Pyrénées-Atlantiques : Pau et Bayonne font "front commun" contre le financement de la LGV Tours-Bordeaux

Pyrénées-Atlantiques : Pau et Bayonne font "front commun" contre le financement de la LGV Tours-Bordeaux

Un TGV arrive en gare de Strasbourg, le 3 juillet 2016.

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le jeudi 04 août 2016 à 15h45

- Les deux villes ainsi que le département refusent de verser le solde de leur part de financement de la ligne à grande vitesse, qui représente plus de 120 millions d'euros. En cause, la mise en service du service au-delà de Bordeaux, jusqu'à Dax, jugée trop lointaine.

Mais aussi le "deux poids, deux mesures" qui serait appliqué par rapport au Poitou-Charentes... qui a été présidé par Ségolène Royal. -

La fronde contre le projet de la ligne grande vitesse (LGV) au sud de Bordeaux s'organise. Le département des Pyrénées-Atlantiques et les agglomérations de Pau et Bayonne vont faire "front commun" pour refuser de verser le solde de leur part de financement des travaux, a-t-on appris, jeudi 4 août, auprès de ces collectivités.

Le président du département, le MoDem Jean-Jacques Lasserre, le président Modem de l'agglomération de Pau, François Bayrou, et le président de l'agglomération de Bayonne, Claude Olive (Les Républicains), ont expliqué à l'AFP refuser de payer un investissement "dont leurs collectivités ne bénéficieront pas", confirmant une information du quotidien Sud-Ouest.

Les trois présidents dénoncent également "le défaut d'égalité de traitement de paiement entre les collectivités". Ils pourraient contester, notamment devant la justice, les engagements pris il y a cinq ans, souvent par d'autres maires. Au total, leurs engagements financiers portent sur plus de 120 millions d'euros.

PARIS-BORDEAUX EN DEUX HEURES

D'un coût total de 7,8 milliards d'euros, la LGV Tours-Bordeaux, baptisée L'Océane, doit entrer en service le 2 juillet 2017. Il sera désormais possible de faire Paris-Bordeaux en 2h04, contre plus de 3h00 actuellement, et Paris-Toulouse en 4h09 au lieu des 5h25 actuelles. Tout cela entraînera la modification de 2.500 horaires quotidiens.



"NE VERSERA PAS UN CENTIME"

Le projet de ligne LGV Bordeaux-Dax (Landes) raccourcirait davantage le trajet depuis Paris. Mais, alors que son entrée en service était initialement prévue pour 2027, elle pourrait encore être reportée. En effet, plusieurs associations ont déposé samedi un recours devant le Conseil d'État contre la récente déclaration d'utilité publique du projet par le ministre des Transports Alain Vidalies. Or l'examen de ce recours peut prendre jusqu'à un an et demi, ce qui pourrait repousser d'autant l'ouverture de la ligne.

Les trois présidents estiment donc "qu'il serait scandaleux de devoir payer pour une ligne qu'on ne verra qu'aux calendes grecques dans notre département". Engagée à hauteur de 25 millions d'euros (dont 9,2 déjà payés), l'agglomération de Bayonne avait été la première à suspendre sa participation en 2012, arguant qu'elle "n'avait pas la garantie que son territoire soit irrigué".

Le département des Pyrénées-Atlantiques est, lui, engagé à hauteur de 80 millions d'euros (dont environ 35 déjà versés). Pour le président Jean-Jacques Lasserre, "le plus scandaleux demeure la traversée de Poitou-Charentes qui sera servie intégralement par la LGV, dont l'ancienne présidente est Ségolène Royal, et qui ne versera pas un centime".

Quant à l'agglomération de Pau, qui a déjà versé 11 millions d'euros sur les 21 millions prévus, François Bayrou a été clair, "il n'y a pas de logique ni de justice à payer le solde".
 
22 commentaires - Pyrénées-Atlantiques : Pau et Bayonne font "front commun" contre le financement de la LGV Tours-Bordeaux
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]