'a pas empêché de passer les contrôles de sécurité. "L'opérateur a bien un peu tilté sur la densité de l'explosif mais n'a pas poussé le contrôle suffisamment loin pour nous empêcher de monter", explique-t-elle.

A bord, Emmanuelle Praet et son équipe se sont installés près d'une sortie de secours, avec l'explosif caché dans un rasoir dans un bagage à portée de main. "On aurait pu faire sauter tout l'avion", assure celle qui redoute "la défaillance de l'humain qui s'habitue aux contrôles".

 
159 commentaires - Roissy : elle a pris un vol avec des explosifs
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]