Recours du Marineland contre l'interdiction de la reproduction des dauphins en captivité

Recours du Marineland contre l'interdiction de la reproduction des dauphins en captivité

Des dauphins sautent lors d'un spectacle au Marineland d'Antibes, le plus grand parc d'attractions marin d'Europe, le 7 décembre 2016

A lire aussi

AFP, publié le lundi 10 juillet 2017 à 15h48

Le parc Marineland a annoncé lundi avoir introduit un recours devant le Conseil d'État contre l'arrêté interdisant notamment la reproduction des dauphins et des orques en captivité, qui condamne selon lui "à terme l'activité des delphinariums français".

L'arrêté paru le 6 mai au Journal officiel, signé par Ségolène Royal, alors ministre de l'Environnement, avait été modifié juste avant sa publication, et prévoyait uniquement à l'origine "un contrôle étroit de la reproduction des dauphins" en fonction de "la configuration et la taille des bassins".

"Madame La Ministre a introduit dans l'arrêté des modifications de dernière minute bouleversant son économie générale", déplore dans un communiqué le Marineland d'Antibes lundi, évoquant un texte qui "dénature le travail et les échanges résultant de plus de deux années de concertation entre les services de l'État, les associations de défense des animaux et de protection de l'environnement et les professionnels du secteur".

"Ce faisant, Madame la ministre a excédé ses compétences (notamment en interdisant la reproduction des dauphins et en condamnant, à terme, l'activité des delphinariums français)", poursuit Marineland.

"Il résulte, au sein même de l'arrêté, des contradictions et incohérences rendant impossible la mise en oeuvre de celui-ci et conduisant inéluctablement, contrairement aux objectifs affichés par l'arrêté, à une altération des comportements naturels des animaux, des risques pour leur santé et, à long terme, une moindre protection des espèces concernées", poursuit encore le parc animalier.

"Marineland souhaite que l'arrêté soit réécrit avec l'aide d'un comité scientifique reconnu, et qu'il tienne compte pleinement de l'arrêté de mars 2004 encadrant les activités zoologiques", conclut le parc.

Les critiques se sont multipliées ces dernières années contre l'exploitation d'orques et de dauphins dans les parcs aquatiques, comme le Marineland d'Antibes, le plus grand parc d'attractions marin d'Europe.

 
10 commentaires - Recours du Marineland contre l'interdiction de la reproduction des dauphins en captivité
  • vous me faites marrer ,vous les soi-disant écolos qui venez donner des leçons contre les méchants zoos tortionnaires,les cirques faisant du fric sur le dos des animaux,les parcs marins,et puis il y a les ceux qui veulent interdire les élevages d'animaux quels qu'ils soient,pour l’agrément ou pour se nourrir .
    mais bizarrement,personne ne viens pleurer des dauphins et des baleines tués par les navires "scientifiques" du gouvernement japonais,rien sur les abattages de chiens dont se régalent certaines peuplades,rien non plus sur les fauves élevés en afrique du sud pour que quelques riches "chasseurs" fassent un tableau,et toujours rien contre les braconniers qui tuent des éléphants,des rhinocéros,des tigres et j'en oublie,pour que des médicaments soient faites avec leurs cornes,défenses ou testicules.
    alors les écolos ,on a peur de d'affronter les vrais responsables de massacres,un directeur de cirque ou un éleveur de bovins vous font moins peur ?

  • Observer ces grands animaux dans la nature, dans leur élément : c'est bien. Mais qui peut le faire ? Les friqués, les riches. Les autres c'est-à-dire la majorité ne peuvent ni ne pourront jamais le faire. Si ces animaux étaient maltraités ou malheureux dans les zoos, les cirques ou les marineland ils ne feraient jamais ce qu'ils font.

  • Et les dauphins, qu'est ce qu'ils en pensent ?

  • le plus beau pays au monde la France et bientôt comme le paquebot à la dérive c'est effectivement du grand n'importe quoi on écoute des soit disant écolos qui ne sont que des irresponsables qui effectivement à termes vont créer des chômeurs et oui cela va un jour très mal se terminer

  • Toutes ces installations faites pour faire du fric en faisant vivre dans des conditions scandaleuse des animaux qui devraient être en libertés devraient être interdites

    t'as raison !il faut les remettre en liberté pour que les japonais les capturent et les bouffent

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]