Pour sa 32e édition, le festival d'Aurillac s'en donne à corps joie

Pour sa 32e édition, le festival d'Aurillac s'en donne à corps joie

Un spectacle dans le cadre du festival d'Aurillac, en France, le 23 août 2013

A lire aussi

AFP, publié le samedi 19 août 2017 à 17h28

En tenue d'Eve ou costumées, les troupes du festival international de théâtre de rue d'Aurillac (Cantal) n'ont pas froid aux yeux et exhiberont de mercredi à samedi le corps dans tous ses états.

Plus de 120.000 personnes sont attendues pour cette 32e édition "à la fois sérieuse et déglinguée", selon son directeur Jean-Marie Songy. 

Dix-huit compagnies officielles ont été invitées, présentant treize créations de l'année. 

En marge de la programmation officielle, plus de 600 compagnies - dont près de 60 étrangères, originaires de Belgique, Suisse, Danemark, Irlande, Royaume-Uni, Corée du Sud ou encore Algérie - se produiront dans les rues, squares et même dans un parking souterrain du centre-ville. 

Après avoir fêté son trentième anniversaire deux ans de suite, l'édition 2017 a été baptisée "année 69". "C'est une divagation, un état d'esprit que nous avons voulu célébrer dans un contexte où le monde est hyper-tendu au niveau national comme à l'international. On a envie de dire aux gens +faites l'amour, pas la guerre+", explique M. Songy.

- Tenues d'Eve -

Dans "Dévêtu(e)", la compagnie Thé à la Rue osera ainsi toutes les nudités, sans tabou ni provocation, pour inviter le spectateur en peignoir à s'interroger sur son rapport au corps dans une ambiance entre thalasso et fête foraine.

Tirée à quatre épingles, la compagnie Cirkatomik organisera pour sa part "Le Défilé de Mode des Petites Coutures", un spectacle participatif réunissant une trentaine de bénévoles aidés par une équipe professionnelle qui défileront sur scène vêtus de robes et costumes plus incongrus les uns que les autres - en verre, pneus, ustensiles de cuisine, végétaux... - conçus en partie avec les habitants d'Aurillac.

Avec le spectacle "Les Tondues", la compagnie Les Arts Oseurs évoquera ces quelque 20.000 femmes tondues après la Libération sur les places publiques pour avoir eu des relations privilégiées avec l'ennemi allemand.

"C'est un spectacle très fort, où il est difficile de ne pas verser une larme", souligne le directeur du festival, le plus important du genre en France avec celui de Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire).

Le corps humain sera aussi au menu de "La recette des corps perdus", où les spectateurs cannibales seront invités à "dévorer" membres et organes des acteurs de la compagnie Ilotopie.

- Corps volants -

La programmation proposera aussi des spectacles très grand format, à l'image de celui du Cirque Inextremiste, qui investira la nacelle d'un montgolfière dans "Exit" et dont les folles acrobaties plongeront les spectateurs à la limite du vertige.

Ou "Wild Side Story" de la Compagnie Off, spectacle librement adaptée de "Roméo et Juliette" et "West Side Story" dont la mise en scène mêlera danses, cascades de voitures et "traceurs", ces acrobates des milieux urbains.

Habituée des lieux, la compagnie franco-chilienne Teatro del Silencio présentera  également sa nouvelle création "Oh ! Secours", dialogue poétique entre le personnage Godot et son créateur, Samuel Beckett, de l'auteur chilien Juan Radrigan, décédé l'an dernier.

Autre nouveauté: "Géopolis" de la compagnie Pudding Théâtre, qui évoquera avec poésie les grandes migrations à travers les destinées de sept personnages lancés sur les routes après avoir dû abandonner leur terre - imaginaire - suite aux bouleversements de notre planète.

 
5 commentaires - Pour sa 32e édition, le festival d'Aurillac s'en donne à corps joie
  • C'est bien connu .. nous sommes en pleine dégénérescence ... plus c'est déjanté, plus ils appellent çà de l'art, pour moi, ce n'est qu'une pantomime ridicule ......

  • Il faudrait demander aux commerçants et résidents du centre ville obligés de récurer chaque matin trottoirs et vitrines maculés d'urine, déjections et vomissures ce qu'ils pensent de cette manifestation dite artistique et intellectuelle.

  • Avant d'être un festival, cette manifestation est tout bonnement un théâtre de rues, qui mérite amplement d'aller voir au moins une fois, car c'est réellement exceptionnel et sort largement en loufoquerie des festivals que l'on peut rencontrer en France. Donc comme certains commentaires le disent il n'y a ni provocation ni déambulation non définies par un thème et je pense que cette année est conforme aux précédentes.

  • Lisez l'article ... jeux de mots... j'ai réagi comme vous !!

  • Quand on n'a pas d'idées d'animation ou de scenari qui soient artistiques, on fait dans la provoc. Il me semblait que nous étions ' en état d'urgence, qu'est-ce que cette "déambulation " vient faire ? Où est l'autorité de l'Etat? Quand va-t-on cesser de tolérer n'importe quoi? C'est de l'art ça !

    il est clair que vous commentez sans connaitre , allez y et vous pourrez juger

    Festival de théâtre de rue , déambulation ? Vous y êtes déjà allé ? C'est quoi pour vous la culture ? On est en état d'urgence, c'est vrai, mais faut-il interdire toute manifestation, festivals, feux d'artifice, rencontres sportives, et ainsi donner raison à ceux qui en veulent à notre liberté ? Alors restons frileusement devant notre télé à regarder les émissions d'Hanouna. C'est vrai que lui il ne fait pas dans la provoc....

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]