Prêtre égorgé : le passé psychiatrique d'Adel Kermiche

Prêtre égorgé : le passé psychiatrique d'Adel Kermiche

L'église de Saint-Etienne-du-Rouvray le 27 juillet 2016.

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le mercredi 27 juillet 2016 à 12h40

- A peine majeur, Adel Kermiche avait tenté deux fois de rejoindre la Syrie et parlait de "faire une église". -

Mardi 27 juillet, Adel Kermiche et son complice non identifié sont entrés dans l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray, en banlieue de Rouen.

Là, ils prennent en otages cinq personnes, avant d'égorger un prêtre de 86 ans et de blesser un paroissien. La BRI abattra les deux terroristes quelques instants plus tard.

Si Adel Kermiche n'était pas connu des services de police, il l'était de la justice antiterroriste pour avoir voulu rallier les zones de jihad à deux reprises. La deuxième fois, il est incarcéré - il est cette fois-ci majeur -. Dans une enquête de personnalité réalisée à cette occasion et que Le Monde cite, on apprend que le jeune homme avait un lourd passé psychiatrique. De 6 à 13 ans, il est suivi dans un centre médico-psychologique, où il est décrit comme "hyperactif" et où il suit un traitement médicamenteux. L'enquête revient également sur une appréciation rédigée par son école primaire : "Ange ou démon ? selon les jours... Quelquefois enfant modèle, (...) le plus souvent agressif, énervé et pas en état de travailler", rapporte Le Monde.

IL FAUT PARFOIS LE CONTENIR DANS UNE PIÈCE FERMÉE

Les "difficultés" se poursuivent à l'adolescence, avec une exclusion de sa classe en 5e pour des "troubles du comportement". Il est alors hospitalisé à Rouen, dans un service consacré à la psychopathologie de l'adolescence, puis à l'hôpital de jour de Saint-Etienne-du-Rouvray. Il a alors 12 ans. L'année suivante, devenu "ingérable" - il faut parfois l'isoler dans une pièce fermée -, il doit quitter l'hôpital de jour, et intègre un institut thérapeutique et pédagogique après un passage dans une unité psychiatrique hospitalière.



Deux ans plus tard, il retourne au collège, en classe de 4e. Il en sera renvoyé pendant quelques jours à cause de "problèmes relationnels". Un de ses professeurs évoque des "violences physiques et verbales envers ses camarades" et un "comportement physique provocateur". Il a pourtant un "niveau scolaire supérieur" aux autres élèves, selon ce professeur. L'adolescent quitte définitivement l'école à 16 ans.

Lors de son incarcération, il confie à l'enquêteur de personnalité : "J'ai l'impression de ne pas arriver à concrétiser mes projets. J'essaye de m'insérer, de travailler, d'avoir une copine, mais à chaque fois il y a une difficulté, et c'est éprouvant."

Début 2015, il n'est plus suivi par l'institut thérapeutique et pédagogique pour la première fois en cinq ans. C'est là qu'il rencontre Adel Bouaoun devant sa mosquée, et qu'il se radicalise en moins de deux mois. C'est cet homme qu'il tentera de rejoindre en Syrie lors de son premier périple avorté.

 
143 commentaires - Prêtre égorgé : le passé psychiatrique d'Adel Kermiche
  • Bravo pour incompétence de la part des services hospitaliers et spécialisés.....pas mieux pour la justice sachant qu'il était violent....et ils sont très nombreux des types de ce genre en France.....alors c'est à nous de vivre avec la peur de se trouver face à de tels individus....et un gouvernement qui ne fait rien.....

  • la BRI a bien travaillé respect

  • Cet individu avait un "passé psychiatrique" comme celui de Nice,comme celui de Munich,comme celui d'Ansbach,comme la plupart,pour ne pas dire tous les auteurs de ces tueries qui n'ont pas tous des liens avec l'Islam et Daesh mais sont sous l'emprise de drogues psychiatriques qui favorisent le passage à l'acte !
    Il fuat quand même rappeler que Andreas Lubitz avait un lourd passé de “traitement” psychiatrique et de prescription de psychotropes comme le Lorazepam [un anti-anxiolytique], aux effets secondaires dangereux tels que hallucinations,manies et une série d’autres comportements anormaux,quand il a entraîné dans la mort 149 personnes dans le crash d'un avion !

  • encore un malade, suffisamment lucide pour commettre de telles atrocités.

  • Nous voilà rassuré...c'est encore un terroriste qui n'est pas responsable de ses actes!! Le fameux "coupable mais pas responsable" comme disait un autre pourri.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]