"Nuit Debout" : Finkielkraut molesté place de la République

"Nuit Debout" : Finkielkraut molesté place de la République

Finkielkraut

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le dimanche 17 avril 2016 à 14h00

Présent samedi soir sur la place de la République, le philosophe académicien Finkielkraut a été pris à partie par quelques participants à la Nuit Debout. Insulté, il a été contraint de quitter les lieux.



Il venait "écouter" les revendications des participants à la Nuit Debout, mais l'expérience aura été mouvementée et de courte durée pour le philosophe Alain Finkielkraut. Alors qu'il se trouvait avec sa femme sur la place de la République au soir du 16 avril, l'académicien a été la cible d'insultes de la part d'un petit groupe de manifestants. Sur des vidéos de l'altercation qui circulent sur les réseaux sociaux, on peut entendre fuser : "facho", "casse-toi", "dégage".

Le philosophe est contraint de quitter la place, escorté par quelques personnes du service d'ordre de la Nuit Debout, non sans répliquer aux manifestants : "fascistes", "saloperies". Une manifestante est quant à elle insultée de "pauvre conne". A une personne qui lui demande de ne pas en rajouter, il explique : "Je me fais arrêter, je peux répondre aussi. Je suis un être humain".



- "On a voulu purifier la place de la République de ma présence" -

Interrogé rapidement par le site internet complotiste "Le Cercle des volontaires" alors qu'il s'éloigne de la place, Alain Finkielkraut explique qu'il était venu pour "écouter", "par intérêt, par curiosité, pour savoir à quoi m'en tenir, sans en passer par le filtre des médias".

"J'ai été expulsé d'une place où doit régner la démocratie et le pluralisme, donc cette démocratie, c'est du bobard. Ce pluralisme, c'est un mensonge", estime le philosophe polémique, rentré à l'Académie Française en janvier. "On a voulu purifier la place de la République de ma présence". "Je pense que s'il n'y avait pas eu de service d'ordre, je me faisais lyncher", explique encore Alain Finkielkraut.

- Yanis Varoufakis mieux accueilli -

Présent également place de la République samedi pour apporter son soutien aux "nuit-deboutistes", l'ancien ministre grec des Finances Yanis Varoufakis a lui reçu un tout autre accueil. Il a obtenu le droit des'exprimer quelques minutes devant la foule. L'ex-ministre vedette du premier gouvernement grec de gauche radicale a patienté parmi les milliers de participants que l'assemblée générale vote pour lui accorder le droit de s'exprimer cinq minutes depuis le podium.

"Je vous apporte la solidarité d'Athènes", a-t-il lancé sous les regards curieux et goguenards des militants de Nuit debout. "Ils nous disent que nous occupons les places, mais ce sont eux qui essaient de privatiser ce qui est à tous". Evoquant le projet de loi travail, l'ancien ministre a accusé le président François Hollande de "dévaloriser le travail".
 
0 commentaire - "Nuit Debout" : Finkielkraut molesté place de la République
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]