Philippe demande au Cese de plancher sur le travail indépendant, l'écologie et les personnes "fragiles"

Philippe demande au Cese de plancher sur le travail indépendant, l'écologie et les personnes

Le Premier ministre Edouard Philippe au Cese, le 11 juillet 2017 à Paris

A lire aussi

AFP, publié le mardi 11 juillet 2017 à 12h49

Edouard Philippe a demandé mardi au Conseil économique, social et environnemental (Cese) de préparer des avis sur trois thèmes: les travailleurs indépendants, la transition écologique et les personnes en situation de "fragilité".

Pour son premier discours devant la troisième assemblée, dont Emmanuel Macron veut revoir les règles de représentativité, le Premier ministre n'a pas précisé les contours de cette réforme institutionnelle, en se contentant de donner de nouveaux travaux au Cese.

Pour la première mission sur le travail indépendant, Edouard Philippe a demandé au Cese de réfléchir à comment l'"organiser", à l'heure de l'ubérisation, et au moment où l'exécutif veut ouvrir aux indépendants le droit à des indemnités chômage.

"Nous devons l'organiser. Je dis bien organiser, pas freiner, ni entraver, ni encore moins interdire: organiser", a-t-il insisté.

Le gouvernement "prendra ses responsabilités" pour que les indépendants aient des "garanties comparables" mais "pas forcément identiques" à celles des salariés en matière de chômage, a affirmé M. Philippe, qui souhaite également avoir des pistes sur l'organisation de la négociation collective pour les indépendants.

En matière de transition écologique, le Premier ministre a notamment demandé au Cese de réfléchir à la simplification des outils pour éviter un "empilement" des divers schémas d'aménagement, ou à la facilitation des expérimentations locales. 

Enfin, sur les personnes "fragiles", Edouard Philippe a demandé des réflexions sur trois catégories en particulier: les jeunes majeurs qui sortent parfois avec difficulté des mécanismes de l'aide à l'enfance; la prise en charge des enfants ayant des "troubles du comportement"; et enfin les personnes handicapées et leur "intégration dans l'emploi", notamment chez les jeunes.

"Certains de ces thèmes pourront vous paraître un peu classiques. Ne nous y trompons pas : ils sont d'anciens +problèmes futurs+ que nous n'avons pas pu ou su anticiper", a déclaré M. Philippe.

Devant le Congrès lundi dernier, le chef de l'Etat avait annoncé que le nombre de membres du Cese serait réduit "d'un tiers", comme à l'Assemblée nationale et au Sénat.

Le président a également dit vouloir revoir "de fond en comble les règles de sa représentativité" pour en faire le "seul carrefour des consultations publiques".

map/chr/kp

 
17 commentaires - Philippe demande au Cese de plancher sur le travail indépendant, l'écologie et les personnes "fragiles"
  • le nouveau code du travail est pour les plus faible pas de crainte a avoir ou il y a des syndicats autrement les portes seront closes ces le patron ira au travail

  • uberisation : le mot et l'intention est laché
    vous savez maintenant à quoi vous attendre

  • dis donc Edouard si tu demandais aussi de plancher sur l'exil fiscal et la non-taxation des profits financiers ?
    qu'est-ce que t'en penses ? hein ? cela règlerait tous nos problèmes de déficit.

  • Que ce Philippe supprime le CESE ... pour lutter ... "pour" la moralisation de la vie ... politique !!

  • La dictature des écolos qui font des scores minables aux élections ainsi que de Greenpeace, ça suffit !
    Quand on est financé par des compagnies pétrolières qui figurent parmi les plus pollueurs de la planète comme cela semble être le cas avec la famille Rockefeller entre autres (on comprend mieux leur obsession anti-nucléaire), on ne vient pas s'autoproclamer "écologistes" et on la met en veilleuse n'est-ce pas Greenpeace.....
    Quant à Nicolas Hulot, utopiste et/ou manipulateur patenté, il convient de lui rappeler que les énergies renouvelables sont intermittentes, elles ne sont pas pilotables, elles sont inadaptées aux fluctuations de la demande, elles sont beaucoup trop chères (Pour l'Eolien c'est 2 fois plus cher que le nucléaire et pour le terrestre c'est 5 fois plus cher que le nucléaire ; pour le Solaire c'est 5 fois plus cher que le nucléaire pour les grandes installations et près de 8 fois plus cher que le nucléaire pour les petites installations), elles sont génératrices de problèmes d’externalité, de problèmes de santé publique et de massacres de nombreux oiseaux pour l’éolien.... Leur bilan carbone, censé être quasiment nul et « sauver la planète », est catastrophique. Bref, le développement inconsidéré de cette filière, qui repose sur une idéologie radicale et irrationnelle, et non sur la raison, n’aurait jamais dû être engagé. Nous avons perdu plus de 20 ans à cause de cette idéologie verte alors que nous aurions pu, dès les années 1990, développer la filière du réacteur à sels fondus de thorium (testée avec succès en 1970 à Oak Ridge) et la surgénération 238U (testée avec succès par Phénix et Superphénix – un nouveau projet de pilote, Astrid, est en cours) et 232Th. Nous disposerions sans doute déjà des premières centrales avec ces technologies innovantes..... Quand à la situation financière d'EDF, régulièrement pointée du doigt, le seul responsable est l'Etat, qui a d'abord obligé EDF à acheter à perte l'électricité éolienne et solaire en la payant à prix d'or à des "investisseurs" privés et l'a obligé à vendre à perte 1/3 de sa production d'électricité d'origine nucléaire à ses "concurrents" (Direct Énergie etc ....)..... Ensuite l'Etat a obligé EDF à "sauver" Areva..... Et pour couronner le tout, l'Etat avec Emmanuel Macron Ministre de l'Economie a obligé EDF a démarrer le projet Hinkley Point, et ce malgré que le directeur financier d’EDF Thomas Piquemal ait tiré la sonnette d’alarme sur les risques du projet de construction de deux réacteurs EPR sur le site britannique, dénonçant "un projet suicidaire" avant de démissionner..... Il avait déclaré : " Qui parierait 60 % ou 70 % de son patrimoine sur une technologie, dont on ne sait toujours pas si elle fonctionne, alors que cela fait dix ans que l'on essaie de la construire" ? Résultat, aujourd'hui le Ministre de l'Economie Bruno Le Maire nous annonce la bouche en coeur que l'Etat craint le "dérapage budgétaire" qui atteint déjà 1,8 milliards d'euros ainsi que des mois de retard sur les travaux....... Sans compter que celui qui dirigeait EDF sous la présidence de Nicolas Sarkozy semble apparemment (une enquête est actuellement en cours) avoir arrosé tout le gotha parisien sur le dos d'EDF par le biais de "contrats de complaisance", parmi les bénéficiaires, des grands conseillers du CAC 40, des avocats, des communicants, des sociétés de sécurité ou de renseignements privés, de nombreux personnages politiques pour la modique somme de plus d'une dizaine de millions d'euros par an......Quelle entreprise résisterait à un traitement pareil, la réponse est aucune elles seraient toutes en faillite !

    J'aimerais que la TV repasse le documentaire sur le CESE ... "lucide3" qui prouvait l'inutilité de cet "organisme" futile et très onéreux ... Il faut que les Français sachent ... où passe leur argent !!

    Le projet Hinkley Point risque de coûter très cher aux contribuables français. Les Britanniques ont négocié fort intelligemment le contrat.

    Si le niveau de débat est trop élevé pour vous, bigleon, alors dans ce cas il vaut mieux vous abstenir de tout commentaire......

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]