Revers judiciaire pour la plus grande centrale biomasse de France

Revers judiciaire pour la plus grande centrale biomasse de France

La plus grande centrale biomasse de France, à Gardanne dans les Bouches-du-Rhône, le 5 juin 2017

A lire aussi

AFP, publié le jeudi 08 juin 2017 à 18h34

La justice s'est opposée à la mise en service de la plus grande centrale biomasse de France, à Gardanne (Bouches-du-Rhône), un projet présenté comme écologique, mais dont l'impact majeur sur les forêts du Sud-Est aurait été sous-évalué.

Le tribunal administratif de Marseille a annulé mercredi l'autorisation délivrée par l'Etat en novembre 2012 pour exploiter cette centrale, qui a déjà commencé, à titre de test, à produire de l'électricité. L'étude d'impact préalable sur l'environnement a été considérée insuffisante, ce qui a "eu pour effet de nuire à l'information complète de la population", selon les juges.

Le site, une ancienne centrale à charbon, dont une unité a été reconvertie au terme d'un intense conflit social, est exploité par le groupe allemand Uniper, et emploie 180 salariés, dont 70 à 80 pour l'unité biomasse. 

Cette centrale, la plus importante de son genre de France, est un projet qui a été soutenu par l'Etat dans le cadre du "Grenelle de l'environnement" : l'énergie produite, renouvelable, devait à terme représenter 6% de la production d'électricité de la région Paca.

Mais le gigantisme de la centrale, calibrée pour brûler 850.000 tonnes de bois par an - pour moitié des déchets, pour moitié du bois issu de coupes forestières - est dénoncé par ses détracteurs : pour l'alimenter, il faudrait prélever 35% du gisement forestier disponible dans un rayon de 250 kilomètres.

Deux parcs naturels régionaux, celui du Lubéron et du Verdon, plusieurs communes des Alpes-de-Haute-Provence et des associations, dont France Nature Environnement (FNE) avaient attaqué en justice.

- "Impact gigantesque" -

Les juges reprochent au groupe de n'avoir étudié l'impact du projet que dans un périmètre de trois kilomètres, alors que la centrale prévoit de brûler du bois coupé dans un rayon de plusieurs centaines de kilomètres. Ils jugent également que les dégâts sur l'environnement des camions qui alimenteront la centrale en bois et la pollution atmosphérique (particules fines, dioxines, CO2) n'ont pas été correctement pris en compte.

"L'étude aurait dû prendre en compte l'impact gigantesque pour la ressource forestière française de ce projet surdimensionné", a commenté Sophie Bourges, juriste chez FNE. 

A compter de ce jour, la centrale n'a plus le droit de fonctionner, mais le groupe peut faire appel, ou, en cas d'échec, recommencer une nouvelle étude d'impact, a-t-elle expliqué.

Sollicité par l'AFP, Uniper n'avait pas réagi mercredi.

Pour le député sortant François-Michel Lambert, candidat à sa réélection sous l'étiquette République En Marche, "le groupe a voulu forcer les lois françaises" en reconvertissant sa centrale à charbon, jugée pas assez rentable, en une centrale biomasse démesurée, sans mener les études d'impact suffisantes.

- Craintes pour l'emploi -

L'ancienne ministre de l'Environnement Ségolène Royal a botté en touche et "l'Etat a mis la tête dans le sable" en laissant le projet se faire, sur fond de conflit social dur avec les salariés, qui craignaient pour leur emploi, poursuit ce détracteur de longue date du projet, qui plaidait pour une reconversion dans le gaz.

"Je suis très inquiet pour les salariés, on peut redouter qu'ils annoncent la fermeture" du site, avance-t-il. 

"La région manque d'emplois", a abondé le maire de Gardanne, Roger Meï (PCF) évoquant "un coup dur". L'édile annonce dans un communiqué avoir sollicité le préfet pour "lui demander de laisser le temps à l'entreprise de répondre".

Au total, 250 millions d'euros ont été investis pour la reconversion à la biomasse d'une tranche de la centrale, qui génère 80 emplois directs selon son exploitant, et a commencé à brûler, faute de ressources locales suffisantes, du bois importé d'Amérique du Sud.

Dans l'immédiat, "nous demandons à l'Etat d'accorder une dérogation ou un permis d'exploiter provisoire", a réagi auprès de l'AFP Nadir Hadjali, Secrétaire général adjoint de la CGT du site. "On est d'accord pour que l'aspect environnemental soit pris en compte, mais qu'on nous parle de fermeture, là, on n'est plus d'accord", poursuit le représentant, qui appelle la direction à confirmer rapidement sa volonté de poursuivre le projet.

 
23 commentaires - Revers judiciaire pour la plus grande centrale biomasse de France
  • après les boues rouges, les boues grasses?

  • Cela devient à ce point puéril qu'on se demande si cela est vrai !
    Pour mémoire , de bruler des déchets , balance dans l'atmosphère des tonnes et des tonnes de co2 , de bruler du bois de coupe aussi ! Pourquoi faire si c'est pour raser les forets qui pour le coup sont les seules pompes à carbone qu'ils nous restent , et crachons sur le nucléaire ! vous savez ce truc qui ne balance que de la vapeur d'eau dans l'atmosphère ! finalement c'est pas si mal ! non ?

  • Tout à fait, encore une gabegie bien française à mettre au compte de nos incapables de politiques.

