Paris : coup de rabot sur les feux tricolores

Paris : coup de rabot sur les feux tricolores

Un feu tricolore, à Paris, en 2009 (illustration)

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le mardi 18 avril 2017 à 18h00

Ils sont les "incontournables" des trajets en voiture : près de 30.000 carrefours à feux sont installés sur les routes de France. Certains sont désormais en sursis.

À l'horizon 2018, plusieurs intersections parisiennes vont en effet être allégées de leur feux tricolores, selon le JDD. L'expérimentation, menée dans les zones limitées à 30km/h de la capitale, va consister à remplacer les signaux lumineux par des dispositifs plus simples : un panneau "Stop", un "Cédez le passage" ou une priorité à droite.


La démarche est portée par le groupe des élus écologistes au Conseil de Paris. "Nos objectifs : améliorer la sécurité de tous, apaiser la circulation, limiter la vitesse et donc la pollution, faire des économies budgétaires", détaille le coprésident du groupe EELV de Paris, David Belliard, dans les colonnes sur JDD. Côté mairie, on explique que le projet s'inscrit dans une "politique cohérente d'aménagement de la voirie, de gestion de la circulation automobile, de réduction du trafic routier en ville, du nouveau plan vélo et du plan piétons".

LA "MAGIE NOIRE" DU ROUGE ET DU VERT

Les griefs retenus contre les feux tricolores sont multiples. Au premier rang : la sécurité. "Le feu tricolore endort la vigilance des piétons et des automobilistes qui souvent se croient protégés par la magie du rouge et du vert", explique M. Belliard, évoquant le cas des automobilistes qui accélèrent à l'orange pour passer. "Or un stop concentre l'attention de l'automobiliste et du piéton et améliore la sécurité".

Côté chiffres, le constat est clair : selon le Centre d'études et d'expertise sur les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement (CEREMA), 14 % des accidents en France surviennent en carrefour à feux : 10 000 accidents par an, 1 500 blessés hospitalisés, et environ 150 tués. "Contrairement aux idées reçues, un usager a franchi le feu au rouge dans un tiers des cas seulement.

Dans les autres situations d'accidents, on retrouve de manière prédominante les accidents avec véhicules effectuant un mouvement tournant, les accidents avec piétons, ainsi que les chocs arrières - spécifiques aux carrefours à feux (10 à 15 % des accidents)", détaille l'organisme, qui explique qu'en ville, "le franchissement involontaire de rouge est notamment dû au fait que la perception des couleurs est limitée à 30° autour de l'axe visuel et que tout événement qui détourne le regard d'un usager rend le feu non perceptible".

150.000€ LE FEU

Selon Christophe Damas, chercheur du CEREMA interrogé par Le Parisien, "un test mené à Philadelphie (États-Unis) après la suppression de feux inutiles montre que cela a permis de réduire de 25% les accidents sur les intersections concernées". L'expert évoque également une solution encore plus radicale, la "rue nue", testée à Drachten (Pays-Bas). Là bas, pas de feux ni même de panneaux de signalisation. "Ils ont constaté une réduction du nombre d'accidents", note t-il.

Outre la sécurité, ces remplacements satisfont également à une logique de réduction de coûts : "A Paris, l'installation d'un carrefour avec des feux représente un investissement de 100.000 à 150.000 euros avec une maintenance et une consommation annuelle de 150 à 500 euros.", explique ainsi un responsable des infrastructures et des déplacements de Bordeaux Métropole.

 
23 commentaires - Paris : coup de rabot sur les feux tricolores
  • Bizarre a l’époque on avait supprimé les stops et autres priorités par des feux tricolores et la on revient 15ans en arrière ? LOL

  • Alors là aux "cédez le passage" bonjour les heures d'attente, idem pour les "stop"

  • La plupart des équipements actuels font passer du vert au rouge trop rapidement: le feu orange est très bref.
    Et la limitation à 50 km/h est illusoire, on a plus qu' à piler avec les risques !
    J'ai pris l'habitude d'anticiper et d"aborder ces points à une vingtaine de km/h, provoquant parfois des réactions d'impatience du conducteur suivant..
    Remettre un temps raisonnable d'affichage de l'orange ne doit pas être insurmontable déjà plus économique !

  • Mais qui sont ces décideurs ? Ont-ils vraiment conscience de la portée et des conséquences de leurs actes ? Pauvres parisiens, pour une fois, je les plains d'avoir de tels dirigeants !

  • compte tenu du comportement des parigots au volant ca va cartonner dur ,de beaux jours devant eux pour les carossiers de la capitale

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]