Ouragan Irma : "Il n'y a pas besoin de l'État" à Saint-Barthélemy assure le président de la collectivité

Ouragan Irma : "Il n'y a pas besoin de l'État" à Saint-Barthélemy assure le président de la collectivité©MARCEL MOCHET / AFP
A lire aussi

franceinfo, publié le mercredi 13 septembre 2017 à 09h05

Emmanuel Macron est attendu, mercredi 13 septembre, sur l'île de Saint-Barthélemy, près d'une semaine après le passage de l'ouragan Irma. Mais selon le président de la collectivité de Saint-Barthélemy, Bruno Magras, l'île n'attend rien de l'État.

"Nous n'allons pas quémander à l'État"

"Non, il n'y a pas besoin de l'État", affirme sur franceinfo Bruno Magras. "Si l'État souhaite nous aider, bien évidemment que c'est naturel en tant que Français d'être aidé par l'État parce que c'est quand même l'État qui est propriétaire de son territoire." Mais le président de la collectivité prévient : "Nous n'allons pas quémander à l'État et pleurer au coin du bois en disant qu'il faut à tout prix nous aider. Nous avons une autonomie fiscale, je ne vais pas demander aux…

Lire la suite sur Franceinfo

 
13 commentaires - Ouragan Irma : "Il n'y a pas besoin de l'État" à Saint-Barthélemy assure le président de la collectivité
  • Quand je vous disais que le 'don corleone" de St Barth, n'avait pas envie que l'état vienne fouiller dans leurs affaires!

  • Quand je vous disais que le 'don corleone" de St Barth, n'avait pas envie que l'état vienne fouiller dans leurs affaires!

  • les dire de ce monsieur vont sûrement pas plaire à sa majesté !

  • Fiscalité de saint Barthélémy : exonéré de l’impôt sur le revenu et de l’impôt sur la fortune (pour les biens situés à St Barthélémy), pas soumis à la TVA ou autres taxes et ne paît pas de droit de succession pour les biens situés sur l’île et au profit des héritiers résidant dans un pays sans droit de succession. Ils peuvent donc s'en sortir tout seuls, c'est certainement ce qu'à voulu dire ce Monsieur.

  • Malheureusement ceci démontre à quel point les autorités locales de St Martin ont été dépassées, ils n'avaient peut-être pas les moyens, le processus décisionnaire était sans doute beaucoup trop complexe, le contexte insécuritaire de l'ile ajoutait aux difficultés mais je reste persuadé que localement les autorités de St Martin et de la Guadeloupe ont été très vite débordées. Il faut sans doute revoir dans ces îles sujettes chaque année à des ouragans toute l'administration.

    Qu'on leur donne leur indépendance, ça les responsabilisera.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]