Prostitution de mineurs : Vivastreet mis en cause

Prostitution de mineurs : Vivastreet mis en cause©Capture d'écran France Inter
A lire aussi

France Inter, publié le vendredi 14 avril 2017 à 12h47

Côté pile : une publicité pour VivaStreet, un site de petites annonces gratuites en ligne, se vente de rendre disponible "70 000 offres d'emploi sur toute la France". Sur ce site internet, on peut aussi trouver des annonces immobilières ou des voitures d'occasion.

Avec 10 millions de visiteurs, VivaStreet est le n°2 en France derrière LeBonCoin. VivaStreet est présent dans 14 pays et compte 28 millions de visiteurs uniques par mois. Sa maison-mère est basée dans le paradis fiscal de Jersey. En 2011, son fondateur Yannick Pons, a été classé 465ème fortune de France par le magazine Challenges, avec un chiffre d'affaires de 70 millions d'euros. VivaStreet se porte donc très bien.

Mais côté face, ce site abrite aussi des annonces payantes dans sa rubrique "massages" dont certaines sont passées par des prostituées parfois mineures. Le 16 novembre 2016, les parents d'une jeune fille ont déposé une plainte dans laquelle VivaStreet est visé. Leur fille a déposé, quand elle avait 14 ans, une annonce de "prostitution masquée" sur la partie payante du site. Son annonce n'est pas explicite puisque la jeune fille se présente comme une "masseuse de 20 ans qui se déplace". L'adolescente a aujourd'hui 15 ans. Elle est en fugue depuis cinq mois, après avoir été déscolarisée et fait plusieurs tentatives de suicide. Avant de fuguer, elle a confié à ses parents qu'elle se prostituait et leur a montré son annonce sur VivaStreet. Annonce qui a disparu depuis.



A en croire son père, sa fille aurait rencontré un petit caïd qui ferait déjà travailler plusieurs escortes. Chacune toucherait ainsi 8000 euros par mois. Dans un échange sur Facebook auquel le père de la jeune fille a eu accès, ce proxénète souhaiterait qu'elle le rejoigne. Pour cela, il lui donne des conseils, lui parle de l'annonce qu'il va déposer sur internet et lui demande "qu'elle soit propre, qu'elle se rase, qu'elle n'oublie pas sa jupe".

Depuis plusieurs mois les parents de la jeune fille font tout ce qu'ils pouvaient pour la sortir de cette situation. Ils ont fait appel à un détective, ils ont saisi le Parquet et ont contacté plusieurs associations, toujours sans résultat. Furieux contre VivaStreet, ils ont finalement porté plainte pour proxénétisme sur mineure. "Je me dis qu'il faut en parler dans les médias pour que ça n'arrive pas à d'autres", explique le père en larmes. Selon lui, sa fille n'est pas la seule à se trouver dans cette situation.
 
9 commentaires - Prostitution de mineurs : Vivastreet mis en cause
  • Curieusement, ce genre de fléau dérange peu de monde, à part les familles concernées.
    Nous somme en période électorale, quel candidat en parle? Et pendant la campagne des législatives, quel député en parlera dans son programme?

  • Ce pays n'a JAMAIS été autant fliqué, dans tous les domaines, que pendant ce dernier quinquennat. Les mêmes qui ont milité pour la liberté sous toutes ses formes, posent des interdits sous le moindre prètexte. Quelques mineures en rupture familial cherchent des "clients", parmi les milliers d'annonces "pour adultes", majeurs et consentants et complètement libres de leurs choix. On en déduit qu'il faut supprimer ce type d'annonces.... Où sont passés les slogans tels que : "nous voulons jouir sans entraves..." Qui est responsable de la dérive de ces gamines..??.. Plus fort que tout...celle-ci a tout de même des PARENTS.... il y a des camions fous...Supprimons les camions..!!..

  • il faut mettre les moyens appropriés pour lutter contre cette sorte de criminalité organisée parfois en famille, avec une police moins policée par une magistrature inadéquate et d'une lenteur incommensurable.

  • Quand notre société absout toutes les pratiques sexuelles sous prétexte d'ouverture d'esprit et de modernité, ne nous étonnons pas que certains profitent de leur commerce et proposent de l'argent aux jeunes filles pour se prostituer. Les mineurs ne sont plus protégés puisqu'ils peuvent sur leur smartphone se renseigner sur ces pratiques qui ne parlent jamais d'amour mais toujours de coïts plus ou moins violent qui tordent l'esprit des jeunes. Ce sont les familles défilant contre le mariage pour tous qui sont à mettre au ban, pas les sadiques et les violeurs. En tous cas, c'est ce qui ressort du silence des associations quand il s'agit de protection des mineurs.

  • Et oui, VIVASTREET est une vaste maison close operationnelle et sans contrôle!!!!!!! gravissime et l'Etat ne fait rien !!

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]