Paris : une femme juive obtient le divorce religieux après 29 ans et une tentative de meurtre

Paris : une femme juive obtient le divorce religieux après 29 ans et une tentative de meurtre

Le Grand-rabbin de France a évoqué, le 18 mai 2017, la "normalisation d'une situation "intolérable". (photo d'illustration)

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le vendredi 19 mai 2017 à 16h00

RELIGION - Dans la religion juive, un mariage ne peut être dissous que si l'homme l'accepte.

Pendant 29 ans, une femme juive a attendu d'être libérée du lien qui l'unissait à l'homme qui avait tenté de la tuer : son divorce religieux a enfin été prononcé, a-t-on appris jeudi 18 mai de sources concordantes. L'un des cas les plus emblématiques traités par le tribunal rabbinique de Paris

En vertu de la loi juive, il ne peut y avoir de dissolution d'un mariage religieux que si le mari remet volontairement à l'épouse un acte de divorce appelé "guet". En l'absence de ce document, les femmes sont "agounot", "enchaînées" religieusement à leur mari et dans l'impossibilité de refaire leur vie. Ce "guet" a été remis mardi à Paris à une femme de 72 ans, en présence du grand rabbin de France, Haïm Korsia, a-t-on appris dans l'entourage du chef religieux.

TENTATIVE DE MEURTRE

Elle l'attendait depuis son divorce civil, prononcé à Lyon en juin 1988 aux torts exclusifs du mari, qui a été condamné l'année suivante par la cour d'assises du Val-d'Oise à neuf ans de prison pour tentative d'assassinat à son encontre. Depuis, l'homme refusait de délivrer le "guet", un comportement que le triLebunal de grande instance de Pontoise a jugé "manifestement abusif" en septembre dernier. Ce jugement, par lequel le mari récalcitrant a été condamné à verser 50.000 euros de dommages et intérêts, a facilité le dénouement religieux de l'affaire.

"Ce n'est pas une victoire, mais une juste et tardive normalisation d'une situation intolérable, devenue un symbole", a expliqué à l'AFP Yaël Hirschhorn, conseillère du grand rabbin Korsia.

VERS UNE ÉVOLUTION

En 2014, une affaire de "guet" avait suscité une vive polémique dans la première communauté juive d'Europe, des rabbins du Consistoire de Paris ayant été accusés d'avoir fermé les yeux sur un chantage financier au détriment d'une épouse.

Le grand rabbin de France avait ensuite fait adopter une motion par le conseil supérieur rabbinique stipulant que "les 'guittin' ('guet' au pluriel) doivent être remis sans condition une fois le divorce civil prononcé". Il avait aussi nommé deux médiateurs et créé une cellule de professionnels (avocats, huissiers...) acceptant d'accompagner gratuitement les femmes concernées. "Il y aura toujours des 'agounot' mais la remise de 'guet' à ma cliente est un message fort envoyé aux maris récalcitrants: en allant au bout de la justice, nous pouvons permettre à ces femmes de recouvrer leur liberté", a dit à l'AFP Me Dan Griguer, avocat de la septuagénaire. "Pour elle, c'est une délivrance, presque une renaissance", a-t-il ajouté.

 
7 commentaires - Paris : une femme juive obtient le divorce religieux après 29 ans et une tentative de meurtre
  • Comme toutes les religions le judaïsme considère les femmes comme des "sous-hommes" !
    Quand sera t'on enfin débarrassé de ces religions qui sont un frein aux progrès en ne reconnaissant pas l'égalité homme/femme ?Ce n'est , hélas, pas demain la veille quand on voit la résurgence des religions de toutes sortes dont absolument aucune n'est capable de fournir la preuve de l'existence d'un supposé dieu et qui se nourrissent de l'ignorance et de la crédulité des êtres humains !

    FautLeSavoir  (privé) -

    les croyants disent aux non croyants "vous ne pouvez pas apporter la preuve que dieu n'a pas existait", comme je dis, ceux qui ne croient pas sont plus près de la vérité que ceux qui croient car personne n'a vu dieu !

  • Chez les catholiques, les divorcés ne peuvent se remarier religieusement. Là, c'est plus subtil : seul le mari peut délivrer l'épouse. Vive la parité.

    les divorcés catholiques ne peuvent se remarier religieusement , sauf décision de nullité du premier mariage . C'et une justice gratuite , pas très rapide mais foncièrement bienveillante envers les personnes .Le pape François a d'ailleurs quelque peu allégé la procédure .

    FautLeSavoir  (privé) -

    par contre on peut demander d'annuler la communion qui a été imposée à des bébés sans leur s consentements !

  • tiens encore une histoire de religion...pour moi juif c'est une religion...doc la loi Fancaice passe avant tout...longue vie a cette femme.

  • peut on publier ce genre d'article au sein d'une République Laïque ? les tribunaux religieux peuvent à la rigueur se manifester dans leur espace , mais pas publiquement , leur compétence ne peut en aucun cas être reconnue ou citée.

  • Il a vraiment tout fait pour lui pourrir la vie ! Enfin libérée mais cela a pris 29 ans tout de même. Rancunier le mec. Il en sort finalement perdant aussi sur le plan financier mais c'est tant pis pour lui.

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]