Oise : la décision polémique d'un maire pour "nettoyer les rues" de sa commune

Oise : la décision polémique d'un maire pour "nettoyer les rues" de sa commune©Google Street View
A lire aussi

6Medias, publié le vendredi 12 mai 2017 à 17h30

"Mon but est de nettoyer les rues de ma ville des ivrognes". Les mots sont forts et assumés par Arnaud Dumontier, maire Les Républicains (LR) de Pont-Sainte-Maxence dans l'Oise.

L'édile de cette commune de 13 000 habitants a décidé de se montrer intraitable vis-à-vis des "personnes qui s'alcoolisent dans le centre-ville" en leur retirant le RSA, rapporte Le Parisien.

Depuis un moment, une demi-douzaine de personnes, âgées de 30 à 40 ans, sont dans le viseur de l'élu LR. Arnaud Dumontier a d'ailleurs signalé l'un de ces individus au département chargé de verser le RSA. L'intéressé vient de voir son allocution suspendue de 80% pendant trois mois. Si le fait de consommer de l'alcool n'est pas un motif de sanction, "le non-respect des obligations en matière d'insertion" en est un pour l'élu. "Toucher l'aide de l'État pour picoler, c'est intolérable", justifie Arnaud Dumontier accusant l'individu "d'attendre chaque début de mois le RSA pour l'engloutir sous forme d'alcool sur la voie publique".

"Ce n'est pas au maire de dire comment cette personne doit agir et gérer son argent. Il n'est ni son tuteur ni son curateur", a estimé Bruno Carpentier, secrétaire général du Secours populaire dans l'Oise, dans les colonnes du Parisien. "Cette décision risque d'avoir un effet boule de neige (...). Des maires d'autres villes pourraient être tentés de la réutiliser. Il est pourtant dangereux de prendre une décision comme celle-là. L'alcoolisme est une maladie. Une cure de désintoxication ne suffit souvent pas", poursuit-il.

Arnaud Dumontier, lui, assure que des habitants sont venus lui dire qu'ils "en ont marre de payer des impôts pour ces indésirables ivrognes". 49 mains courantes auraient été déposées à la suite de perturbations occasionnées par l'homme incriminé. Un deuxième cas devrait être examiné en juin.

 
415 commentaires - Oise : la décision polémique d'un maire pour "nettoyer les rues" de sa commune
  • c'est peut-être une très bonne résolution, mais il faudrait voir pourquoi ces personnes sont tombées dans l'alcoolisme?, chômage, vie familiale ou personnes arrivant en France et essayant de vivre au crochet de la société. Faire un tri de tout ce monde, pour certains les reclasser, après une cure, pour d'autres les remettre à leurs pays d'origine.Ou, comme dans certain pays, pas d'alcool dans la rue, sinon en prison.

  • Et tout ce qui est versé aux nouveaux migrants, n'est-ce pas scandaleux....? Combien nous coûte un migrant...? Hébergement gratuit, électricité, eau, maladie, médicaments, cours de français, transports en cars, téléphone portable, vêtements, nourriture....sans compter tous les dégats que la collectivité assume (dégradations des hébergements, larcins divers, petits vols, insultes....° Et là, silence. C'est plus qu'un RSA; Mais dans tous les cas, lorsque cet homme est ivre, on appelle les pompiers (transport de l'homme en ambulance, arrivée aux urgences....) puis désinfection de l'ambulance et çà, c'est la CMU ou l'AME pas le RSA qui est utilisé.

  • L'alcoolisme est une maladie ! c'est tout à fait vrai mais il n'est pas normal que la société encourage ce vice en versant un RSA qui n'est pas utilisé pour se soigner mais pour s'alimenter en alcool. Si on veut continuer à lui verser un RSA il faut l'obliger à ce soigner (ce qui n'est pas le cas aujourd'hui) et l'obliger ensuite à un suivi médical. Ce maire à parfaitement raison, en plus, les ivrognes importunent tout le monde.

  • et pour cause j'ai des proches qui ont ainsi disparu le professeur dont l'un avait été opéré sans succès disait : "l'alcoolisme est une maladie" je rajouterais aussi surtout sur fond de détresse morale , ce maire a -t- il raison je ne sais pas mais n'existerait-il pas une autre solution ?

  • Je suis d'accord avec ce maire , il faut faire un accord avec ces gens soit ils veulent se soigner et le RSA servira à des soins, des cures de désintoxication, de réinsertion et une fois soigné le RSA leur est à nouveau versé avec un suivi, soit s'ils refusent de faire cette démarche on leur supprime effectivement le RSA. Je trouve que c'est inadmissible de verser de l'argent à ces personnes qui le dépensent en alcool, en tabac......

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]