Pénicaud: "On est mûr pour inventer une flexisécurité à la française"

Pénicaud: "On est mûr pour inventer une flexisécurité à la française"

La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, le 6 septembre 2017 à l'Elysée à Paris

A lire aussi

AFP, publié le mardi 12 septembre 2017 à 13h29

La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a estimé qu'"on est mûr pour inventer une flexisécurité à la française" mardi, jour de contestation sociale contre la réforme du code du travail.

"Je pense qu'on est tout à fait capable en France et qu'on est mûr pour inventer une flexisécurité à la française, qui suppose un investissement fort dans les parcours professionnels et en même temps de l'agilité pour saisir les marchés", a déclaré la ministre, qui inaugurait la 6e édition des Entretiens de la cohésion sociale à l'Institut Montaigne.

Le "défi commun", a-t-elle dit en ouverture de ce colloque, c'est d'arriver à une souplesse et à une sécurité qui concernent autant les entreprises que les salariés. Elle a cité notamment "le télétravail", qui concerne "16% des Français alors que 67% souhaitent en bénéficier", et la nécessité de "dialogue social", du côté des entreprises.

"L'enjeu est autant dans ce qui va arriver après" que dans la réforme du Code du travail, a-t-elle dit, évoquant "le deuxième volet de la rénovation du modèle social" et les concertations à venir sur "la sécurisation des parcours professionnels" ainsi que sur la réforme de l'assurance chômage.

Le gouvernement mise sur "l'apprentissage" et "la formation professionnelle", rappelle la ministre, car "5,6% des personnes qui ont un Bac+2 ou plus sont au chômage, 19,6% sans qualifications".

Par ailleurs, "7% des jeunes sont en apprentissage en France", alors que "tous les pays européens qui ont vaincu le chômage de masse des jeunes sont des pays où l'apprentissage est fort", a-t-elle souligné, citant "la Suisse" et "l'Allemagne" qui "ont entre 15 et 20% d'apprentis".

Concernant la réforme de l'assurance chômage, "qui a été construite par statut" et ne correspond "plus du tout (à) la réalité", selon elle, Mme Pénicaud a évoqué la prochaine intégration d'une partie "des indépendants qui aujourd'hui n'ont pas de filet de sécurité".

Elle souhaite également "aller plus loin" concernant le "compte personnel de formation" afin que, d'ici "12 à 18 mois", "chaque Français puisse connaître ses droits à la formation et avoir accès directement à une +appli+ très simple, aux types de formation qui existent, à leur résultat en matière d'insertion, de promotion".

 
51 commentaires - Pénicaud: "On est mûr pour inventer une flexisécurité à la française"
  • Et ou en est l'enquête la concernant sur l'affaire Business France et confiée à un juge, elle mûre elle aussi? Silence radio total dans les médias, imaginez si elle s'appelait Muriel Fillon... Un petit rappel tous les jours nous serait servi.

  • La flexisécurité à la française, c est 75% pour les gros patrons et 25% pour les ouvriers, c est l

    cela ne diminuera pas le chômage mais augmentera l insécurité financière de bon nombre de personnes qui auront un salaire modulable selon le bon vouloir du patron devenu avec cette réforme de droit divin

  • La flexibilité vient d'elle même quand il y a du travail !!! Un employé ou un ouvrier mécontents de son patron peut démissionner et retrouver du travail !! Que notre gouvernement trouve les solutions pour que nos entreprises, artisans, etc ... engagent et la flexibilité sera en place !! Mais non ils font l'inverse .... ou plutôt facilitent la vie d'une seule catégorie de Français: Les grands patrons chez qui Macron et Pénicaud ont tout appris !! Eux adorent la flexibilité à sens unique surtout quand ils délocalisent !!

    C'est l'entreprise et non l'Etat qui crée l'emploi. Pour cela il lui faut des commandes. C'est surtout la ministre du travail, qui vient du monde l'entreprise qui est convaincue par cette réforme... Mais ce n'est pas cette loi qui va permettre à notre pays de rompre avec le chômage de lasse. Rien sur les minojobs qui ont permis aux Allemands ou aux Britanniques de créer des millions d'emplois. Rien sur la modulation du Smic qui empêche de nombreuses entreprises de recruter. Rien non plus sur les contrats de projet ou de chantier. Mais tout cela n'a rien à voir avec les lois Hartz qui, en Allemagne, ont privilégié la réduction du chômage !

  • avatar
    lavraiemado8  (privé) -

    Les patrons sont pour, les salariés sont contre, et je pense que le jour où tous les salariés auront compris ce que contiennent réellement ces ordonnances, Macron et les députés de En Marche prendront une raclée mortelle aux prochaines élections, et le prochain Président (e) sera celui ou celle qui annulera cette loi travail infâme qui ne profite qu'aux patrons, les salariés ne pourront plus se loger, quel propriétaire louera un appart à un salarié en totale précarité et, jetable et sous payé ? !!..

  • Super !! On a vu et voit encore son efficacité quand elle siégeait aux conseils d'administrations de la SNCF et aéroports de Paris !!!

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]