  • Depuis 1978 où est apparue l'obligation de "l'étude d'impact", il n'y a aucune directive écrite, ni création de structures de formation pour savoir ce qu'on doit mettre dedans, tout comme pour les études falsifiées de labos pharmaceutiques !!!

  • à gardanne le charbon est là et econnomiquement rentable car la mine est à ciel ouvert
    un kilo de carbone qu'il vienne du fossile ou du bois émet la meme quantité de GES
    un arbre coupé prématurément n'absorbe plus de CO² et il faudra 30 ans avant que l'arbre planté en remplacement absorbe la meme quantité de CO²

    Vivarais
    Si vous ne comprenez pas la différence, c'est inquiétant.
    Un arbre capte le co2 pour grandir. il le libère quand il est coupé pour être brûlé et l'arbre planté à la place captera ce CO2.
    Le bois ne sert pas qu' a faire du feu mais aussi des objets......
    Enfin la partie de la biomasse qui n'est pas utilisée ( feuilles, branches, fruits......) reste dans le sol.
    Par contre, brûler du charbon conduit à relâcher dans l'atmosphère du carbone fossile qui a été capté des millions d'années auparavant....

    La mine de charbon a été fermée en 2003 pour cause de rentabilité : le prix de la tonne extraite était à l'époque cinq fois plus cher que celui du marché international...

    Ceci dit, une mine à ciel ouvert n'est pas forcément rentable ! De plus, Gardanne a été exploité plusieurs siècles, il ne doit plus rester grand chose à ciel ouvert.

    Un kilo de carbone, qu'il vienne du fossile ou du bois, émet la même quantité de GES, c'est exact, mais à une différence près : le GES fossile reste dans l'air alors qu'il était jusqu'alors prisonnier, mais le GES du bois sera dans un temps plus ou moins long re-stocké dans le bois et disparaitra.

    Cela devient à ce point puéril qu'on se demande si cela est vrai !
    Pour mémoire , de bruler des déchets , balance dans l'atmosphère des tonnes et des tonnes de co2 , de bruler du bois de coupe idem ! Pourquoi faire si c'est pour raser les forets qui pour le coup sont les seules pompes à carbone à nous débarrasser du Co2 restant opérationnelles ! alors crachons sur le nucléaire ! vous savez ce truc qui ne balance que de la vapeur d'eau dans l'atmosphère ! finalement c'est pas si mal ! non ?

    Selon le quotidien des usines, l'extraction d'une tonne de charbon de Gardanne coûtait 226 euros (en 2003 date de fermeture) contre moins de 30 euros pour une tonne importée d'Afrique du sud ! Avez-vous d'autres données ? En dehors de votre position sur l'environnement !

    portalis1 combien coute à la collectivité le plan charbonnier
    30 euros c'est le cours mondial mais vous ne prenez pas en compte l'acheminement ni les infrastructures portuaires etc

    J'aurais été plus convaincu avec une analyse chiffrée et détaillée !

    portalis1 une analyse chiffrée
    en suisse l'extraction du sel revient 10 fois le prix du sel européen issu des marais salans
    mais malgré celà ils interdisent toute importation de sel et font tourner les salines à 100%
    l'allemagne fait de meme pour son charbon et son fer
    nous nous importons les 2 et ces importations sont taxés par l'UE
    ce qui fait que les taxes d'importation ne rentrent pas dans les caisses de la france mais de l'UE
    savez vous que l'acier importé de chine est taxé à 72% par l'UE pour les mettre à niveau des productions européennes (principalement allemande et polonaise) "verifiez"
    on est loin des 3 % que proposait marine
    il est étonnant que celà vous ait échappé car il en etait question dans les médias dont vous faites référence pour critiquer le FN au mois de lanvier 2017

    portalis1 ces analyses sont cités par le journaux dont vous faites références pour critiquer le FN
    il est inutile que je vous en fasse la demonstration puisque vous la refusez des médais meme que vous approuvez
    tous comme les taxations douanieres de l'UE dont certaines pour des mesures anti dumping s'elevent jusqu'à 72%
    vous l'avez lu en janvier 2017 dans le figaro ce qui ne vous a pas empéché de crier au loup lorsque le FN lui ne voulait taxer les importations que de 3 %
    la differences c'est que les taxes douanieres de 3% rentraient dans les caisses de l'état françaises
    mais que les taxes douanieres actuelles bien plus élevées rentrent dans les caisses de l'UE

    dqr33 et si l'on ne detruit pas les forets ,les arbres fixeront le CO² issu du fossile
    pour le CO² n'est pas différent qu'il vienne de la biomasse ou du fossile qu'il vienne
    c'est comme pour la radioactivité , les rayonnements sont identiques qu'ils soient naturels ou artificiels

    Les forêts du monde, si on n'y touche pas, n'ont qu'une certaine capacité d’absorption de CO². Dans l'état actuel des chose, elle est incapable d'absorber les quantités astronomiques supplémentaires du CO² venant des carburants fossiles, CO² jusque là bien à l'abri dans le charbon, le pétrole, etc.

    Et comme il me semble bien que la surface des forêts diminue à la vitesse grand V, on n'est pas sorti de l'auberge !

    Le CO² est bien évidemment identique, sur le plan chimique et qu'il vienne de la biomasse ou des carburants fossiles. Tout comme les rayonnements cause de la radioactivité, qu'il soit naturel ou artificiels.

    C'est la concentration qui pose problème.

    Ben, j'ai toujours pas vos chiffres sur la rentabilité de l'exploitation de Gardanne, à l'origine de votre message (n'hésitez pas à vous relire)

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]