Raffineries : la grève coûte des "dizaines de millions d'euros" à Total

Raffineries : la grève coûte des

Des militants CGT bloquant la raffinerie Total de Feyzin (Rhône), le 24 mai 2016.

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le mercredi 01 juin 2016 à 16h55

- Selon un document interne révélé ce mercredi par l'AFP, la grève partielle ou totale menée par les opposants à la loi travail dans les cinq raffineries françaises de Total a un impact de "plusieurs dizaines de millions de dollars par semaine" pour le groupe pétrolier. La facture pourrait s'élever à plus de 80 millions d'euros sur deux semaines, selon "Le Figaro".

-

La situation continuait de s'améliorer ce mercredi dans les réseaux de distribution de carburants en France. Le nombre de stations-service en rupture totale d'approvisionnement se réduit progressivement : "On est tombé sous la barre de 5% des stations fermées sur tout le territoire, alors qu'on était à quasi 10% lundi matin". Cela représente environ 500 stations sur les 11.500 dénombrées en France. Dans le réseau Total, qui compte 2.200 stations, 323 étaient en rupture totale (102) ou partielle (221), contre 415 la veille et 815 au plus fort de la crise jeudi dernier, selon un point de la situation à 13h.

QUATRE RAFFINERIES COMPLÈTEMENT À L'ARRÊT

Mais alors que tous les dépôts pétroliers ont été débloqués, à l'exception de celui de Gargenville (Yvelines) en grève, la situation restait inchangée sur le front du raffinage, affecté par la fronde contre le projet de loi travail. Quatre raffineries de Total étaient complètement arrêtées (Normandie, Donges, Grandpuits et Feyzin) tandis que celle de La Mède (Bouches-du-Rhône) tourne désormais à 80% de ses capacités et expédie ses carburants par oléoduc. La raffinerie de Petroineos à Lavéra (Bouche-du-Rhône) était également à débit réduit, principalement pour des raisons techniques, tandis que les deux sites d'Esso (ExxonMobil) à Port-Jérôme-Gravenchon et Fos-sur-Mer fonctionnaient normalement.

Le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, s'est rendu mardi soir à Donges (Loire-Atlantique), pour soutenir les grévistes de la raffinerie Total. "La mobilisation s'amplifie et cette semaine va être la semaine la plus forte de mobilisation depuis trois mois maintenant, avec un patronat qui a sombré dans l'insulte, (...) et en même temps un gouvernement qui dit qu'il est ouvert au dialogue (...)", a souligné le numéro un de la CGT. "Puisqu'il (le Premier ministre Manuel Valls) est ouvert au dialogue, et bien dialoguons, discutons. (...) La balle est dans son camp".

TOTAL A MENACÉ DE "RÉVISER SÉRIEUSEMENT" SES INVESTISSEMENTS EN FRANCE

Cette situation a un coût pour le groupe pétrolier français : "Financièrement, cela représente tout d'abord une perte de l'ordre de plusieurs dizaines de millions de dollars par semaine", a indiqué Michel Charton, le directeur du raffinage européen chez Total, dans cette communication interne datée de ce mercredi. Le 24 mai dernier, "Le Figaro" avait affirmé que le manque à gagner pour Total "oscillerait entre 40 et 45 millions d'euros par semaine", soit une facture qui s'élève déjà à 80 millions d'euros depuis le début des blocages des raffineries. Un montant que le groupe, qui ne communique pas sur le coût de la grève, n'a pas voulu confirmer. Le quotidien avait ajouté que "l'interruption d'une raffinerie n'a rien d'anodin : si le site est en effet complètement arrêté, il faut ensuite plusieurs semaines pour le faire redémarrer".


"Mais les dommages vont au-delà : c'est globalement un coup d'arrêt aux efforts menés depuis quatre ans par les équipes pour faire progresser notre taux de disponibilité, sécuriser notre outil industriel, rechercher des clients et les fidéliser...", a souligné Michel Charton. Le 24 mai, le PDG de Total, Patrick Pouyanné, avait menacé de "réviser sérieusement" les investissements du groupe dans son activité de raffinage en France, en pleine restructuration pour la rendre bénéficiaire. "C'est quelque part une forme de rupture du pacte qui lie à la fois nos employés et notre entreprise", avait expliqué. Le groupe a prévu d'investir 400 millions d'euros pour moderniser et restructurer le site de Donges (Loire-Atlantique) et 200 millions pour reconvertir celui de La Mède vers la production de biocarburants, moyennant la suppression sur ce dernier de 180 postes.

Manuel Valls a évoqué mercredi son "sentiment de gâchis" sur l'impact économique du conflit social : "Oui, ce conflit peut peser sur notre économie, au moment où l'action du gouvernement permet la reprise, la croissance et la baisse du chômage. Et j'ai parfois, oui, un sentiment de gâchis, face à cette situation où le moral des ménages connaît un bond sans précédent et que certains risquent de dévaloriser", a plaidé le chef du gouvernement à l'Assemblée nationale, en réponse au député communiste André Chassaigne (Puy-de-Dôme).

 
49 commentaires - Raffineries : la grève coûte des "dizaines de millions d'euros" à Total
  • Eh bien quand Total licenciera et ira implanter ses raffineries ailleurs, ces gréviste cégétistes récolteront ce qu'ils auront semé. Tant pis pour eux.

  • Dommage pour les ouvriers qui ne toucheront pas la participation aux bénéfices mais ils pourront toujours demander à la CGT de compenser .

  • CGT = faillite d'entreprises !!!

  • et Total va répercuter sa perte financière sur les consommateurs , et la CGT va encore hurler !!!

  • rassurez vous tout va bien , on s'alimente en carburant depuis l'étranger et on prélève sur les stocks stratégiques !! nous sommes en état d'urgence et le gouvernement cède sur toutes les lignes !! au large les pétroliers attendent de décharger leur produit et ils perdent de l'argent !! oui les raffineries en France vont subir les contre coups !!! bravo pour l'emploi ! et les investissements étrangers ce sera pour la Belgique l'Allemagne la Grande Bretagne mais pas pour les français !! la France va payer le prix fort de cette gestion calamiteuse de cette crise !!! le binôme qui gère le pays va conduire au suicide imposé de notre économie !! le modèle social français , quelle belle hypocrisie !!

    a sindigner !
    c'est beau de critiquer mais avant de lancer votre commentaire , renseignez vous pourquoi Total ne paye pas d'impôts en France !!! vous seriez surpris !!!

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]