Perpignan : les policiers en arrêt maladie contre leur rythme de travail

Perpignan : les policiers en arrêt maladie contre leur rythme de travail

Des policiers (illustration)

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le dimanche 26 février 2017 à 12h10

Le mouvement de protestation initié au sein des effectifs de police se poursuit dans le sud de la France. Une trentaine d'agents du commissariat de Perpignan ont déposé un arrêt maladie pour dénoncer leur rythme de travail. Les policiers déplorent également les sous-effectifs chroniques dans leur secteur. En pratique : les 30 fonctionnaires qui composent les "brigades de roulement" de Perpignan ont engagé cette action "coup de poing". Un service minimum a été mis en place pour compenser l'absence des policiers, qui sont habituellement ceux qui se rendent sur le terrain quand le "17" est composé.

BURN-OUT ET DÉPRESSION

La démarche est soutenue par le syndicat policier Alliance, qui réclame un nouveau cycle de travail, avec un jour de présence renforcé, assorti à des périodes de repos plus fréquentes. Selon France Bleu Roussillon, qui rapporte l'information ce dimanche 26 février, les discussions seraient pour le moment figées, avant des pourparlers entre le syndicat Alliance et le direction générale de la police nationale qui devraient intervenir dès le début de la semaine prochaine.


En parallèle, une cinquantaine de policiers de la Brigade anti-criminalité et de Police secours de Sète et Agde ont également déposé des arrêts de travail pour "burn-out" ou "dépression".

"Après le rejet total par la direction centrale de l'aménagement d'horaires que nous avions préconisé pour permettre aux policiers de mieux concilier vie professionnelle et familiale, nous ne sommes pas surpris par ce mouvement qui est amené à s'étendre", assure un responsable syndical, qui explique qu'actuellement les policiers ne disposent que d'un week-end complet libre sur six alors que l'aménagement proposé à la hiérarchie aurait permis de bénéficier d'un week-end sur deux, notamment en allongeant les heures de travail quotidiennes.

 
24 commentaires - Perpignan : les policiers en arrêt maladie contre leur rythme de travail
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]