Plateforme APB: plus de 3.000 bacheliers toujours sans affectation à l'université

Plateforme APB: plus de 3.000 bacheliers toujours sans affectation à l'université

Plus de 3.000 bacheliers inscrits sur la plateforme admission post-bac (APB), essentiellement issus de filières techniques et professionnelles, sont toujours sans affectation à l'université, a déclaré jeudi la ministre de ...

A lire aussi

AFP, publié le jeudi 14 septembre 2017 à 09h39

Plus de 3.000 bacheliers inscrits sur la plateforme admission post-bac (APB), essentiellement issus de filières techniques et professionnelles, sont toujours sans affectation à l'université, a déclaré jeudi la ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal, en assurant que tous auront "une proposition".

"Sur le dernier pointage, il y a une centaine de bacheliers généraux qui sont toujours à la recherche d'une formation qui leur convienne et toujours 3.000 bacheliers professionnels et techniques", a déclaré la ministre sur France Inter.

"Les 100 bacheliers généraux, je pense qu'ils trouveront une place, il y a plus de 100.000 places disponibles dans les établissements d'enseignement supérieur. Les 3.000 bacheliers professionnels et techniques, c'est vraiment une préoccupation particulière. On va leur faire des propositions mais on va avoir un problème d'adéquation, une fois de plus, entre ce qu'ils ont envie de faire et les filières dans lesquelles ils vont se retrouver", a-t-elle prévenu.

"L'objectif, ce n'est pas de trouver absolument une place à tout le monde, c'est de trouver une place là ou les étudiants peuvent réussir. C'est cet ajustement qui est important", a-t-elle poursuivi.

"Tout le monde aura une proposition, j'espère qu'ils seront en capacité de l'accepter", a-t-elle conclu. 

Avant la trêve estivale, 65.000 lycéens se trouvaient sans affectation.

La hausse démographique et la volonté d'un nombre accru de bacheliers de poursuivre des études a saturé le système APB, aujourd'hui sous le feu des critiques.

Depuis fin juillet, les étudiants qui n'avaient pas trouvé d'affectation lors des premières phases de la procédure utilisent la procédure complémentaire, ouverte jusqu'au 25 septembre, sur laquelle sont proposées des places vacantes. 

 
16 commentaires - Plateforme APB: plus de 3.000 bacheliers toujours sans affectation à l'université
  • "L'objectif, ce n'est pas de trouver absolument une place à tout le monde, c'est de trouver une place là ou les étudiants peuvent réussir. C'est cet ajustement qui est important".

    Amis lycéens réjouissez-vous, si vous être en filière professionnelle ou technique, vous n'avez pas droit à l'université parce que vous êtes trop cons. Les places sont réservées aux premières S dont les parents ont les moyens d'une inscription dans le privé + cours particuliers. Alors soyez gentils d'aller dans le manuel, et laissez vos envies d'un emploi de bureau à ceux qui en sont dignes.
    J'adore la langue de bois, pourquoi ne pas être plus clair après tout ?
    Après mon lycée technique, j'ai décroché ma 1ere année de deug mass avec 16 de moyenne, suffit de bosser, c'est tout.

  • Priorité à nos bacheliers avant de donner des places à des étudiants venant d'autres pays.

  • Ben comment macron n'a pas encore réglé le problème .

  • avatar
    caplan  (privé) -

    On donne le bac , résultat ce sont les facs qui se bouchent ...

    il y a un peu de cela en effet.

    Le bac n'est pas "donné". On ne l'a pas en ne faisant rien du tout, c'est comme tout.

  • Et si les hommes et femmes politiques de tous bords (y compris les "nouveaux" (sic) ) n'étaient pas dans la démagogie et la veulerie ?... Et itou pour d'autres catégories qui, pour être tranquilles, avoir la "paix sociale", distribuent le bac à tout le monde, sans réellement vouloir contrôler le VRAI niveau de tous les élèves ?... Eh bien :
    il n'y aurait pas de crise des logements étudiants, et seuls ceux qui le méritent seraient envoyés dans les universités, dont les amphis ne seraient plus débordés et où chacun pourrait enseigner ou apprendre dans de bonnes conditions; il n'y aurait plus cette lâcheté et injustice d'un tirage au sort inepte... Il n'y aurait plus de perte de temps pour ceux qui n'ont rien à faire à l'université étant donné leur faible niveau, et à qui on n'aurait pas dû accorder le bac : ils auraient été orientés autrement, et pas du tout forcément sur de mauvais emplois mal payés !

    Que chacun consulte honnêtement les études européennes, voire plus, qui évaluent avec honnêteté le niveau des scolaires d'un grand nombre de pays : c'est édifiant !! Mais pour sortir de la veulerie, de la lâcheté, de la démagogie, dans ce pays, il faut s'appeler Hercule et être capable d'accomplir ce 13e travail...

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]